Plongée autour de l'épave du SS Yongala en Australie

Par Figaronautisme.com
Jeudi 6 juillet 2017 à 15h40

Rencontre avec un vaisseau fantôme, le SS Yongala, situé dans la mer de Corail au sud de Townsville en Australie, dont les circonstances du naufrage restent encore floues de nos jours. Si l'épave n'est pas plongeable, les fonds marins qui l'entourent sont fascinants.

©hotgetaways.com.au
Rencontre avec un vaisseau fantôme, le SS Yongala, situé dans la mer de Corail au sud de Townsville en Australie, dont les circonstances du naufrage restent encore floues de nos jours. Si l'épave n'est pas plongeable, les fonds marins qui l'entourent sont fascinants.

Les débuts du SS Yongala

Le SS (pour steamship) Yongala fut lancé le 29 avril 1903. C’était un vapeur de fret fabriqué en acier, propulsé par un moteur à vapeur à triple expansion. La vitesse record du navire fut enregistrée à 15 nœuds. A cette vitesse, le SS Yongala consommait près d’une soixantaine de tonnes de charbon par jour ! Le SS Yongala était aussi l’un des premiers navires de son temps à avoir rallié deux états séparés par 2 700 milles nautiques.

Les missions de transport incluaient le transport humain, mais aussi de ressources. Le SS Yongala faisait la liaison entre l’ouest australien et les ports d’Adelaïde, Sydney et Melbourne. Il fut baptisé au nom d’une ville du sud de l’Australie, Yongala, qui signifie également en Ngadjuri (un peuple Aborigène d’Australie) « bonne eau ». 

Le 14 mars 1911, le SS Yongala s’engagea dans son 99e voyage de Melbourne vers Cairns, un parcours de plus de 3 000 kilomètres de navigation. Le bateau fit une étape à Brisbane le 20 mars où il déposa des passagers et une autre étape le 23 mars à Mackay. Le navire y fut inspecté et jugé en bon état. Il partit ensuite à l’assaut des 800 derniers kilomètres vers Townsville.

La fin du SS Yongala

Peu après son départ, un télégramme fut reçu par une station maritime, signalant un cyclone tropical entre Mackay et Townsville. Des signaux furent envoyés au navire, qui ne les a jamais reçus, et qui continua à naviguer droit vers le cyclone.

Le navire n’arrivant pas à bon port le 26 mars, un avis de disparition fut lancé. Le Tarcoola et l’Ouraka, deux autres vaisseaux, s’aventurèrent vers les îles et récifs correspondant à l’itinéraire du SS Yongala. Rien ne fut trouvé. La peur d’un naufrage germa.  Un communiqué du 28 mars rapporta que des restes du vaisseau furent trouvés au cap du Bowling Green, et peu après dans la baie de Cleveland : le SS Yongala avait sombré, avec 122 hommes à bord.

A ce jour, il s’agit de la plus grande catastrophe marine de l’Australie.

Un des plus beaux spots de plongée du monde

L’épave se trouve à 48 milles nautiques (89 kilomètres) au sud de Townsville et à 12 milles nautiques (22 kilomètres) du cap de Bowling Green. Elle est protégée par le Historic Shipwreck Act 1976. La protection s’étend aussi aux alentours de l’épave. L’expédition peut être annulée si les conditions ne sont pas réunies pour une plongée sans risques. 

L’intérêt de plonger dans les profondeurs à la découverte de l’épave du SS Yongala est multiple. Vous découvrirez une carcasse bien conservée, de 109 mètres de long couchée sur le flanc tribord. La proue se situe à 15 mètres sous la surface et la poupe à 33 mètres. Bien qu’accessible au niveau 1 certifié de plongée, mieux vaut être expérimenté : les courants peuvent parfois être forts. Contrairement au SS Coolidge, il est interdit de se rendre dans l’épave du SS Yongala. Toutefois, depuis le passage du cyclone Yasi en 2011, des dommages supplémentaires ont été infligés, créant des brèches dans l’épave qui vous permettront de voir à travers les entrailles du navire les restes d’un monde luxueux.

Une quantité et une concentration impressionnante d’espèces marines ont redonné une seconde vie à l’épave. Cette dernière repose dans la section centrale du parc maritime de la Grande barrière de corail. Elle est l'un des rares reliefs sur des dizaines de kilomètres carré de sable. De plus, les animaux sont de grande taille ! Les plongeurs rapportent avoir vu des raies pastenagues faisant la taille d’une table basse, des raies Manta et des mérous de la taille d'un « bœuf ». Vous verrez aussi des serpents de mer, des carangues géantes, des muraines et des barracudas. 

Des requins-bouledogues et des requins-tigres peuplent également ces eaux, ainsi que des requins-guitares. D’octobre à janvier il sera possible de voir le géant requin-baleine. Plus rarement, de juin à novembre, des baleines à bosse et de Minke font une étape dans les environs.

Du côté de la flore, c'est un véritable univers de couleurs : différentes espèces de nudibranches éblouissants, de coraux incrustés sur l’épave, des gorgones de mer. Pour beaucoup de plongeurs, il s'agit du plus beau spot de plongée du monde.

Avant de plonger, voici une vidéo pour vous mettre l'eau à la bouche :

 

le SS Yongala © Wikimedia
L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.