Route du Rhum 2018 – Une tempête pour l'histoire

Route du Rhum
Mercredi 2 mars 2022 à 15h00

À 250 jours du départ de la Route du Rhum 2022, Figaro Nautisme vous propose un dernier coup d’œil dans le rétro sur la dernière édition courue il y a quatre ans. Une onzième édition marquée par une forte dépression, issue de l’ouragan Oscar, peu après le départ qui va fortement impacter la flotte des 123 bateaux engagés, un record. La délivrance pour les skippers qui parviendront à rejoindre la Guadeloupe, est à la hauteur d’une transatlantique très éprouvante pour les six catégories. Ajoutez-y un zest de suspens à l’image de l’arrivée en catégorie Ultim, et vous obtenez une édition qui marquera à nouveau l’histoire.

Route du Rhum 2018 - Idec et Macif ©Loic Venance - AFP
À 250 jours du départ de la Route du Rhum 2022, Figaro Nautisme vous propose un dernier coup d’œil dans le rétro sur la dernière édition courue il y a quatre ans. Une onzième édition marquée par une forte dépression, issue de l’ouragan Oscar, peu après le départ qui va fortement impacter la flotte des 123 bateaux engagés, un record. La délivrance pour les skippers qui parviendront à rejoindre la Guadeloupe, est à la hauteur d’une transatlantique très éprouvante pour les six catégories. Ajoutez-y un zest de suspens à l’image de l’arrivée en catégorie Ultim, et vous obtenez une édition qui marquera à nouveau l’histoire.

Ultims - Perte et record

Dans la catégorie reine, des trimarans géants, ils ne sont que six au départ. Et la forte dépression qui balaie la flotte dès la deuxième nuit fait d’énormes dégâts. Gitana 17 de Sébastien Josse et Sodebo de Thomas Coville se retrouvent à La Corogne. Le premier devra abandonner, le second repartira avec un retard irrattrapable et terminera finalement troisième, un podium récompensant sa pugnacité légendaire. Mais le pire est pour Banque Populaire, le trimaran d’Armel Le Cléac’h chavirant à la suite de la rupture de son flotteur bâbord. Remorqué vers Vigo, il arrivera totalement détruit, irrécupérable. C’est un immense coup dur pour l’armateur, le skipper et cette classe en devenir. Devant, deux skippers ont réussi à s’échapper le jeune (34 ans) François Gabart sur son Macif de 2015, menant la majorité du parcours. Mais l’expérimenté (62 ans) Francis Joyon, à bord du trimaran Idec vainqueur des deux précédentes éditions (sous les couleurs de Groupama puis Banque Populaire) s’accroche et sait l’arrivée autour de la Guadeloupe souvent piégeuse. Alors qu’il ne reste que 500 milles à parcourir, il accuse pourtant un retard de 90 milles sur son concurrent, soit 18% ! Mais le trimaran de François Gabart a subi moult avaries, et le vent s’effondrant, cette transatlantique de 3 510 milles se termine en véritable match racing. L’écart à l’arrivée ? Sept minutes et 8 secondes, après 7 jours et 14 heures de course, nouveau record de l’épreuve ! Chapeau bas messieurs.

