H-3 du tour du monde en 80 jours

Vendée Globe
Mercredi 27 janvier 2021 à 17h07

Cela fait 80 jours que les marins sont en mer et voilà, les premiers IMOCA se rapprochent de la ligne d’arrivée, nous offrant un final qui promet d’être très serré. Aux Sables d’Olonne, le port s’active afin de préparer au mieux l’arrivée des marins. Teams, médias, fédération, organisation, tout le monde travaille pour faire vivre au mieux cette arrivée à couteaux tirés.

©Olivier Blanchet/Alea
Cela fait 80 jours que les marins sont en mer et voilà, les premiers IMOCA se rapprochent de la ligne d’arrivée, nous offrant un final qui promet d’être très serré. Aux Sables d’Olonne, le port s’active afin de préparer au mieux l’arrivée des marins. Teams, médias, fédération, organisation, tout le monde travaille pour faire vivre au mieux cette arrivée à couteaux tirés.

Les vestes floquées Apivia sont nombreuses dans les bureaux ce matin, afin de préparer le dispositif d’accueil de Charlie Dalin au mieux. Antoine Gautier, directeur du Bureau d’Etudes, s’impatiente. « On prépare les semi-rigides pour l’arrivée de Charlie, on passe notre temps à regarder la cartographie et à faire des routages pour voir comment cette course va se dénouer et on patiente. On est un peu stressé, enfin plutôt tendus et curieux de voir comment ça va se finir. Toute l’équipe est là depuis ce matin et c’est une journée d’attente. On a eu Charlie cette nuit au téléphone, il est à fond, il a conscience que ça va se jouer à une poignée d’heures donc il donne tout et il a arrêté de réfléchir. »

Au milieu des journalistes, les membres des équipes règlent des derniers préparatifs pour les arrivées en mer, puis à terre, de leur marin. En effet, après tant de semaines passées seuls à bord de leur IMOCA, dans des conditions difficiles, avec comme seul réconfort des plats lyophilisés et des barres de céréales, les skippers ont gentiment missionné leurs équipes pour leur préparer leur repas de rêve.  Marcus Hutchinson, team manager de Thomas Ruyant Racing, qui venait de raccrocher avec le skipper, nous raconte « On fait une énième vérification du processus logistique de l’arrivée, depuis le moment où il coupe la ligne et le moment où il se retrouvera dans son lit. Je viens de raccrocher avec Thomas là, il a faim. Il est désolé de parler que de ça, mais m’a bien rappelé qu’il fallait absolument qu’on apporte de bonnes choses à bord dès son arrivée et un bon petit-déjeuner avant la salle de presse. »

En effet, les équipes mettent tout en œuvre pour rendre le retour du marin formidable. Nelson Burton, frère de Louis, et membre du team Bureau Vallée 2, nous le confirme. « Le team est en train de s’adapter à toutes les péripéties et contraintes liées à cette arrivée groupée incroyable. On est en train d’adapter notre dispositif pour tout faire pour que Louis soit content et puisse avoir l’arrivée qu’il rêve d’avoir. On se partage donc tous entre des courses de dernière minute, des réunions pour organiser la venue des invités, en fait on est en train de faire tous les préparatifs de dernières minutes habituels en un peu plus rock’n’roll. »

Du côté de l’organisation, les choses se précisent à mesure que l’heure d’arrivée des premiers se rapproche. Organisation du direct télé, de la sécurité et du bon déroulement des opérations, tout le monde est sur le pont. Pierre Hays, adjoint à la direction de course, nous fait part de l’organisation de ce soir. « Au sein de la direction de course, on a deux équipes, une qui partira sur l’eau pour accueillir l’ensemble des concurrents sur la ligne d’arrivée, et une personne qui sera présente au bureau pour assurer la coordination entre les différentes parties prenantes de l’organisation et également pour avoir une écoute et une veille attentive pour l’ensemble des concurrents sur l’eau. Ce final va être unique, ça va être une arrivée groupée pour les premiers concurrents. On travaille depuis un moment pour anticiper l’ensemble des procédures à mettre en place, mais il y aura sans doute une part d’inconnue lorsqu’on sera sur l’eau et on s’adaptera pour faire en sorte que tout se passe bien et que le spectacle soit beau ! »

Et puis, des dizaines de bénévoles sont présents pour que tout soit prêt à temps. Dans ce contexte sanitaire inédit, ils seront peut-être les seuls Sablais à pouvoir être le long du chenal pour accueillir les marins. Ils mesurent leur chance et attendant le feu vert. Jean-Luc, bénévole sur le village, nous explique. « J’ai postulé pour faire partie de la haie d’honneur qui sera à priori de nuit, mais on attend la réponse des responsables associatifs qui ont fait un appel ce matin. En fonction de leur réponse, je pourrai être au bord du chenal pour accueillir les bateaux. Je suis le Vendée Globe depuis longtemps comme spectateur. J’étais à l’arrivée de Titouan Lamazou en 1990 et c’était plein d’émotions, il n’y avait pas de direct comme aujourd’hui, l’information se diffusait dans la ville au fur et à mesure. J’étais au restaurant avec des amis et vers 11h du soir on a couru vers le chenal pour l’accueillir par un mois de mars, c’était une très belle arrivée ! On croise les doigts pour pouvoir être présents ce soir. »

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.