RORC Caribbean 600 2022 – Warrior Won au treizième ciel

Régates
Lundi 28 février 2022 à 17h52

Slalomant entre onze îles de l’arc antillais, d‘Anguilla au nord aux Saintes et à la Désirade au sud, contournant la Guadeloupe et faisant le tour d’Antigua, la RORC Caribbean 600 offre un parcours à nul autre pareil. Pas étonnant qu’en proposant un voyage aussi séduisant, bercé par la douceur des alizés en plein cœur de l’hiver européen, qu’en seulement douze éditions, la course soit déjà devenue une classique incontournable.

Skorpios et Comanche ©RORC Caribbean 600
Slalomant entre onze îles de l’arc antillais, d‘Anguilla au nord aux Saintes et à la Désirade au sud, contournant la Guadeloupe et faisant le tour d’Antigua, la RORC Caribbean 600 offre un parcours à nul autre pareil. Pas étonnant qu’en proposant un voyage aussi séduisant, bercé par la douceur des alizés en plein cœur de l’hiver européen, qu’en seulement douze éditions, la course soit déjà devenue une classique incontournable.

Soixante-quatorze équipages représentant une douzaine de nations se sont donc donnés rendez-vous le 21 février pour prendre le départ au sud d’Anguilla, la ligne étant mouillée aux pieds des fameuses Colonnes d’Hercule à la sortie d’English Harbour. Si la première arrivée en temps réel était promise à l’un des dix multicoques de la classe Mocra, la victoire finale était réservée à un monocoque, règlement et tradition britannique obligent. Mais lequel des 65 concurrents répartis entre Class40 et 6 classes IRC allait l’emporter ? Bien malin qui l’eut deviné au matin du départ, tant le parcours sinueux et la météo variable, ouvrent grand le jeu pour les tacticiens et les stratèges qui ne manquent à bord des magnifiques unités présentes. Il y a là le ClubSwan 125 Skorpios, le magnifique plan VPLP/verdier Comanche skippé par Mitch Booth, le 100’ Farr Leopard, une dizaine de 70 pieds issus de la Volvo, et même le 60’ Open de Richard Tolkien. Mais est-ce qu’en compensé ce ne sera pas un Pogo 12.50, un J121, un Sydney 47 ou un JPK qui l’emportera ? Impossible à prévoir.

Nautisme Article
Finimmo et Guidi© RORC Caribbean 600

Lancés dans 15 nœuds de vent avec des rafales à vingt, les 700 marins ont tout de suite offert un spectacle magnifique. Le 100’ Comanche rasait les falaises, le 125’ Skorpios croisait de près les Volvo 70, et le trimaran MOD70 de PowerPlay de Peter Cunningham s’envolait sur un flotteur, pour le plus grand bonheur des vidéastes et photographes présents. Ce sont ensuite des alizés modérés qui attendaient les concurrents sur l’ensemble d’un parcours, dont la difficulté résidait plus dans la houle océanique pour les bateaux et la chaleur tropicale pour les équipages. Au sud de la Guadeloupe, comme attendu, trois trimarans pointant régulièrement autour de 30 nœuds, avec des pointes à 35, s’affichent en tête : le Maserati de Giovanni Soldini, Argo de Jason Carroll, et Powerplay de Peter Cunningham mais qui semble quelque peu décroché. À mi-parcours, le record de l’épreuve (30 heures et 49 minutes) en multicoque semble pourtant à portée des étraves. Idem en monocoque, Skorpios qui mène alors d’une heure devant Comanche en temps réel pourrait bien faire tomber les 37 heures et 41 minutes de référence. Si en Class40 le podium provisoire est français avec dans l’ordre Guidi de Charles-Louis Mourruau, Minnimo d'Hervé Thomas et Vitican d'Olivier Delrieu est troisième, en IRC1 les Anglais sont aux avant-postes sur des bateaux…français, Lombard 46 et JPK 1180. Enfin en IRC2, le trio de tête est également anglo-saxon à mi-parcours, mais cette fois sur un Oyster 48, un JPK1010 et un Sigma 38.

Nautisme Article
Skorpios© RORC Caribbean 600

Finalement c’est bien le MOD70 Argo qui coupera la ligne le premier en battant le record de l’épreuve, dépassant Maserati 20 minutes seulement avant l’arrivée, le précédant de seulement deux minutes après 29 heures et 38 minutes d’un duel ininterrompu qui les a vu échanger leurs places respectives cinq ou six fois. À 35 nœuds, sous le vent St Kitts et Nevis, c’était du véritable match racing d’une intensité folle. Une heure plus tard seulement, le ClubSwan 125 Skorpios remportait la classe IRC0 en étant le premier monocoque à rejoindre Antigua. Première participation et première victoire donc pour le bateau noir et jaune Dmitry Rybolovlev, skippé par Fernando Echavarri, alors que le Comanche de Mitch Booth se classe deuxième à près d’une heure. Pour les autres classes et surtout la victoire au général en temps compensé il a fallu encore patienter. Il a fallu quatre jours et quatre nuits de course pour décider du vainqueur en IRC1. Après avoir remporté le Fastnet l’été dernier, le JPK 1180 Sunrise du britannique Tom Kneen devance une nouvelle fois son compatriote Ed Bell sur son sister-ship Dawn Treader. En ORC2, l’Oyster 48 Scarlet Oyster s’adjuge une septième victoire dans la Caribbean 600.

Nautisme Article
L'équipe de Finimmo© RORC Caribbean 600

Le comble du suspens et à porter au crédit de la Class 40, qui avec neuf bateaux offrait un plateau de choix. Le dénouement a été à la hauteur de l’excellent niveau des équipages, 61 secondes séparant les vainqueurs français à bord de Finimmo, dont un certain Kito de Pavant, du second, Guidi qui avait pourtant mené presque toute la course. Mais le trophée le plus prestigieux reste celui de la victoire au général en temps compensé pour les monocoques. Et le grand vainqueur de la RORC Caribbean 600 2022 est le Pac52 Warrior Won de Christopher Sheehan (USA) qui courrait en IRC0, une catégorie vraiment très disputée. Félicitations donc à Warrior Won et rendez-vous d’ores et déjà l’année prochaine, sur l’eau cette fois ?

Nautisme Article
Warrior Won© RORC Caribbean 600

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…