Ocean Calling - Fabrice Amedeo : résultats scientifiques des prélèvements en Atlantique

Course au large
Mercredi 30 mars 2022 à 15h03

Lors du dernier Vendée Globe, Fabrice Amedeo a collecté 53 échantillons grâce au capteur de microplastiques embarqué sur son IMOCA Nexans - Art & Fenêtres. Les différentes équipes viennent d'en terminer l’analyse et livrent leurs premières analyses.

©Jean-Marie Liot
Lors du dernier Vendée Globe, Fabrice Amedeo a collecté 53 échantillons grâce au capteur de microplastiques embarqué sur son IMOCA Nexans - Art & Fenêtres. Les différentes équipes viennent d'en terminer l’analyse et livrent leurs premières analyses.

Une étude de l’Ifremer, de l’Université de Bordeaux et de l’IRD réalisée à partir des données collectées sur le voilier du navigateur Fabrice Amedeo lors du dernier Vendée Globe, montre que les eaux de surface de l’océan Atlantique sont deux fois plus polluées par les fibres de cellulose que par les microplastiques. Cette étude montre également que l’Atlantique Nord est davantage touché par la pollution plastique que l’Atlantique Sud et questionne la dynamique du gyre subtropical (zone de concentration des microplastiques) puisque les niveaux de pollution qui y ont été mesurés sont plus faibles qu’attendu.

Nautisme Article
Fonctionnement du capteur microplastiques

Lors du dernier Vendée Globe, Fabrice Amedeo, skipper et ancien journaliste, a collecté 53 échantillons grâce au capteur de microplastiques embarqué sur son IMOCA Nexans – Art & Fenêtres. Les différentes équipes menées par Catherine Dreanno, Chercheur à l’Ifremer Brest, Lab. LDCM, Jérôme Cachot, Professeur des Universités à l'Université de Bordeaux, Lab. EPOC, Sophie Lecomte, Directrice de recherche CNRS, Lab. CBMN et Christophe Maes, Chargé de recherche IRD, Lab. LOPS, viennent de terminer l’analyse des filtres de maille à 300 μm. Ils livrent leurs premières analyses.

Un premier constat porte sur la concentration et sur la grande variété de forme, de taille, de couleur et de nature des particules et des fibres (taille entre 0,3 et 5 mm) échantillonnées. On retrouve deux fois plus de fibres de cellulose que de microplastiques (MP). « Les fibres de cellulose sont présentes quasiment dans tous les échantillons collectés (92.5% des échantillons), contrairement aux microplastiques, où seuls 64% des prélèvements contiennent au moins un microplastique, précise Catherine Dreanno. Ces résultats confirment la contamination généralisée des eaux océaniques du large par des particules anthropiques issues de la fragmentation de plastiques ou du lavage des vêtements. »

L’analyse spectroscopique permet d’établir que les fragments de microplastiques étudiés sont principalement (à 45%) du polyéthylène (PE) notamment utilisé dans les sacs plastiques et films alimentaires et du polyéthylène téréphtalate (PET) notamment utilisé dans les bouteilles en plastique.

Il faut noter que dans le cas des microplastiques comme dans celui des fibres de cellulose, qui colonisent nos océans, se pose avec acuité le problème des additifs utilisés par les industriels pour modifier les caractéristiques de ces matériaux : les colorer, les rendre plus résistants, rigides ou au contraire plus souples. « Lors du vieillissement du matériau, ces additifs finissent par être séparés du support que constitue pour eux la fibre de cellulose ou la particule de microplastique, et par se dissoudre dans l’océan ou être libérés dans le tube digestif des organismes si ces particules sont ingérées », ajoute Sophie Lecomte.

Nautisme Article
© Jean-Marie Liot

Une véritable différence entre l’Atlantique Sud et l’Atlantique Nord

Enfin, le plus étonnant selon les chercheurs est que cette première étude des eaux de surface au large montre une véritable différence entre l’Atlantique Sud et l’Atlantique Nord : un certain nombre d’échantillons collectés dans le Sud ne contiennent pas de microplastiques et de façon globale en contiennent moins que dans le Nord.

« Or, nous aurions dû en trouver puisque Fabrice Amedeo est passé dans le gyre subtropical de l’Atlantique Sud, une zone réputée pour en concentrer énormément. Ce jeu de données unique questionne sur la dynamique interne du gyre. Il faut attendre de voir comment les fragments plus petits, collectés grâce aux filtres de 100 et 30 μm se répartissent et se distribuent dans la colonne d’eau », souligne Christophe Maes.

Les prélèvements sur les filtres à 100 μm et 30 μm sont en cours d’analyse ainsi que ceux de la dernière Transat Jacques Vabre entre le Havre et le Brésil, ce qui permettra d’avoir une cartographie de la pollution microplastique de l’Atlantique Nord et d’affiner la différence de concentration entre le Sud et le Nord. Les navigations à venir vont également permettre d’approfondir la connaissance de l’océan Atlantique. Fabrice Amedeo participera cette année à la Vendée - Arctique - Les Sables (course entre la France et l’Islande) et à la Route du Rhum (Saint-Malo – Pointe-à-Pitre) : lors de ces traversées, le capteur de microplastiques, financé grâce au soutien du Groupe Onet, fonctionnera 24 heures sur 24.