Nautisme Article
Route du Rhum 2018 - Paul Meilhat© Yvan Zedda

IMOCA – Thomson trépasse, Meilhat passe

À mi-chemin entre deux Vendée Globe, cette Route du Rhum revêt forcément un caractère particulier pour les 20 skippers engagés. Belle occasion de briller pour décrocher un budget en vue de la prochaine édition, ultime course clôturant le cycle de la précédente, galop d’essai sur un nouveau destrier, les raisons de partir le couteau entre les dents sont aussi nombreuses qu’il y a de concurrents sur la ligne et bien difficile de jouer au jeu des pronostics le 4 novembre au départ de St Malo. Comme pour toute la flotte, le 6 novembre est un mardi noir pour les monocoques de 60 pieds. Les 5 abandons s’égrèneront au fil des jours qui suivent mais touchent cinq prétendants au podium, de Jeremy Beyou sur son sémillant Charal tout neuf, à Isabelle Joschke qui voit son mât se briser le 10 novembre, en passant par un certain Yannick Bestaven. C’est donc le Britannique Alex Thomson qui fait la course en tête et rien ne semble pouvoir cette fois l’arrêter avec plus de 200 miles d’avance à la veille d’arriver à Pointe à Pitre. Mais l’anglais est épuisé et s’effondre au mauvais moment. Il vient toucher les rochers en atterrissant sur le nord de la Guadeloupe et il doit démarrer son moteur pour sauver son bateau. Le règlement en ces circonstances est clair et impitoyable mais il l’accepte avec un fairplay qui l’honore : 24 heures de pénalité. C’est beaucoup plus qu’il n’en faut à Paul Meilhat sur SMA et Yann Elies (Ucar-St Michel) pour s’intercaler et rafler les deux premières places. Ces deux-là ne seront pas au départ du Vendée Globe 2020, la voile est parfois un sport triplement injuste.

Nautisme Article
Route du Rhum 2018 - Armel Tripon Reaute Chocolats© Pierre Bouras

MULTI50 et Class40 – Compétiteurs nés

Lui aussi rêve de Vendée Globe, mais c’est sur trois coques qu’il s’illustre sur cette Route du Rhum 2018. Si Armel Tripon sur Reauté Chocolat s’impose dans cette classe Multi50 de cadors, devant Erwan Le Roux et Thibault Vauchel-Camus, il termine de surcroit troisième en temps réel derrière les deux premiers Ultims. Avec son option Sud le long du Portugal, il a réussi à préserver son trimaran sans s’arrêter dans la dépression qui a généré des vents à plus de 60 nœuds sur les six partants. Avec cinq bateaux à l’arrivée, les Multi50 prouvent leur fiabilité et leur performance, leur avenir est prometteur et cela valait bien un nouveau nom, ce sera Ocean Fifty. Les monocoques de 40 pieds, le problème est inverse, et les négociations avec les organisateurs concernent plutôt la gestion du surnombre. Avec 52 bateaux présents dans le bassin Vauban, la bataille s’annonce dantesque sur l’Atlantique. Si la tempête envoie quelques favoris au tapis (Mabire, Goodchild, Troussel, Sorel…) suffisamment s’en sortent (34) pour offrir une course passionnante. Au final c’est le Figariste émérite Yoann Richomme (vainqueur en 2016 de la solitaire du Figaro il récidivera en 2019), qui l’emporte devant Aymeric Chappellier et l’anglais Phil Sharp. Il a pris la tête dès le premier jour est resté sur une route médiane entre tenants de l’orthodromie au Nord et Sudistes invétérés, tout en préservant son bateau lorsque la tempête faisait rage, du très beau travail de pro.

Nautisme Article
Route du Rhum 2018 -Yoann Richomme Ceedol AIC© Alexis Courcoux

Catégorie Rhum – Amateurs éclairés et vieilles canailles

En monocoques ou en multicoques, ce sont les deux classes abordables par tout marin motivé et expérimenté, dans laquelle il se frottera à des professionnels revenant aux sources de la voile. Sur les pontons de St Malo, on croise ainsi Loïck Peyron vainqueur en Ultim il y a quatre ans, et cette fois à la barre de son petit trimaran jaune Happy. Mais d’autres visages connus Bertrand de Broc, Charlie Capelle, Eric Bellion ou Sébastien Destremau ne sont pas venus pour faire de la figuration. D’ailleurs, sur une coque, c’est l’expérimenté Sydney Gavignet qui arrive le premier à Pointe à Pitre sur son Café Joyeux. Un jubilé en forme d’apothéose pour celui qui à 50 ans, a sagement décidé de raccrocher le ciré, après trente années d’une superbe carrière sur toutes les mers du globe. Du côté des multicoques, l’histoire n’est pas moins belle pour Pierre Antoine, l’homme aux deux prénoms qui s’offre une deuxième victoire sur trois coques à bord de son trimaran Olmix. Arrivé avec plus de deux jours d’avance sur le second (Jean-François Lilti) et quatre sur le troisième (Etienne Hochede) il a dominé un classe certes hétéroclite, mais ou la passion l’emporte.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…