Trophée Banque Populaire Grand Ouest : à l'assaut des îles du Ponant !

Course au large
Dimanche 1 mai 2022 à 19h14

Le coup d’envoi du Trophée Banque Populaire Grand Ouest – Sur la Route des Iles du Ponant a été donné comme prévu ce dimanche 1er mai, à 14h30. Propulsés par un flux de secteur sud sud-est soufflant entre 5 et 6 nœuds, les douze duos en lice se sont alors élancés depuis Concarneau pour une grande boucle de 800 milles qui devrait les mener de l’île d’Aix à l’archipel de Chausey… à moins que la météo joue les trouble-fêtes et contrarie le programme initial. En effet, après une première partie de course relativement clémente lors de laquelle les marins vont essentiellement devoir jouer les petits décalages et optimiser la vitesse, les choses pourraient se compliquer nettement après le passage des Glénan, dans la journée de mardi. En cause, une dorsale plantée sur le nord de la France et dont l’évolution demeure, pour l’heure, très incertaine. Reste que, dans tous les cas, le jeu promet d’être intense et la bagarre belle à tous les étages !

© Alexis Courcoux
Le coup d’envoi du Trophée Banque Populaire Grand Ouest – Sur la Route des Iles du Ponant a été donné comme prévu ce dimanche 1er mai, à 14h30. Propulsés par un flux de secteur sud sud-est soufflant entre 5 et 6 nœuds, les douze duos en lice se sont alors élancés depuis Concarneau pour une grande boucle de 800 milles qui devrait les mener de l’île d’Aix à l’archipel de Chausey… à moins que la météo joue les trouble-fêtes et contrarie le programme initial. En effet, après une première partie de course relativement clémente lors de laquelle les marins vont essentiellement devoir jouer les petits décalages et optimiser la vitesse, les choses pourraient se compliquer nettement après le passage des Glénan, dans la journée de mardi. En cause, une dorsale plantée sur le nord de la France et dont l’évolution demeure, pour l’heure, très incertaine. Reste que, dans tous les cas, le jeu promet d’être intense et la bagarre belle à tous les étages !

« Les premiers milles vont être plutôt tranquilles mais ça ne va pas être simple de sortir de la baie de Concarneau », a assuré Erwan Tabarly peu avant de larguer les amarres. De fait, c’est mollement que le co-skipper de Devenir et ses adversaires ont débuté la course, ce dimanche après-midi. « Toute la descente jusqu’à l’île de Groix va se faire dans des conditions de petit temps, sur un bord un peu tout droit. On ne va assurément pas battre des records de vitesse sur cette section du parcours mais les choses ne seront toutefois pas aussi simples qu’il n’y paraît », a ajouté l’entraîneur du Pôle France Course au Large de Port-la-Forêt qui n’aura, certes, pas de grandes options stratégiques à jouer sur le premier tronçon du tracé mais qui va cependant devoir négocier au mieux l’instabilité du vent, mais aussi les courants et les dévents des îles. Groix et Belle-Ile pour commencer. « Il y aura la possibilité de se faire piéger mais aussi de gagner du terrain. La vigilance sera de mise ». Un point de vue partagé par Achille Nebout (Amarris – Primeo Energie) : « Le vent va rester très faible jusqu’à ce soir ou jusqu’en début de nuit. Il va être primordial de bien gérer cette période de pétole car elle risque d’être importante pour la suite. Pour cela, il va falloir s’appliquer à bien lire le plan d’eau, soigner les réglages et se relayer efficacement car tout ce qui sera pris ne sera plus à prendre ensuite ».

Une course en trois temps ?

