Essai du Cap Camarat 10.5 WA Série 2 : pour de belles escapades en famille !

Bateaux à moteur
Lundi 3 mai 2021 à 12h10

Le Cap Camarat 10.5 WA Série 2 est une unité totalement réinventée et inspirée du grand frère, le 12.5 WA Série 2. Jeanneau a de nouveau confié la conception de cette toute nouvelle version à Patrice Sarrazin (Sarrazin Design) et Michael Peters (Michael Peters Yacht Design) qui ont conçu un bateau élégant, doté d’une nouvelle carène en V sans step. Certes le bateau entre dans la catégorie day-boat, mais sa conception vous permettra aussi de partir pour de longs week-ends en famille ou entre amis, et de parcourir aisément de grandes distances en toute sécurité.

©Jérôme Kelagopian
Le Cap Camarat 10.5 WA Série 2 est une unité totalement réinventée et inspirée du grand frère, le 12.5 WA Série 2. Jeanneau a de nouveau confié la conception de cette toute nouvelle version à Patrice Sarrazin (Sarrazin Design) et Michael Peters (Michael Peters Yacht Design) qui ont conçu un bateau élégant, doté d’une nouvelle carène en V sans step. Certes le bateau entre dans la catégorie day-boat, mais sa conception vous permettra aussi de partir pour de longs week-ends en famille ou entre amis, et de parcourir aisément de grandes distances en toute sécurité.

La ligne générale du Cap Camarat 10.5 WA Série 2 est proche du 12.5, de type Open Sport, et le T-Top (optionnel) renforce encore plus cette approche. L’intégration des hublots de coque dans le design des lignes est réussie.

Plan de pont / emménagements extérieurs

Nautisme Article
© Jérôme Kelagopian

L’accès à bord s’effectue par la plage de bain arrière-bâbord, qui est munie d’une échelle de bain rétractable et d’une main courante fixe de bonne taille pour se tenir lors de l’embarquement. Juste avant de celle-ci un coffre de rangement intégré permettra de stocker masques ou prise de pêche.

Le cockpit se révèle être un véritable salon extérieur avec une grande banquette en L à tribord, et une table de cockpit (table en teak deux panneaux optionnelle) qui peut se descendre, à l’aide des deux pieds télescopiques, pour transformer l’ensemble en une plage de bain.

Une banquette latérale escamotable est installée de chaque bord du cockpit (celle de tribord est en standard, et celle de bâbord une option). Ces banquettes se replient judicieusement dans le pavois pour donner encore plus d’espace dans le cockpit.

En fond de cockpit, un capot ouvrant donne accès à un grand coffre, et permettra d’équiper le bateau du groupe électrogène (option) ou pour ranger wakeboard ou ski nautique.

Sur bâbord, la nouvelle terrasse latérale, avec son échelle de bain, apporte une ouverture vers la mer et étend les possibilités de baignade en sus des deux plages arrière. Le système de descente – relevage de ladite passerelle est manuel, et s’opère facilement. Une fois remontée, la terrasse s’intègre alors comme élément du pavois. Cette terrasse se situe sensiblement au niveau de la cuisine extérieure.

Sur l’avant du cockpit, juste en arrière des 3 sièges de pilotage, une belle cuisine extérieure intégrée dans une élégante et discrète console comprend la cuisinière (1 feu), un évier et un plan de travail, et au-dessous un frigo et des équipets de rangement.

Trois sièges pilote et copilotes, munis de bolster, font face à une console large et sobre sur laquelle se trouve l’instrumentation du bord (comprenant selon les options, un propulseur d’étrave, l’afficheur interactif CL7 Yamaha, l’écran Garmin multifonction, la console du pilote automatique, la VHF, la commande des trims et le tableau électrique). Les commandes sont électriques et le pilotage s’opère du siège du milieu avec un bon contrôle visuel des instruments.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

La vue est très panoramique du poste de pilotage, et le repose pied intégré au moule de pont est un plus non négligeable pour les navigations en position assise.

Le T-Top, supporté par de solides montants inox, apporte une bonne protection du poste de pilotage, et de la cuisine extérieure. Il est même possible de disposer d’un taud de soleil pour protéger l’ensemble du cockpit arrière et la plage avant avec des mâtereaux et voiles d’ombrage. Le toit ouvrant manuel permet de disposer d’une meilleure ventilation ou vision selon les circonstances.

Les passavants sont asymétriques, et il est plus aisé de circuler sur celui de bâbord, la solide main courante en inox est bien conçue, et apporte toute l’assurance pour circuler sur le pont afin de se rendre sur la plage avant. Celle-ci est constituée de trois matelas avec appui tête côte à côte.

La baille à mouillage s’ouvre avec un capot vers l’avant qui est maintenu par un compas, le guindeau électrique Lewmar dispose d’une télécommande dans la baille à mouillage, il existe également une option pour disposer d’une commande au poste de pilotage. 

