Nordistes contre sudistes : « Aujourd'hui, personne ne peut dire qui aura le dernier mot »

Course au large
Lundi 24 mai 2021 à 18h10

Le groupe de tête de la Transat en Double - Concarneau – Saint-Barthélemy s’est scindé en deux. Les partisans de la route sud, emmenés par Pierre Leboucher et Thomas Rouxel (GUYOT Environnement – Ruban Rose), ont la faveur du classement à une petite semaine de l’arrivée prévue à Saint-Barthélemy. Les tenants d’une route plus au nord gardent toutefois espoir, comptant notamment sur les nombreux aléas pouvant émailler la fin de course. Désormais, les duos ne peuvent plus faire machine arrière et doivent assumer leurs choix jusqu’au bout.

L'égoïste - Cantina St Barth ©L'égoïste - Cantina St Barth
Le groupe de tête de la Transat en Double - Concarneau – Saint-Barthélemy s’est scindé en deux. Les partisans de la route sud, emmenés par Pierre Leboucher et Thomas Rouxel (GUYOT Environnement – Ruban Rose), ont la faveur du classement à une petite semaine de l’arrivée prévue à Saint-Barthélemy. Les tenants d’une route plus au nord gardent toutefois espoir, comptant notamment sur les nombreux aléas pouvant émailler la fin de course. Désormais, les duos ne peuvent plus faire machine arrière et doivent assumer leurs choix jusqu’au bout.

Cela fait désormais onze jours que les dix-huit duos de la Transat en Double – Concarneau – Saint-Barthélemy ont pris le départ de la 15e édition. Malgré une course exigeante en termes de conditions météo et de rythme à bord, tous sont encore en course. Le parcours est loin d’être bouclé mais pour leur baptême du feu transatlantique, les Figaro Bénéteau 3 semblent pour le moment démontrer une belle fiabilité, et offrent une superbe confrontation.

« Deux options très tranchées »

Dans le groupe de tête, la scission entre les partisans d’une route au sud (plus longue mais potentiellement plus rapide) et ceux d’une trajectoire au nord (plus courte mais plus incertaine) est maintenant nette et actée. « Les deux options sont très tranchées », confirme Corentin Horeau (Bretagne – CMB Océane), parti dans le sud avec Élodie Bonafous. « Maintenant il faut que chacun aille dans sa direction pour se retrouver à l’arrivée. À fond, et advienne que pourra ! » Tous les marins s’accordent à dire que les dés sont désormais jetés et qu’il faut aller au bout de son option, se tenir au choix potentiellement décisif qui a été fait. Parti au nord avec Alexis Loison, Guillaume Pirouelle (Région Normandie) précise : « Il n’est pas question de traverser le plan d’eau pour changer d’option. Nous nous concentrons à fond sur la bonne marche de notre bateau. » Le groupe du sud est extrêmement compact, quand celui du nord est un peu plus dispersé. Les deux flottes ne se croiseront qu’aux abords de Saint-Barthélemy. On peut d’ores et déjà s’attendre à des arrivées très groupées, peut-être quinze en moins de 24 heures...

Chacun croit en sa chance

Les partisans du sud disposent pour le moment d’une légère avance car ils profitent d’un alizé un peu plus soutenu. Deuxièmes au classement ce lundi (pointage de 17h), Tom Laperche (associé à Loïs Berrehar sur Bretagne CMB – Performance) se montre confiant pour la suite des événements : « Nous sommes très contents d’être là et heureux de notre course. Je ne crois pas trop à l’option des gars du nord mais bon, à voir… Il reste une petite semaine hyper intense. On se prépare pour ça. » Les duos ayant choisi la route nord gardent aussi espoir. « Aujourd’hui, personne ne peut dire qui aura le dernier mot. C’est la façon dont va se décanter la météo à partir du 27 mai qui sera le juge de paix avec en point de surveillance le repositionnement de l’anticyclone des Bermudes et les éventuels fronts traînant sur le nord des Antilles », expliquent Nils Palmieri et Julien Villion (TeamWork), dont les analyses stratégiques sont toujours instructives. « La course demeure ouverte. Être en pointe dans le groupe du nord nous met dans une excellente situation si la suite évolue favorablement. »

« Des aléas compliqués à gérer »

En course au large, l’incertitude est omniprésente et le dénouement de la Transat en Double – Concarneau – Saint-Barthélemy pourrait bien le confirmer. « Il reste beaucoup d’aléas compliqués à gérer comme les sargasses, la fatigue et plein d’autres paramètres qui vont rentrer en jeu », souligne Guillaume Pirouelle. Leader avec Thomas Rouxel à bord du Figaro Bénéteau 3 GUYOT Environnement – Ruban Rose, Pierre Leboucher est du même avis. « En ce moment, nous réfléchissons beaucoup à notre option en fonction des sargasses. Or, ce paramètre est assez complexe à appréhender. »

Vivre pour le meilleur

Les esprits des marins sont bien occupés par cette gestion de l’incertitude et par les enjeux de la (longue) fin de course. Mais il ressort également de leurs divers témoignages un bonheur intense d’être en mer. « C’est notre dernier lundi en mer. C’est chouette, ça avance, on a des belles conditions. On est bien là où on est ! Hier on a pris notre première douche, je dois dire que c’est assez agréable », déclare par exemple l’heureux leader Pierre Leboucher. « Les jours passent très vite, la stratégie occupe nos réflexions et les quarts s'enchaînent. La vie est belle », se réjouissent de leur côté Fabien Delahaye et Anthony Marchand (Groupe Gilbert).

Nautisme Article
La Transat en double - Interaction© La Transat en double - Interaction

Le pointage de 17h

1.GUYOT Environnement – Ruban Rose (Pierre Leboucher / Thomas Rouxel)

2.Bretagne – CMB Performance (Tom Laperche / Loïs Berrehar) à 3,2 nm

3.Breizh Cola (Gildas Mahé / Tom Dolan) à 8,5 nm

4.Groupe Gilbert (Fabien Delahaye / Anthony Marchand) à 13,2 nm

5.Gardons la vue (Martin Le Pape / Yann Eliès) à 19,6 nm

6.MonAtoutEnergie.fr (Arthur HUBERT / Clément Commagnac) à 20,2 nm

7.Teamwork (Nils Palmieri / Julien Villion) à 22,7 nm

8.Bretagne – CMB Océane (Elodie Bonafous / Corentin Horeau) à 25,1 nm

9.CYBELE VACANCES TEAM PLAY TO B (Pep Costa / Will Harris) à 25,5 nm

10.Région Normandie (Alexis Loison / Guillaume Pirouelle) à 43,1 nm

11.DEVENIR (Violette dorange / Alan Roberts) à 52 nm

12.Quéguiner - Innovéo (Tanguy Le Turquais / Corentin Douguet) à 61,8 nm

13.Skipper Macif (Pierre Quiroga / Erwan Le Draoulec) à 64,1 nm

14.(L’égoïste) - Cantina St Barth (Eric Péron / Miguel Danet) à 81,4 nm   

15.RLC Sailing (Estelle Greck / Laurent Givry) à 95,2 nm

16.ERISMA GROUPE SODES – Fondation TARA OCEAN (Jérôme Samuel / Nicolas Salet) à 402,8 nm

17.INTERACTION (Yannig Livory / Erwan Livory) à 482,6 nm

18.KRISS-LAURE (Nicolas Bertho / Romuald Poirat) à 642,6 nm

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.