Si les vitesses de progression des bateaux vont effectivement rester faibles sur la route de l’île aux grenats, avec un vent qui va parfois peiner à dépasser les 2-3 nœuds, un flux de secteur sud-ouest puis nord-ouest va ensuite progressivement faire accélérer les troupes. « La vitesse et les placements seront importants et ils vont le rester jusqu’à ce que l’on repasse devant Concarneau dans la journée de mardi.  La suite est, en effet, bourrée d’incertitudes », a annoncé le co-skipper d’Ambrogio Beccaria. Et pour cause, après une remontée assez rapide au reaching dans du vent médium entre Ré et Belle-Ile, les Figaristes devront alors négocier une phase de transition potentiellement très délicate. « A partir de ce moment-là, les choses risquent de se compliquer franchement. En fonction des timings, et l’installation ou non des thermiques, on peut s’attendre à ce que ce soit un peu le bazar. Idem ensuite en mer d’Iroise puis en Manche puisque l’on évoluera alors en bordure de dorsale, avec peu de vent et beaucoup de courants », a indiqué Erwan Tabarly qui, comme les autres, ne disposera alors plus de données météo récentes et précises. « Il faudra faire parler l’expérience ! », assure le Fouesnantais. « S’il est difficile d’avoir la certitude d’être en mesure de faire la totalité du parcours, la course promet néanmoins d’être très belle et très intéressante, avec à la fois du vent léger, des effets thermiques, du courant, les dévents des îles… On va pouvoir essayer des choses, prendre des risques, s’étalonner en vitesse par rapport à la concurrence… en bref, on va pouvoir trouver tout ce que l’on est venu chercher techniquement ! », a commenté de son côté Erwan Le Draoulec (Skipper Macif) qui s’est installé dans le trio de tête de la flotte peu après le départ à la faveur d’une trajectoire au ras de la côte, avec les duos Tom Dolan – Alan Roberts (Smurfit Kappa – Kingspan) et Elodie Bonafous – Alexis Loison (Quéguiner – La Vie en Rose).

Ils ont dit :

Nautisme Article
© Alexis Courcoux

Mathieu Sarrot, fondateur d’Ultim Sailing, co-organisateur du Trophée Banque Populaire Grand Ouest – Sur la Route des Iles du Ponant : « La dimension de transmission est l’essence même de l’évènement qui s’inscrit dans le cadre de l’Académie Figaro Bénéteau. Nous sommes très heureux que la Banque Populaire Grand Ouest et les collectivités nous accompagnent dans ce projet. La CCI MBO est particulièrement moteur sur le territoire et nous apporte tout son soutien. Durant ces quatre prochains jours, différentes tables rondes seront organisées à terre, dans un espace dédié. Le partage et l’échange seront au cœur des débats, tout comme à bord des bateaux. C’est une vraie satisfaction car il s’agit de la première course produite et développée par Ultim Sailing. Nous sommes ravis d’accueillir des tandems incroyables. Tous vont en découdre sur une course de 800 milles, un format atypique qui regroupe cependant les marques de parcours un peu classiques, avec de vraies difficultés techniques et très certainement d’importants passages à niveau. C’est parfait pour l’apprentissage des jeunes. »

Emmanuel Bachellerie, fondateur d’Ultim Sailing, co-organisateur du Trophée Banque Populaire Grand Ouest – Sur la Route des Iles du Ponant : « La classe Figaro Bénéteau a pris un pari en lançant son Académie. Pour nous, elle est une très bonne solution pour attirer les jeunes et leur mettre le pied à l’étrier. Nous sommes heureux de voir tout le monde ravi, que ce soient les partenaires ou les skippers qui ont la banane et sont impatients de partir. La notion de transmission qui nous est chère l’est aussi pour les collectivités, tout comme le fait de promouvoir et de mettre en valeur les îles du Ponant. Le parcours va permettre aux marins d’en parer 13 d’entre elles. Sportivement, cela va être passionnant à suivre, avec de très nombreux passages à niveau. Ce n’est assurément pas un hasard si l’on retrouve au départ de grands navigateurs tels que Yann Eliès, Pascal Bidégorry, Boris Herrmann ou Erwan Tabarly. S’ils sont là effectivement pour partager leur expérience avec les plus jeunes, ils sont là aussi pour jouer. A terre, le programme ne sera pas moins dense que sur l’eau. Avec Mathieu, nous avons voulu exploiter l’espace pour valoriser nos partenaires mais aussi créer un écrin destiné à favoriser le dialogue entre les institutions publiques et les entreprises privées. »

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…