Rappelons que ce projet d’envergure représente une opportunité sans précédent, pour collecter et analyser les microplastiques de différentes classes de taille, présents dans les eaux océaniques de surface sur lesquelles peu de données sont actuellement disponibles. « Nous avons besoin de mieux quantifier et caractériser la pollution des eaux du large pour savoir d’où elle vient, mais aussi pour mieux évaluer le risque associé à cette pollution pour les écosystèmes marins océaniques, explique Jérôme Cachot. Globalement, c’est un terrain de jeu relativement nouveau pour la communauté scientifique. Cartographier les eaux marines du large représente un challenge car cela couvre des aires géographiques immenses pour lesquelles on a très peu de données sur la pollution plastique. Comme on ne peut pas agir partout, en même temps, il faut identifier les principales sources de pollution plastique pour savoir où agir en priorité. Il y a un tas d’informations qui circulent sur la pollution des océans. Nous sommes là pour remettre les choses à plat, les vérifier scientifiquement. Cet état des lieux de la pollution océanique au large devrait permettre de nouvelles politiques et réglementations pour limiter ces sources de pollution. Puis de mesurer ensuite l’efficacité de ces politiques et voir l’évolution de la pollution dans le temps. »

Nautisme Article
© Jean-Marie Liot

Le mot des partenaires

« Le respect de l’environnement est une des principales valeurs que nous partageons avec Fabrice Amedeo. L’Homme et la dimension citoyenne du projet qu’il porte nous ont conduits, comme une évidence, à rejoindre l’aventure #OceanCalling dès 2018. Je suis, en tant qu’acteur industriel mais aussi à titre personnel, extrêmement sensible à ce sujet et aussi consciente de l’urgence qui s’impose à nous de changer nos comportements et d’adopter de nouveaux modes de consommation. Art & Fenêtres œuvre chaque jour en faveur de la rénovation énergétique des logements, enjeu stratégique dans la lutte contre le changement climatique. En outre, les adhérents du réseau et l’ensemble des intervenants de la filière travaillent sur la valorisation des anciennes menuiseries en vue d’une parfaite économie circulaire. Et dans nos ateliers de fabrication, nous œuvrons quotidiennement pour réduire nos déchets, limiter notre consommation d’énergie et agir sur la biodiversité. Nous voulons croire que la somme de toutes ces actions individuelles et collectives aura un impact positif sur l’environnement. L’annonce des premiers résultats scientifiques des échantillons microplastiques récoltés par Fabrice en Atlantique est un moment clé du projet océanographique. Nous sommes fiers d’être à ses côtés. » Cécile Sanz. Présidente du groupe FPEE / Art & Fenêtres

« Acteur clé de la transition énergétique et de l’électrification durable, Nexans est fier de son engagement auprès de Fabrice Amedeo, skipper mobilisé pour la protection de l’environnement et la préservation des océans, valeurs auxquelles le Groupe est particulièrement sensible. Au-delà des performances sportives, Nexans soutient pleinement le projet #OceanCalling dont les relevés océanographiques fournissent des données précieuses à la communauté scientifique pour une meilleure connaissance des océans. Nexans est également heureux de mettre au service du projet, son expertise en matière de polymères. » Jérôme Fournier, Corporate VP Innovation, Services & Croissance de Nexans

« En alimentant les travaux scientifiques sur la pollution plastique et en favorisant la navigation bas-carbone, Fabrice Amedeo éveille les consciences et contribue à préserver notre environnement. En tant qu’entreprise familiale aux valeurs fortes, notre objectif est de rendre notre empreinte écologique aussi faible que possible pour préserver les générations à venir. C’est pour cette raison que nous soutenons activement Fabrice et œuvrons avec persévérance et humilité en faveur d’un monde plus économe en énergie et moins pollué. » Matthieu Alexandropoulos, Directeur du développement durable Hager Group

« Au-delà de l’aventure sportive et de nos valeurs communes, c’est le projet scientifique qui nous a séduits et l’engagement personnel de Fabrice. Contribuer à ce projet ambitieux nous est apparu essentiel et cohérent avec l’ambition d’Onet qui est de contribuer à créer des environnements plus sains, sûrs et fiables. Ces premiers résultats ne font que renforcer notre volonté de développer des solutions toujours plus responsables, à l’instar de notre solution de propreté Biogistic, et de continuer à réduire notre usage du plastique dans tous nos métiers. Ils dévoilent également de nouveaux enjeux auxquels nous allons devoir faire face et ouvrent de nouvelles pistes d’actions, notamment sur le cycle de vie de nos vêtements de travail, réflexion engagée en 2020 et inscrite dans notre feuille de route RSE 20/23. » Émilie de Lombares, Président du Directoire du Groupe Onet

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…