Ovni 370 - Interview Hakim Rahmoun, DG d'Alubat : « L'année 2022 va être dense ! »

Voiliers
Jeudi 3 juin 2021 à 16h27

Présenté il y a bientôt deux ans, l’Ovni 400 renouvèle avec succès le concept de dériveur intégral cher à Alubat depuis plus de quarante ans. Dans un marché du nautisme où la taille moyenne des unités proposées est en constante augmentation, que le prochain Ovni mesure entre 45 et 50 pieds faisait partie des hypothèses très probables. Mais le chantier Vendéen ne manque ni de personnalité ni de caractère et révélait il y a quelques jours que le prochain opus de la gamme ferait 37 pieds. L’Ovni 370 devrait être révélé au public à l’occasion du prochain Grand Pavois. Positionnement de cette nouveauté, complémentarité de gamme, enjeux économiques, nous avons interrogé Hakim Rahmoun le Directeur Général d’Alubat sur les dessous de ce choix stratégique.

Présenté il y a bientôt deux ans, l’Ovni 400 renouvèle avec succès le concept de dériveur intégral cher à Alubat depuis plus de quarante ans. Dans un marché du nautisme où la taille moyenne des unités proposées est en constante augmentation, que le prochain Ovni mesure entre 45 et 50 pieds faisait partie des hypothèses très probables. Mais le chantier Vendéen ne manque ni de personnalité ni de caractère et révélait il y a quelques jours que le prochain opus de la gamme ferait 37 pieds. L’Ovni 370 devrait être révélé au public à l’occasion du prochain Grand Pavois. Positionnement de cette nouveauté, complémentarité de gamme, enjeux économiques, nous avons interrogé Hakim Rahmoun le Directeur Général d’Alubat sur les dessous de ce choix stratégique.

Quelle réflexion a mené au lancement de l’Ovni 370 ?

« L’idée c’est de continuer à moderniser la gamme et trouver un successeur à deux modèles emblématiques pour nous. Le premier, l’Ovni 395 est le modèle le plus produit par Alubat depuis les années 90 avec 130 coques sorties de nos ateliers. Le second est l’Ovni 365, qui a également connu un large succès, mais qui, suite à l’évolution des normes Européennes, ne pouvait plus être homologué en catégorie A. Nous avions donc ce double challenge de construire un bateau plus petit, plus léger, plus abordable économiquement, soit le plus petit dériveur intégral aluminium du marché qui soit en catégorie A. Le cahier des charges c’est donc de toujours exploiter au maximum l’aluminium et le dériveur intégral pour répondre à un programme de grand voyage exigeant. »

 

Nautisme Article

Architecturalement la lignée avec l’Ovni 400 semble évidente au premier abord, mais qu’en est-il exactement ?

« Suite au succès de l’Ovni 400 que nous avons déjà vendu à 12 exemplaires, nous avons repris sa charte design pour le 370 également dessiné par Mortain/Mavrikios. Parallèlement nous avons continué à améliorer tout ce qui est carène, gréement, dérive, désormais au profil NACA, ou encore safrans. Pour cela, nous avons fait appel à un deuxième cabinet d’architecture, CBA dirigé par Jean-Pierre Brouns, pour bénéficier d’une expérience complémentaire. De ligne extérieure on a donc l’impression que le 400 et le 370 sont assez proches, mais le volume intérieur qui, pour mémoire, évolue au cube de la longueur, avec trois pieds d’écart est vraiment différent. Le bateau est de ce fait plus léger et donc plus accessible en termes de budget mais aussi physiquement. Et c’est important, parce que nos clients sont souvent de jeunes retraités qui portent une attention particulière aux efforts qu’ils vont être amenés à faire pour manœuvrer leu bateau, le plus souvent en équipage réduit. »

Nautisme Article

Comment se positionne l’Ovni 370 en termes de tarifs et que propose-t-il de distinctif ?

« Ce nouveau bateau est annoncé à 272 000 euros HT prix public, en deux versions d’aménagements. Une version assez classique avec un carré symétrique, comme les Ovni 365 et 395, les anciennes versions. Mais la nouveauté, c’est une version Deck Saloon dans laquelle, assis dans le carré ou debout dans la cuisine, on a une vision périphérique, quasiment à 360 degrés. La vue permanente sur la mer permet de veiller depuis l’intérieur, tout en cuisinant par exemple. La cuisine est, dans cette version, positionnée en long sur bâbord. L’assise du carré vient caler le cuisinier en navigation ce qui est très confortable. C’est une option très demandée puisque les quatre premiers Ovni 370 commandés le sont dans cette version. La chaudronnerie est strictement identique sur les deux versions, tout comme l’extérieur, les parties avant et arrières. C’est vraiment la partie centrale du bateau qui change. Et bien sûr, le bateau est, comme toujours chez Alubat, 100% Aluminium. »

Quel impact a la hausse du cours des matières premières et des achats sur votre activité ?

« Nous en souffrons comme tout le monde bien sûr, un peu sur le bois, sur l’électronique, mais surtout sur l’aluminium (NDLR : +83% en un an). Heureusement comme nous avions un carnet de commande bien rempli (18 mois), nous avons pu anticiper nos commandes de tôles. Nous avons ainsi des lots d’avance pour plusieurs bateaux donc nous ne sommes pas obligés de répercuter tout de suite la hausse des prix. Mais il y aura une incidence assez rapide sur les prochaines commandes, auxquelles nous devrons appliquer une hausse de 5 000 à 10 000 euros selon les modèles. Le prix annoncé pour l’Ovni 370 intègre cet ajustage. »

Sur quels autres projets planche Alubat actuellement ?

« Le grand Ovni 60 pieds est toujours en avant-projet pour le compte d’un propriétaire mais sans décision à ce jour. Mais nous souhaitions présenter au public notre capacité à proposer des bateaux custom. A ce sujet nous sommes en train de customiser un Cigale 16 sur plans Lombard, une unité qui va se présenter à la Route du Rhum 2022 Catégorie ‘Rhum’ : aménagements allégés, mât carbone, des ballasts, un beau jeu de voile. Enfin j’attends avec impatience le premier client, qui sera aussi un partenaire, pour avancer sur le projet de catamaran aluminium que nous aimerions vraiment réaliser. Avec des conditions exceptionnelles pour faire aboutir le premier exemplaire de l’Ovni Cat 48. »

Alubat

Création : 1973

Chiffre d’affaires annuel : 4.5 millions d’euros

Employés : 36

Production 2020 / 2021 : 12 bateaux neufs / 3 refit

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…