En exclu : le carnet de bord de Sam Davies qui passe le Cap Horn et sauve 60 enfants !

Vendée Globe
Lundi 25 janvier 2021 à 10h30

Bonjour à tous les lecteurs du Figaro Nautisme. Merci encore et toujours de continuer à suivre mes aventures. Ce samedi, je franchis le Cap Horn et la barre des 60 enfants sauvés avec Initiatives-Cœur. Une double récompense au terme d’une semaine de navigation délicate comme vous pourrez le lire.

©Sam Davies / Initiatives-Coeur
Bonjour à tous les lecteurs du Figaro Nautisme. Merci encore et toujours de continuer à suivre mes aventures. Ce samedi, je franchis le Cap Horn et la barre des 60 enfants sauvés avec Initiatives-Cœur. Une double récompense au terme d’une semaine de navigation délicate comme vous pourrez le lire.

Lundi

 

J’affronte des conditions typiques de l'océan Austral aujourd'hui. La température extérieure est de 5 degrés. Le vent vient de l'Antarctique et apporte avec lui de la grêle qui a rendu ma journée divertissante !

 

La vitesse du vent varie de 15 nœuds juste derrière le grain, à 35 nœuds sous le grain, et ces « nœuds » sont froids et denses. On affirmer sans se tromper que chaque grain « a du punch » aujourd'hui !

Le dernier est tombé, noir et effrayant ... J'ai roulé le J2 juste à temps. Et après de fortes rafales de vent sont venues avec une énorme tempête de grêle, recouvrant mon bateau de petites boules de glace !! Brrrrrr

Nautisme Article
© Sam Davies / Initiatives-Coeur

Je n'ai pas de radiateur à bord d'Initiatives-Cœur, mais pour l'instant je n'ai pas froid. Le cockpit fermé aide à garder le facteur vent froid, et j'ai de très bons équipements et vêtements pour me garder au chaud.

Maintenant, juste pour passer d'un extrême à l'autre, j'ai parlé à Romain aujourd'hui, qui se trouve au large du Brésil avec 30 degrés à bord de son bateau !!!

Mercredi

Nautisme Article
© Sam Davies / Initiatives-Coeur

Je me rapproche enfin du Cap Horn - moins de 700 milles à parcourir ! Les conditions seront délicates pour m'y rendre, et son passage sera encore plus salutaire et gratifiant.

Le Pacifique Sud a été particulièrement difficile cette année - je pense qu'il en a été de même pour à peu près tous les skippers - avec des vents violents, des mers énormes et des températures glaciales. Ces derniers jours, j'ai été « divertie » environ toutes les 2 heures par une rafale de grêle glaciale, qui soufflaient à plus de 30 nœuds sous eux. Il a été difficile de choisir les bonnes voiles et de me reposer convenablement. Cependant, les vues de ce ciel en colère ont été incroyables.

Les températures devraient commencer à monter avec le vent tournant vers le nord, mais probablement pas encore beaucoup car je suis à 57 degrés sud ! Ce matin, il faisait 4 degrés à l'intérieur de mon cockpit - donc probablement un peu moins sur le pont !

À l'intérieur du bateau, je n'ai pas de thermomètre (ce serait probablement déprimant !) Mais l'huile d'olive est maintenant totalement congelée – on peut l'étaler comme du beurre. Il est étrange de constater que mes 2 autres huiles (de lin et de chanvre) sont encore liquides !

Je navigue en solitaire, mais je vois qu'il y a 2 navires qui vont dans la même direction, et Alexia et Ari ne sont pas loin non plus. Nous sommes souvent en contact via WhatsApp pour partager nos sentiments et comparer les conditions. C’est bien d’avoir ces « amis » ici pour partager nos expériences. Cela me fait me sentir moins seule - et peut-être un peu moins folle de savoir qu'il y en a d'autres ici qui font aussi cette course de dingue !!

Jeudi

Empanner seule dans l'océan Austral n'est pas simple. L'objectif principal est de passer sur l'autre bord sans rien casser !!

Dans plus de 30 nœuds de vent, je préfère l'option « Granny Tack » - d'abord enrouler la voile avant, puis attendre le moment adéquat sur les (énormes !) vagues pour faire tourner le bateau... Parfois cela implique un peu de marche arrière avant de pouvoir effectuer le nouvel empannage, déployer la voile avant, ranger et pousser un soupir de soulagement (ou dire une petite prière selon votre religion !)

J'ai juste « empanné » mais je n’ai pas choisi le bon timing car une rafale de 40 nœuds s’est mise à souffler.

Du côté positif, le vent ne vient plus de l'Antarctique, et au lieu de la grêle, c'est maintenant de la pluie dans les grains. Et cela fait de merveilleux arcs-en-ciel ! En attendant que la rafale passe, j'en ai profité pour prendre quelques photos du paysage à couper le souffle !

Nautisme Article
© Sam Davies / Initiatives-Coeur

Vendredi

30 à 40 nœuds, au portant, c’est comme ça depuis 4 jours, le vent est de plus en plus fort et va encore se renforcer à l’approche du Cap Horn. Je voulais profiter de cette semaine qui met à l’honneur le sport féminin pour rappeler que sur les 6 femmes à avoir pris le départ du Vendée Globe, 4 sont encore en cours. Je suis très fière des performances des 6 femmes sur ce Vendée Globe. C’est prometteur pour la suite. J’espère qu’on aura inspiré des jeunes filles et de futures navigatrices pour faire carrière dans la course au large en espérant qu’une femme finira par gagner le Vendée Globe.

Samedi

Au fil de la journée, l'état de la mer s'est progressivement détérioré et le vent soufflait de plus en plus fort. Au début, Initiatives-Cœur s’en sortait plutôt bien et nous filions à bonne allure sur les vagues. Et puis, le vent est devenu trop fort et nous avons commencé à sauter les vagues et à plonger dans celles d’après. Le vent soufflait à 40 nœuds avec des rafales bien au-delà. C'était un moment délicat car un vent à cette puissance est viable, mais au-delà on s’approche dangereusement de la limite

La Grande Voile est finalement descendue sans soucis, et je l'ai attachée à la bôme. Nous sommes définitivement en mode tempête ici !! Encore quelques heures de vents forts et de grosse mer et 140 milles à parcourir jusqu'au Cap Horn. Je n’oublierai pas ce passage de sitôt !!

Il coïncide avec le cap des 60 enfants sauvés que nous venons d’atteindre et qui était notre objectif avant le départ du Vendée Globe. Cela me fait chaud au cœur d’imaginer les premiers enfants qui sont actuellement en train d’être soignés en France. Je pense aussi aux bénévoles, aux médecins, aux soignants, aux familles d’accueil, à toute cette belle chaîne de solidarité. L’aventure est encore longue et nous espérons en sauver autant que possible. Je suis là pour eux. Et merci à tous pour votre soutien c’est aussi grâce à chacun de vos clics sur nos réseaux sociaux que nous pourrons y parvenir !

Nautisme Article
© Sam Davies / Initiatives-Coeur

Pour soutenir Initiatives-Coeur sur Facebook, c'est par ici !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.