Essai de l'Ovni 400 : vaisseau de reconquête

Voiliers
Mardi 19 janvier 2021 à 8h08

Depuis bientôt 40 ans, rien ne ressemblait plus à un Ovni qu’un autre Ovni. Il faut dire que le succès rencontré, plus de 15 600 Ovnis naviguent partout autour du monde, n’incitait pas forcément aux révolutions, ni même aux évolutions. La crise comme celle vécue par le chantier Alubat en 2014, si. Alors s’il s’agit bien toujours d’un dériveur intégral 100% en aluminium destiné à la grande croisière, spécialité maison, le dessin du duo d’architectes Mortain-Mavrikios pour le nouvel Ovni 400 change tout !

©François Tregouet
Depuis bientôt 40 ans, rien ne ressemblait plus à un Ovni qu’un autre Ovni. Il faut dire que le succès rencontré, plus de 15 600 Ovnis naviguent partout autour du monde, n’incitait pas forcément aux révolutions, ni même aux évolutions. La crise comme celle vécue par le chantier Alubat en 2014, si. Alors s’il s’agit bien toujours d’un dériveur intégral 100% en aluminium destiné à la grande croisière, spécialité maison, le dessin du duo d’architectes Mortain-Mavrikios pour le nouvel Ovni 400 change tout !

Depuis le ponton du port des Sables d’Olonne, aucun risque de le confondre avec ses frères aînés. Le premier coup d’œil décèle l’imposant volume de l’étrave, les bordés plus verticaux, l’important maître-bau. Il y a de l’inspiration Mini, voire Classe 40 ou Imoca dans cette carène-là, bien dans son XXIème siècle. Le roof panoramique est également une nouveauté pour le chantier Vendéen. Outre la vision depuis l’intérieur sur laquelle nous reviendrons, il dégage une belle plage avant, sécurisante en manœuvre, accueillante au mouillage.

Nautisme Article
© François Tregouet

Une fois passées les mythiques jetées du port Sablais, à l’abri derrière la grande capote de roof translucide, le génois est déroulé et la grand-voile hissée sans effort démesuré. Naviguer en couple ne sera vraiment pas un problème. Le double palan d’écoute de grand-voile étant fixé sur un solide arceau en arrière de la descente, celle-ci n’est pas contrainte dans son angulation, et surtout le contrôle de voile est parfait. Assis sur les bancs de cockpit, ou sur le siège astucieusement ménagé en hauteur, la veille s’effectuera toujours bien à l’abri. La double barre à roue arrière ne présente que des avantages : proposant toujours une position de barre idéale quelle que soit l’allure et la météo, faciliter la circulation et les manœuvres grâce aux deux winches recentrés. La brise étant, en cette fin de matinée, encore évanescente, nous décidons très vite de dérouler le grand gennaker pour ne pas manquer le moindre souffle d’air. L’équipage passe en mode régate, rappel sous le vent, à la recherche du bon angle de gîte, de l’assiette idéale, pour cette carène moderne, dont il faut minimiser la surface mouillée dans ce temps de demoiselle.

Nautisme Article
© François Tregouet

Mais tout régatier motivé vous le dira, par petit temps, rien de mieux que le rappel intérieur pour performer. Descendons donc voir ce que ce nouvel Ovni 400 nous réserve une fois les trois marches de la descente passées. Lumineux, contemporain et vaste sont les trois mots qui nous viennent à l’esprit en découvrant pour la première fois ces aménagements. C’est une belle cure de jouvence par rapport aux Ovnis ‘canal historique’ et les nouvelles proportions de la coque n’y sont certainement pas étrangères. En témoigne la vaste cabine avant avec son couchage digne d’un cinquante pieds. La cuisine en long sur tribord bénéficie de nombreux rangements, dissimulés pour les plus hauts derrière de jolies portes sculptées de blanc. On pourra y œuvrer bien calé sur la solide main courante inox de la banquette centrale. On ouvrira sans crainte le réfrigérateur à double tiroir, intelligemment installé dans l’axe, et ne craignant donc aucunement la gîte. Un angle de gîte qui restera toujours sous contrôle, non seulement du fait de l’importante stabilité de forme procurée par le dessin de carène, mais aussi parce que l’on gardera en permanence un œil sur l’extérieur via le roof panoramique. Le bau maximum s’étirant loin vers l’arrière, cabine double sur bâbord, local technique - accessible également depuis le cockpit - et salle d’eau – avec grande douche indépendante - sur tribord, prennent leurs aises.

Nautisme Article

Lancés à 2 200 tours par minute, les 50 ch du moteur Volvo mènent l’Ovni à 6 nœuds. De quoi avaler pas mal de milles avec 540 litres de gasoil en réserve. Ou encore d’explorer rivières, lagons et rias dans un programme de grande croisière auquel l’Ovni 400 est clairement destiné. Portique arrière pour relever l’annexe, installer panneaux solaires et éolienne, réservoirs grande capacité, rangements en nombre, installations techniques irréprochables, mains courantes à foison, soyons francs, faire demi-tour pour rentrer aux Sables d’Olonne nous a fendu le cœur. Nous aurions bien prolongé un peu plus loin l’expérience, quitte, comme 50% des propriétaires Alubat, à aller taquiner les glaces. La capote rigide en cours de fabrication sur le numéro 3 de la série étant, pour ce type de destination, une option indispensable. Moderne, personnalisable, solide, si un bateau doit symboliser le retour en force d’Alubat dans l’esprit de tout circumnavigateur au moment de choisir sa monture, c’est bien l’Ovni 400 !

Nautisme Article
© François Tregouet

Fiche technique

Longueur hors tout : 12,90 m

Longueur de coque: 12,28 m

Longueur à la flottaison : 11,54 m

Bau maximum : 4,35 m

Tirant d'eau dérive basse : 2,88 m

Tirant d'eau dérive haute : 0,98 m

Déplacement à vide : 11 200 kg

Poids du lest : 2 600 kg

Réservoirs eau : 2x200 l

Réservoir fuel : 2x270 l

Surface de voilure au-près (sloop) : Classique 85 m² / Corne 93 m²

Grand-voile : Classique 44 m² / Corne 52 m²

Solent : 41 m2

Motorisation : Sail Drive VOLVO D2-50 (50 ch - 36,5 kW)

Matériau : Aluminium

Constructeur : Alubat

Architecte : Mortain & Mavrikios

Prix du bateau standard : 335 000 euros HT

Prix du bateau essayé : 420 045 euros HT

Nautisme Article

Les +

Ensemble moderne

Qualité de fabrication

Tout pour la grande croisière

Les -

Manette moteur exposée

Quelques finitions à améliorer sur la série

Surface mouillée à surveiller

Nautisme Article
© François Tregouet

Nautisme Article
© François Tregouet

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.