Multicoques jusqu'à 40' : l'appel du large, partie 2 !

Voiliers
Lundi 10 mai 2021 à 16h45

Si en-dessous de 35 pieds l’offre est rare, entre 35 et 40 pieds, toute la dynamique du marché du multicoque semble se mettre en œuvre. Dans ce segment qui ouvre grand les portes de la croisière hauturière, derrière le "Big Five" dont nous avons analysé l’offre jeudi dernier, de nombreux outsiders cherchent à se faire une place au soleil.

Dragonfly 40
Si en-dessous de 35 pieds l’offre est rare, entre 35 et 40 pieds, toute la dynamique du marché du multicoque semble se mettre en œuvre. Dans ce segment qui ouvre grand les portes de la croisière hauturière, derrière le "Big Five" dont nous avons analysé l’offre jeudi dernier, de nombreux outsiders cherchent à se faire une place au soleil.

Se démarquer du "main stream" est un impératif pour ces unités qui ne manquent donc pas de caractère. Proposer un niveau de performance plus élevé que la grande série est forcément un argument qui tranche quand la majorité du marché semble attirée par toujours plus de confort et d’espace. Mais ils ont bien d’autres qualités à faire valoir, que ce soit sur deux ou trois coques.

Alors qu’en dessous de 35 pieds les aménagements des trimarans proposés sont synonymes de camping côtier, en poussant le curseur jusqu’à 40 pieds, vivre à bord devient vraiment envisageable. La nouveauté de l’année qui a séduit beaucoup de monde, dont l’auteur il faut bien l’avouer, c’est bien sûr le Dragonfly 40. Le niveau de performance et la qualité de fabrication de ce diable de Jens Quorning sont bien sûr au top… tout comme son prix. Mais les sensations apportées par les vitesses à deux chiffres et un confort intérieur assez inédit dans ce format ont-ils un prix ? Il faudra plutôt ici parler d’investissement car forcément, les valeurs de revente des Dragonfly sont élevées. Et certains coûts sont réduits, comme la place de port grâce à ses flotteurs, forcément repliables, ADN Danois oblige.

Les trimarans à l’attaque

Nautisme Article
Corsair 37

Un argument que possède aussi le Corsair 37 dont la conception plus ancienne est visible au premier coût d’œil. Mais les performances sont toujours là et, s’il est bien sûr plus petit que le Dragonfly, que ses aménagements intérieurs n’ont rien à voir, ni en finition ni en espace, son prix est également sans rapport : 60% moins cher ! Un élément à prendre en compte au moment de passer commande et qui incite à bien réfléchir au programme de navigation envisagé. Mais le duo de tris sera bientôt trio, avec le très attendu Rapido 40 annoncé pour cet été. Se positionnant économiquement entre les deux acteurs historiques, l’impétrant dessiné par les architectes Morelli Melvin avance trois arguments chocs : un système de réduction de largeur inédit, des performances flatteuses, servies par des foils innovants.

Nautisme Article
Rapido 40

Catamarans, l’armada Britannique

Nautisme Article
Broadblue 346

Précurseurs en matière de catamarans de croisière (Snowgoose, Prout…) les Anglais, s’ils ont laissé le leadership aux français dès la fin des années 80, n’en ont pas pour autant complètement délaissé le marché. Nous avions ainsi pu découvrir lors du salon du Multicoque de La Grande Motte en 2019, le très intéressant Broadblue 346, version compacte du très populaire Broadblue 385 qui en est à sa troisième génération. Avec son mât reculé qui facilite grandement les manœuvres, son cockpit haut et très protégé, le 346 est vraiment unique et ne manque pas d’arguments. Surtout pas économiques avec un prix de base autour de 183 000 euros HT selon le taux de change du jour. Un avantage que n’ont pas les bien plus onéreux Dazcat. Mais dessinés par le très talentueux Darren Newton et magnifiquement construits par l’équipe d’orfèvres de Multimarine à Milbrook (GB) ces poids plumes ont bien d’autres arguments à mettre en avant. À commencer par des performances à même de gagner en temps réel toutes les courses auxquelles ils participent ! Entre le mythique 1195 Legacy et le tout nouveau 1095 Concept, il y a forcément un Dazcat qui convient à qui veut être le plus rapide du plan d’eau à l’automne et au printemps, tout en croisant confortablement l’été, voire en « transatant » en moins de dix jours l’hiver.

Nautisme Article
Dazcat

Trois 37 pieds pour une troisième voie

Nautisme Article
Seawind 1190

Entre ces unités finalement assez atypiques et le "mass market" existe-t-il une troisième voie ? Trois constructeurs y croient. La marque Australienne Seawind, désormais produite au Vietnam dans la même usine que les trimarans Corsair, souffre d’une distribution européenne trop discrète alors que ses catamarans ne manquent pas d’atouts. Le Seawind 1190 est représentatif de la marque avec sa porte basculante ouvrant intégralement le carré sur le cockpit, ses deux barres à roues latérales en façade arrière de roof, son cockpit dépourvu de banquettes mais équipé d’un barbecue à l’arrière, et sa cuisine en coursive. Un plan d’aménagement qui peut surprendre en Europe, qui n’est pas pourtant si éloigné d’un Bali ou d’un Nautitech Open. Mais avec un déplacement de seulement 6 tonnes et des coques tout en finesse, le Seawind 1190 se montre particulièrement véloce sous voiles dans le petit temps. Un poids proche de celui avancé par le C-Cat 37 (5.5 tonnes) dessiné par Marc Lombard et construit à Fiumicino près de Rome par la chantier Comar, connu de longue date en France pour ses Comet sur plans Finot. Nacelle plutôt courte, roof élégant, étraves inversées, grand-voile à corne, disponible avec ailerons fixes ou dérives, ce 37 pieds réussit à être élégant tout en offrant un intérieur confortable. Son unique version d’aménagement en trois cabines le destine à un usage essentiellement privé, et ce choix assumé permet à l’unique représentant Italien de ce comparatif d’être très cohérent. Mais bientôt un troisième concurrent viendra là-aussi animer les débats pour notre plus grand bonheur, puisque est attendue la mise à l’eau et les premiers essais de l’Aventura 37. Dessiné par Samer Lasta et produit en Tunisie comme ses homonymes de 34 et 44 pieds, cette nouvelle unité est annoncée au prix canon de 187 917 Euros HT.

Nautisme Article
C-Cat 37

Tout en restant en dessous de 12m, dans une largeur et donc un encombrement au port encore raisonnable, avec des plans de voilure vraiment faciles à manier, et en offrant parfois autant d’espace et de confort qu’un monocoque de 14m, les multicoques de 35 à 40 pieds ne peuvent que rencontrer le succès. Même s’il n’est pas toujours aisé de concilier espace de vie et saine légèreté, on ne peut que se réjouir de l’inventivité des architectes et des chantiers pour proposer une offre aussi variée. Difficile de trouver une excuse pour ne pas trouver de bateau à son goût et surtout à son budget !

Nautisme Article
Aventura 37

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.