La protection de l'environnement au coeur de l'approche de Suzuki Marine

Bateaux à moteur
Mercredi 15 septembre 2021 à 12h39

Pour la firme nippone au « S » écarlate, la protection de l’environnement est un pari lancé, tenu et presque gagné. La performance technologique liée à la recherche indiscontinue de nouvelles solutions en faveur de la protection de l’environnement sont désormais des spécificités majeures de Suzuki Marine. Développeur de moteurs réputés pour leurs faibles émissions polluantes, mais également concepteur du Clean Ocean Project, l’entreprise japonaise se mobilise.

©Suzuki
Pour la firme nippone au « S » écarlate, la protection de l’environnement est un pari lancé, tenu et presque gagné. La performance technologique liée à la recherche indiscontinue de nouvelles solutions en faveur de la protection de l’environnement sont désormais des spécificités majeures de Suzuki Marine. Développeur de moteurs réputés pour leurs faibles émissions polluantes, mais également concepteur du Clean Ocean Project, l’entreprise japonaise se mobilise.

"La protection de l’environnement est une préoccupation qui monte en puissance chez nos clients et qui est au coeur de l’ADN de Suzuki Marine depuis longtemps. L’entreprise a vraiment pris la mesure de la situation et multiplie les actions concrètes. Le Suzuki Clean Ocean Project est très important pour nous avec trois axes d’action : les campagnes de ramassage de déchets marins « Clean Up the World », le remplacement du plastique par du carton dans nos emballages et la collecte des microplastiques en mer grâce au filtre développé par nos ingénieurs qui sera monté sur nos moteurs. L’innovation Suzuki au service de l’environnement ! », confie Guillaume Vuillardot, directeur de l’activité Marine de Suzuki.

Les exigences de Suzuki dans le domaine de l’innovation sont historiques et les ingénieurs ont toujours comme objectif le plaisir du pilotage  ainsi que la réduction de la consommation et l’abaissement des émissions polluantes.

La philosophie de l'innovation Suzuki Marine : les moteurs Geki

La demande de moteurs hors-bord de forte puissance ne cesse d’augmenter . Ce qui favorise le développement de nouvelles embarcations plus imposantes et plus lourdes . Et, bien sûr, à mesure que les bateaux gagnent en taille, les hors-bords gagnent encore en chevaux .

Toujours plus

Pour certains motoristes, la réponse à cette course au « toujours plus » peut se trouver traditionnellement, et facilement, en augmentant la cylindrée des moteurs, en rajoutant un compresseur ou un turbocompresseur... Mais ces options techniques, inévitablement, génèrent des effets secondaires négatifs : augmentation de la consommation de carburant et des émissions polluantes, augmentation du poids des moteurs ce qui nuit à l’équilibre des bateaux et augmentation de la complexité mécanique, ce qui peut peser sur la fiabilité.

Toujours mieux

Ces choix techniques ne sont pas ceux adoptés par les ingénieurs de Suzuki . Ils ont opté pour une voie différente, innovante, en imaginant des solutions permettant de concilier hautes performances, consommations et émissions réduites, ainsi que simplicité et fiabilité. Une approche résumée par le symbole japonais Geki (ci-contre) qui illustre la philosophie de l’innovation Suzuki . Les traductions très concrètes sont nombreuses et présentées en pages 16 à 21 . Mais citons, par exemple, l’hélice contre-rotative Suzuki qui, à puissance moteur égale, permet d’une part d’augmenter fortement la poussée sous l’eau et, d’autre part, de réduire la taille du carter d’embase de la transmission, le rendant ainsi bien plus hydrodynamique .

Cette approche « Geki » d’innovation responsable bénéficie donc en particulier à la gamme des motorisations puissantes Suzuki, à commencer par ses porte-drapeaux les DF350A et DF325A, ainsi que le très récent DF300B .

Les campagnes "Clean up the world"

Depuis 2011, dans le cadre de ses campagnes « Clean Up The World », Suzuki Motor Corporation encourage ses filiales à initier des actions pour collecter des déchets en mer et sur les berges . En 2019, par exemple, plus de 8000 collaborateurs de 26 pays ont participé à cette campagne ! Après une interruption en 2020 pour cause de pandémie, les opérations ont repris de plus belle en 2021 . Notamment en France où Suzuki, mobilisant ses départements Marine mais aussi Auto et Moto, a proposé pour la première fois à son partenaire Beneteau de se joindre à la campagne de collecte des déchets.

La réduction du plastique dans les emballages

Fin 2020, Suzuki a décidé de réduire drastiquement l’utilisation de plastique dans ses emballages, en particulier pour les pièces détachées . Au mois de juin 2021, le nombre de packaging impacté était de 264 et «l’économie » de plastique réalisée d’environ 2,24 tonnes . L’objectif est de réduire de 3,3 tonnes la consommation de plastique sur 1 an .

La collecte des microplastiques en mer

Les ingénieurs de Suzuki ont mis au point le premier système de collecte de microplastiques au monde à pouvoir être installé sur un hors-bord . Ils ont eu l’idée innovante d’intégrer ce dispositif à la structure du moteur qui pompe plusieurs tonnes d’eau pour le refroidissement, avant de les rejeter . Grâce à leur invention, les déchets microplastiques flottant dans l’eau peuvent être collectés en navigant . Ce système sera disponible sur les moteurs DF140BG et DF115BG en option à partir de février 2022, avant d’être monté en série à partir de juillet 2022 .

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.