Création de deux sanctuaires marins en Antarctique ?

Lundi 17 octobre 2016 à 17h04

La création de deux vastes sanctuaires marins en Antarctique est de nouveau lundi à l'ordre du jour d'une réunion internationale annuelle à Hobart, en Australie, où tous les regards sont braqués sur la Russie, principal frein à ce projet.

La création de deux vastes sanctuaires marins en Antarctique est de nouveau lundi à l'ordre du jour d'une réunion internationale annuelle à Hobart, en Australie, où tous les regards sont braqués sur la Russie, principal frein à ce projet.

La Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR), établie en 1982 par une convention internationale, achoppe depuis 2011 sur deux projets de gigantesques aires marines protégées (AMP).

Le premier, porté par l'Australie, la France et l'Union européenne, couvre de vastes zones marines de l'Est de l'Antarctique. Le second, présenté par les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande, porte sur la mer de Ross, une immense baie côté Pacifique sous juridiction néo-zélandaise.

Cette mer est parfois surnommée "le dernier océan" car elle est considérée comme le dernier écosystème marin intact de la planète, c'est-à-dire non touché par la pollution, la surpêche ou les espèces invasives.

Les organisations de défense de l'environnement font état d'un consensus quasi total sur ces AMP au sein de la CCAMLR, qui rassemble 24 pays et l'Union européenne. Mais la Russie freine ces projets. La Chine également, mais dans une moindre mesure puisqu'elle avait accepté l'idée de sanctuariser la mer de Ross, lors de la dernière réunion annuelle de la CCAMLR, en 2015. "L'heure est venue de protéger les eaux de l'Antarctique, moteur de la circulation océanique", a déclaré Mike Walker, responsable de l'Antarctic Ocean Alliance, qui a appelé les dirigeants du monde à s'inspirer des Etats-Unis.

Le président américain Barack Obama a annoncé fin août le quadruplement de la superficie de la réserve marine connue sous le nom de Papahanaumokuakea à Hawaï, en faisant la plus grande au monde. "Des engagements ont été pris ces dernières semaines pour près de quatre millions de kilomètres carrés d'AMP", a poursuivi M. Walker. "Cela montre aux parties prenantes de la réunion de Hobart qu'il y a un élan pour une meilleure protection des océans, et l'Antarctique devrait être le prochain sur la liste".

La Russie continue de bloquer l'avènement des AMP en Antarctique, en invoquant des raisons géopolitiques et en déplorant leur trop grande taille. Mais Andrea Kavanagh, chargée de l'Antarctique au sein de la puissante organisation américaine de lobbying Pew Charitable Trusts, veut croire que la Russie - présidente des débats cette année - rentrera dans le rang. "Cette année, le sommet pourrait déboucher sur la plus vaste zone marine protégée au monde, et la Russie est cruciale pour y arriver", a-t-elle déclaré. "En tant que présidente de la CCAMLR, la Russie aborde cette année de façon favorable les négociations". Elle a également justifié son optimisme par le fait que 2017 ait été proclamé "année de l'écologie en Russie", qui vient par ailleurs d'agrandir son aire marine protégée de l'archipel François-Joseph, dans l'océan Arctique.

Autre sujet à l'ordre du jour du sommet qui se poursuivra jusqu'au 28 octobre sur l'île de Tasmanie, la gestion durable du krill, petites crevettes d'eau froide qui sont le pilier de l'écosystème antarctique. "Les quantités pêchées actuellement sont encore en dessous de ce qu'autorise la CCAMLR, mais la demande des pêcheries augmente en raison des qualités alimentaires du krill et de son intérêt pour les produits pharmaceutiques", dit Gillian Slocum, chef de la délégation australienne aux négociations.

Sur son site internet, la CCAMLR explique avoir "une approche de gestion écosystémique, laquelle n'exclut pas l'exploitation, à condition que celle-ci soit menée de manière durable et qu'elle tienne compte des effets de la pêche sur les autres éléments de l'écosystème".

La Commission prend ses décisions par consensus, ce qui signifie que pour qu'une proposition soit acceptée, aucun membre ne doit s'y opposer.

L'océan Antartique, qui représente 15% de la surface des océans, abrite des écosystèmes exceptionnels, riches de plus de 10.000 espèces uniques, en bonne partie préservés des activités humaines mais menacés par le développement de la pêche et de la navigation.



L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.