Vendée Globe : encore 48h de labeur !

Vendée Globe
Mardi 24 novembre 2020 à 17h33

Qu’elle est longue et laborieuse cette descente de l’Atlantique Sud ! La position de l’anticyclone de Sainte-Hélène brouille complètement la piste pour rejoindre le grand Sud. Charlie Dalin, toujours en tête, grappille chaque mètre comme s’il valait de l’or, Thomas Ruyant, lui, avance à tâtons dans cette zone qu’il qualifie de « pourrie » et derrière, on prie pour que l’option choisie ne se transforme pas en banqueroute au pointage à Bonne-Espérance.

©Jean-Louis Carli / Alea
Qu’elle est longue et laborieuse cette descente de l’Atlantique Sud ! La position de l’anticyclone de Sainte-Hélène brouille complètement la piste pour rejoindre le grand Sud. Charlie Dalin, toujours en tête, grappille chaque mètre comme s’il valait de l’or, Thomas Ruyant, lui, avance à tâtons dans cette zone qu’il qualifie de « pourrie » et derrière, on prie pour que l’option choisie ne se transforme pas en banqueroute au pointage à Bonne-Espérance.

Lentement mais sûrement. Ca n’avance pas bien vite au sein de la flotte du 9ème Vendée Globe. De l’Est du Cap-Vert où se trouve Jérémie Beyou sur Charal, au beau milieu de l’Atlantique Sud, la cadence des IMOCA n’a rien d’effrénée. « C'est un sentiment étrange : imaginez que vous êtes assis sur le bord de la route en vous demandant si l'on va venir vous chercher un jour » confie Boris Herrmann, 6ème au pointage, à moins d’1 mille de Yannick Bestaven ! Une belle bagarre dans des petits airs dans le sillage de Kevin Escoffier et Jean Le Cam. Rarement la route du Vendée Globe n’a connu un tel scénario. « J’imaginais l’Atlantique Sud comme la zone la plus rapide du tour du monde, et bien c’est raté ! Je pense que c’est un des plus gros dilemmes auquel j’ai dû faire face depuis que je navigue » constatait Charlie Dalin joint à la vacation de la matinée.

Manœuvres, changements de voiles et grosse fatigue

7 IMOCA bataillent dans la Zone de Convergence Intertropicale à s’en arracher les cheveux à moins de garder son calme olympien comme le fait le Finlandais Ari Huusela, 29ème à 3 nœuds depuis ce midi, qui confie avec cette voix linéaire et imperturbable : « Je m’adapte, je fais face, inutile de s’agacer, c’est comme ça… ». Miranda Merron sur son Campagne de France a eu de quoi pousser un coup de « gueule » ne comprenant pas pourquoi son bateau restait collé dans une belle risée : « J’ai découvert qu’une bâche en plastique entourait ma quille et freinait considérablement mon avancée ». Pour rejoindre le Cap de Bonne-Espérance et le train des dépressions qui permettent de cavaler, il va falloir faire preuve de patience. Les premiers, au prix de changements de voile, de manœuvres et de réglages incessants devraient toucher le flux des 40èmes dans 48 heures et faire siffler enfin les foils avant de doubler le cap de l’Afrique du Sud dans la nuit de dimanche à lundi. Pour le groupe suivant ce sera presque deux jours après.

Des écarts conséquents

Le tandem Dalin/Ruyant affiche près de 200 milles d’écart avec le 3ème Jean Le Cam qui parvient toujours à contenir de gros clients à foils comme Kevin Escoffier, Yannick Bestaven, Boris Herrmann et Sébastien Simon ! Alex Thomson, lui, choisi de contourner l’anticyclone par le sud avec Louis Burton et Sam Davies. Il accuse ce soir plus de 500 milles de retard sur la tête de flotte et devrait terminer cette nuit les réparations sur la structure avant de son bateau. Le trio Roura/Attanasio/Crémer navigue 1 000 milles en arrière des premiers. A noter que Banque Populaire X a traversé les îles volcaniques de Trindade et Martim Vaz aux alentours de 14 heures… Enfin, le foiler jaune et noir d’Armel Tripon, L’Occitane en Provence, se rapproche de Fernando de Noronha, et affiche un écart de 2 000 milles sur Apivia. Quant à Jérémie Beyou sur Charal, il commence à ralentir dans les premiers coups de griffes du Pot au Noir à 3 000 milles de ses camarades de jeu.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.