Nautisme Article

Motorisation

La Cap Camarat 10.5 WA Série 2 est proposé avec deux moteurs Yamaha hors-bord de 300 cv (F 300 BETU), et des hélices destinées à des déplacements plus lourds (T15 & TL15 Saltwater), en montage normal : ce sont des hélices T17 & TL17. Les essais effectués lors de notre essai montrent que ce choix de motorisation est suffisant pour un usage familial et dans la configuration essayée. Le bateau dispose de deux réservoirs d’essence de 400 litres chacun qui apporteront une bonne autonomie pour un programme de navigation ambitieux.

La motorisation maximale annoncée aujourd’hui est de 2 x 375 cv.

Emménagements intérieurs

Nautisme Article
© Jean-Jacques Bernier

La descente se situe à bâbord du cockpit, le tableau électrique et la chaîne hi-fi se situent sur la gauche de la descente. Le frigo intérieur est également installé dans cette zone. La cuisine intérieure est sur bâbord, avec une cuisinière deux feux ENO, et un plan de travail. Un four micro-onde est situé en dessous de la cuisinière.

L’espace intérieur est lumineux grâce aux vitrages de coque, et le large carré avant avec sa table est convertible en grand couchage pour deux.

La salle de bain est située à tribord, le volume est généreux, et permet de disposer d’une cabine de douche séparée de la salle d’eau, les hublots de coque apportent une bonne lumière dans l’espace.

La grande cabine double, dont l’accès est immédiatement au pied de la descente sur la droite, est aménagée sous le pont du poste de pilotage et cockpit. Le volume et la luminosité qui se dégagent sont surprenants pour un bateau de cette taille. Deux lits latéraux et un matelas central apportent un couchage très large. Le hublot de coque sur tribord apporte une jolie profondeur à la cabine.

 

Nautisme Article
© Jean-Jacques Bernier

Nautisme Article

Essais en mer

Lieu : Baie de Saint-Raphaël

Conditions de vent : ESE 20 noeuds

Mer : agitée – houle d’ESE 1m

6 personnes à bord

Nautisme Article
© Jérôme Kelagopian

La sortie de la place de port, s’est effectuée facilement. Les commandes électriques permettent un dosage très fin dans la différenciation des deux moteurs 300 cv, l’usage du propulseur ne venant qu’en soutien final. 

Une fois dehors, nous avons immédiatement apprécié la puissance disponible. Le niveau sonore est très agréable aux vitesses de croisières (4 100 tr/mn – 21 nœuds). Le passage dans la mer agitée et la stabilité de route sont très bons, apportant un vrai plaisir au pilotage. Dans ces conditions les sièges de pilotage se révèlent confortables, et le pare-brise suffisamment haut pour être totalement protégé du vent apparent et des éventuels embruns.

La phase de poussée avant déjaugeage s’est révélée rapide, et dans les conditions de l’essai nous avons déjaugé aux alentours de 4 000 tr/mn. 

Les essais de giration n’ont pas révélé de phase de cavitation, ou de vibration, et le bateau se cale bien dans son virage avec une bonne accroche.

Au régime maximal, soit à 6 000 tr / mn, le bateau atteint 39 nœuds.

Conclusion

Malgré les conditions de mer assez agitées, le bateau apporte un sentiment réconfortant de bonne tenue à la mer. La conception du bateau montre bien que cette Série 2 est le fruit d’une réflexion aboutie. Aucun doute que cette nouvelle génération va avoir le même succès que son prédécesseur auprès d’une clientèle exigeante.

On a aimé :

La carène,

Le T-Top,

L’agencement du cockpit et sa cuisine extérieure,

L’habitabilité pour un day boat,

On a moins aimé :

Certaines options semblent requises pour profiter pleinement du bateau

Caractéristiques techniques

Longueur hors tout : 10,93 m

Longueur de coque : 9,32 m

Largeur : 3,25 m

Tirant d’eau maxi : 0,73 m

Capacité carburant : 2 x 400 l

Capacité d’eau : 160 l

Puissance maxi : 2 x 375 CV

Catégorie CE : B-8 / C-10

Prix

De base (sans moteur) : 112 920 € TTC

De base (avec moteur Yamaha 300 cv) : 163 700 € TTC

Version essayée : 226 964 € TTC

Options disponibles

Finition Première, T-top rigide, groupe électrogène, teck dans le cockpit et plages de bain, rallonges de plages de bain, propulseur d’étrave, gril cuisine extérieure, supplément pour cabine arrière fermée, échelle de bain pour terrasse, sellerie de bain de soleil avant avec appuie-tête, banquette latérale de cockpit bâbord, couchage de carré intérieur et rideau de séparation, réfrigérateur de cockpit, table de cockpit en teck…

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.