Thomas Ruyant content d'être en compagnie de Yannick Bestaven

Vendée Globe
Mercredi 16 décembre 2020 à 7h51

Joint à la vacation de 5h, Thomas Ruyant était prolixe ! Le skipper de LinkedOut semblait content de naviguer dans les Cinquantièmes sur son foil tribord non loin de Yannick Bestaven, idéal compagnon de route.

©Pierre Bouras / TR Racing
Joint à la vacation de 5h, Thomas Ruyant était prolixe ! Le skipper de LinkedOut semblait content de naviguer dans les Cinquantièmes sur son foil tribord non loin de Yannick Bestaven, idéal compagnon de route.

« Je renvoyais un peu de toile. J’ai empanné en milieu de nuit, enfin ! Il y a 25 nœuds de vent avec une mer courte, ce n’est pas facile d’avancer. Ah cet océan Indien avec ces mers croisées et courtes ! C’est dur de trouver la bonne toile. Je suis en bâbord amures donc ça va aller mieux, même si le VMG portant, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux pour les foilers. Ce qui est sûr, c’est qu’on fait cap à l’Est, avec en majorité du bâbord amures et quelques empannages. Ce sera une route plein est pendant un bon bout de temps, au moins jusqu’à après-demain. Il y aura peut-être des transitions à négocier avec un peu moins de vent. J’ai eu quelques infos sur le problème de Charlie, c’est malheureux car on était un bon petit groupe, mais il n’est pas loin derrière, je sais qu’il a la niaque. Il saura revenir et les écarts ne sont pas dingues, la course est encore longue. Je suis content d’être en tête à mi-tour du monde. Yannick (Bestaven) est très l’aise dans ces conditions, il a l’air d’aller plus vite que moi. C’est un bon compagnon de route pour se jauger. On s’est eu à la VHF, on s’est croisé à 7 milles, c’était marrant de discuter…

Toute première fois

C’est la première fois que j’arrive dans les Cinquantièmes. Il y a quatre ans, je m’étais arrêté en Nouvelle-Zélande, je ne suis jamais allé aussi sud et ça caille dans le Sud. J’ai fermé la porte, j’ai fait une charge moteur, j’en ai profité pour faire sécher me pieds près du moteur. Cette nuit, j’ai eu froid. Je navigue porte fermée pour garder de la chaleur dans l’habitacle. On sent qu’on est dans les mers du Sud ! C’est sûr que je ne cracherais pas sur une bonne salade, des fruits frais et des légumes. Mais mon avitaillement a été bien fait, je mange beaucoup, j’ai encore quelques pommes et quelques oranges ! J’ai pris pour 80 jours de nourriture avec du gras, donc je ne serais pas en manque. Je ne vais pas me rationner !

Physique et miam-miam

Je suis pas mal en appui sur mes jambes, c’est sûr que je n’ai déjà pas des grosses cuisses, donc à l’arrivée je n’aurais pas la même physionomie ! En revanche la colonne, elle tourne ! Je pensais au système de pédalier d’Isa (Joschke), ce n’est peut-être pas con… J’arrive à faire des nuits correctes, mais il faut nuit tôt et les nuits sont courtes. Faut faire gaffe au sommeil quand même. Le décalage horaire se fait ressentir tous les jours.

Empanner en IMOCA

C’est une sacrée manœuvre. D’abord, tu t’occupes de tout le matossage à l’intérieur. Cela fait plus d’un mois qu’on est en course donc on a des sacs en moins, mais cela prend déjà un bon quart d’heure de déplacer les voiles, les sacs de sécurité et de nourriture de l’autre côté du bateau. Après, je retourne dans mon cockpit et je prépare les différentes ficelles pour basculer la voile d’avant de l’autre côté. Je ballaste et j’abats doucement. Dans la foulée, je choque la bastaque, et je mets la quille dans l’axe puis je bascule la voile d’avant et la met en ciseau. J’essaie d’accélérer sur une vague pour faire passer la grand-voile, et puis je requille, je reprends de la bastaque et c’est reparti !

Ca prend une bonne demi-heure, et quand il y a un « jibe » à mettre près de la zone des glaces faut pas se planter dans le timing ! Il faut faire attention aux lattes de grand-voile qui peuvent taper dans les haubans et la bastaque dessous.

Programme du jour

Je vais me faire à manger, j’ai les crocs ! Comme ça je pourrais réfléchir avec le ventre plein, et écouter un peu de musique. Il faut que j’éponge un peu les fonds, et que je m’occupe un peu du bateau. Il y n’y a plus d’oiseaux, dans l’Indien on a des oiseaux tout le temps, c’est dingue parfois des centaines d’oiseaux, c’est hallucinant. C’est une vraie présence. C’est sans doute parce que je suis très sud. »

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.