Santo Antão, nouvelle destination plongée

Lundi 18 juin 2018 à 16h39

C'est une petite île aride, inhospitalière de prime abord. Une île que l'on ne rejoint qu'en ferry et qui restait jusqu'alors éloignée des circuits habituels. Connue depuis longtemps des trekkeurs grâce à ses pics vertigineux, Santo Antão, située au nord de l'archipel du Cap-Vert, attire aujourd'hui les plongeurs.

Littoral nord de Santo Antão ©Wikipedia
C'est une petite île aride, inhospitalière de prime abord. Une île que l'on ne rejoint qu'en ferry et qui restait jusqu'alors éloignée des circuits habituels. Connue depuis longtemps des trekkeurs grâce à ses pics vertigineux, Santo Antão, située au nord de l'archipel du Cap-Vert, attire aujourd'hui les plongeurs.

Version sous-marine, Santo Antão se découvre le plus souvent en « séjour combiné » : la petite île de 43 km de long sur 24 km de large ne possède pas d'aéroport (c'est pourtant la deuxième plus grande île du Cap-Vert). Il faut atterrir sur l'île de São Vicente (beaucoup plus petite - 25 km d'est en ouest, 16 km du nord au sud), puis embarquer sur un ferry pour une heure de traversée.

Deux îles, deux ambiances

Si de prime abord les deux îles affichent une ambiance de terres brûlées, Santo Antão se révèle être LA zone verte de l'archipel. Enfin honore-t-il son nom ! Car la surprise est grande en franchissant les portes de l'aéroport : pas une touche de vert dans le paysage montagneux et volcanique qui s'impose d'emblée, seulement quelques épineux et touffes d'acacias disputés par les chèvres sur le bord de la route, et partout une terre ocre, poussiéreuse.

Nautisme Article
Eglise de Santo Antão© Wikipedia

Ce n'est pas sans charme lorsque l'on arrive face à la baie de São Pedro, à tout juste 5 minutes de l'aéroport : la plage de sable clair (longue de 2 km) coincée entre deux montagnes sombres, le bleu de l'océan venant se fracasser en de puissants rouleaux d'écume. Le cadre est sauvage, la nature est à la fois puissante et paisible. Au sud de la plage, le village de pêcheurs, construit au pied de la montagne ; à l'autre extrémité, l'hôtel 3* Foya Branca, où le club de plongée Dive Tribe a installé sa base principale. L'établissement accueille aussi un club de windsurf, le spot est réputé et attire de nombreux adeptes de décembre à avril.

Quand les rouleaux ne sont pas trop forts, les départs se font en pirogue de la plage, pour des plongées dans les petites baies profondes qui s'égrènent tout le long de la côte nord-ouest, abritée des vents par le Monte Cara (490 m). Si les vagues sont trop importantes, le départ s'organise en semi-rigide depuis le port de plaisance de Mindelo, la capitale située à 15 minutes ; Dive Tribe y a ouvert sa deuxième base. C'est aussi de Mindelo que l'on embarque pour Santo Antão... où se niche la troisième base du club de plongée.

Nautisme Article
Mindelo sur l'île de São Vicente© sous licence creative commons

Le verger du Cap-Vert

Santo Antão est incontestablement l'une des îles les plus vertes du Cap-Vert. Elle surprend par son contraste. Ses trois pics culminant à plus de 1 800 m, alignés du sud-ouest au nord-est, séparent l'île en deux versants : un sud très sec, à l'image de São Vicente, et un versant nord humide, dévoilant de belles plantations, des cultures en terrasses, des champs de canne à sucre, des zones de fougères géantes et des forêts de pins. Il ne faut pas manquer la balade de Porto Novo à Ribeira Grande puis Ponta do Sol par l'Estrada Corda - la route de la corde ; entièrement pavée, elle chemine du sud au nord de l'île et offre un panorama grandiose, entre pics escarpés et vallées profondes.

Diversité animale et architecturale

Sous l'eau, São Vicente et Santo Antão sont identiques. Le corail ne pousse pas ici, ce sont les structures rocheuses qui intéressent. Beaucoup d'éboulis, de failles, de surplombs, de grottes profondes, d'arches plus ou moins hautes à traverser attirent une belle diversité animale, subtil mélange d'espèces tempérées et tropicales : des sars (commun, à tête noire, tambour), des rascasses, de belles cigales, des barracudas, mais aussi des poissons-crapauds, poissons-soldats, des perroquets et chirurgiens, des bancs de carangues et de lutjans, des badèches et des mérous, des raies pastenagues cachées dans les grottes, des murènes et des langoustes dans les trous. La petite faune n'est pas en reste, qui investit les dédales de roches colorées d'éponges et d'anémones. Les tortues et les requins-nourrices sont bien présents. D'autres rencontres sont possibles selon les saisons : les raies manta sont plus nombreuses en décembre, les requins - baleines croisent durant les mois d'été et de fin novembre à fin décembre, et les baleines à bosse de fin février à fin avril.

Nautisme Article
Baia das gatas, São Vicente© Wikipedia

Le Cap-Vert pratique

L'archipel du Cap-Vert est resté inhabité jusqu'en 1456 et l'arrivée des premiers colons portugais. Il accède à l'indépendance en 1975. Situé à 500 km environ des côtes du Sénégal et de la Mauritanie, il fait partie de cet ensemble d'archipels de l'Atlantique qui forment la Macaronésie, avec les Canaries, les Açores et Madère. Il est composé de dix îles (et de quelques îlots), dont neuf sont habitées. São Vicente et Santo Antão se trouvent au nord-est de l'archipel, dans le groupe des « îles sous le vent » (Ilhas do Barlavento).

Y aller :

La TACV, la compagnie capverdienne, assure des liaisons régulières Paris (CDG) – São Vicente. Sur place, deux traversées quotidiennes par ferry São Vicente (Mindelo) - Santo Antão (Porto Novo). Si vous voulez profiter des soirées rythmées de Mindelo, la ville qui vit naître « la diva aux pieds nus », réservez votre week-end à São Vicente !

Climat :

La saison sèche s’étend de fin octobre à début juillet. Elle est la moins chaude, mais avec des vents très forts entre décembre et février. 
La saison des pluies court d’août à septembre, avec des mois de septembre et d’octobre assez chauds. La température de l’eau est comprise entre 21 °C et 27 °C toute l’année.

© Google Earth
L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.