Vendée Arctique : 48h sous tension

Course au large
Lundi 20 juin 2022 à 19h05

Vendredi dernier, l’organisation a décidé de faire de la porte de l’Islande la ligne d’arrivée de cette Vendée Arctique. La raison principale : une dépression qui s’est creusée et étalée sur une partie conséquente du parcours. Ce choix ne doit rien au hasard ou à l’improvisation. Il fait suite à une succession d’analyses et de prises de décision concertées afin de veiller à la sécurité des skippers.

©Jérémie Beyou / Charal
Vendredi dernier, l’organisation a décidé de faire de la porte de l’Islande la ligne d’arrivée de cette Vendée Arctique. La raison principale : une dépression qui s’est creusée et étalée sur une partie conséquente du parcours. Ce choix ne doit rien au hasard ou à l’improvisation. Il fait suite à une succession d’analyses et de prises de décision concertées afin de veiller à la sécurité des skippers.

Ils avaient parlé d’elle au traditionnel briefing d’avant course aux côtés de tous les skippers. Elle, c’est cette dépression en formation à l’est de Terre-Neuve. « On savait qu’il fallait la surveiller », explique Christian Dumard, le météorologue de la course. Les modèles probabilistes prévoient alors que « le creusement de la dépression était très faible ». Mais la prudence est de mise. « Nous savions que le parcours était ambitieux et comportait une part de risque, poursuit Francis Le Goff, le directeur de course. Nous avons toujours été transparents sur ce sujet ». Dimanche 12 juin, les marins s’élancent, remplis d’enthousiasme et de promesses. Rapidement, la course reprend ses droits : un bord ultrarapide pour débuter puis la dorsale qui barre la route de la flotte, les foilers qui passent à l’Ouest, les bateaux à dérive à l’Est…

« Quand on voit une grosse tache rouge sur l’écran… »

Dans le même temps, plus au Nord, la situation se tend et les conditions se détériorent. La maudite dépression n’en finit plus de se creuser et semble remonter progressivement vers l’est de l’Islande. « Il y a une tendance dans les régions Nord à ce que les dépressions se creusent plus vite que sur les modèles », confie Yann Château, adjoint de Francis Le Goff à la direction de course. À bord des monocoques, à l’étude des fichiers météo, les skippers n’en perdent pas une miette.

« J’ai les yeux rivés dessus, confie Isabelle Joschke. Quand on voit une grosse tache rouge (matérialisant la dépression) qui s’étend sur tout l’écran, on se dit que ce sera difficile à gérer ». La navigatrice de MACSF n’est pas la seule à le penser. « En se creusant et en se déplaçant vers le nord-est de l’Islande, la dépression aurait rendu très difficile la progression d’une partie de la flotte dans le contournement de l’île », poursuit Christian Dumard. « Nous avons fait un routage pour l’ensemble des 24 bateaux encore en course, explique Yann Château. Et pour les 13 derniers, ils auraient eu à affronter 35 nœuds fichier, ce qui revient à 45, 50 nœuds dans ces latitudes. »

« Garantir la sécurité de la flotte »

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les échanges se multiplient au sein de l’organisation. D’autant que plus les bateaux progressent vers le Nord, plus la situation est complexe. « Progressivement, ils n’étaient plus une dizaine à pouvoir échapper à la dépression, mais seulement sept ou huit », confie Francis Le Goff. Même si la direction de course, via Yann Château, avait eu avant le départ des contacts avec les autorités islandaises, il fallait également, dixit Francis Le Goff, « prendre en compte les capacités d’intervention des secours. Le solitaire est une exception française, nous n’avions pas la garantie de pouvoir les assurer ». L’enjeu, c’est aussi de « garantir la sécurité de la flotte » soutient Alain Leboeuf, président de la SAEM Vendée et du Département de la Vendée.

Afin de coordonner les échanges entre le président, la direction de course et les équipes de communication de la course, Laura Le Goff, directrice générale de la SAEM Vendée, fait office de « courroie de transmission ». « Nous avons appliqué le même protocole de gestion de crise que lorsqu’il y a un souci majeur sur un bateau, explique-t-elle. La confiance entre tous les interlocuteurs, notamment à propos de l’analyse et du travail de la direction de course, contribue toujours à faciliter le processus de décision ». Une décision s’impose justement et elle sera officialisée jeudi en début d’après-midi : le contournement de l’Islande est annulé, un nouveau parcours, prévoyant le passage à une porte au sud-est de l’île, est entériné.

Mais cette décision ne résout pas tout. La faute encore à cette dépression qui n’en finit plus de se creuser, au point de barrer la route directe des trois premiers. « D’un côté l’arrière de la flotte se retrouvait enfermé dans cette dépression, de l’autre les trois premiers – Charlie Dalin (APIVIA), Jérémie Beyou (Charal) et Thomas Ruyant (LinkedOut) - auraient dû gérer eux aussi un passage de front avec du vent très fort sur leur route directe », souligne Francis.

La course neutralisée, le sprint de Charlie Dalin

Là encore, les discussions vont bon train. Des échanges, des avis, des appréhensions aussi. En milieu de soirée ce jeudi, l’organisation décide de neutraliser la course au passage de la porte afin que « chacun puisse se mettre à l’abri » dixit Francis Le Goff. La direction de course envoie un mail aux skippers et aux teams en leur précisant que le temps d’attente pourrait avoisiner les 36 heures avant de repartir. « L’annonce est tombée d’un coup alors que j’enchaînais les siestes sur une mer plate, confie le leader, Charlie Dalin. Tout de suite après, je me suis mis en mode sprint, j’ai adapté mes réglages pour aller le plus vite possible et ne pas relâcher la pression ».

À 2 h 20 vendredi matin, le skipper d’APIVIA passe la ligne et décrit un sentiment étrange. « Il n’y avait pas beaucoup de vent, une mer plate, un peu de lumière et pas un bateau, juste un petit rocher », raconte-t-il. Charlie enroule ses voiles d’avant et se met à la cape. Ensuite, le Normand enchaîne les siestes et à chaque réveil, jette un œil à la cartographie. Jérémie Beyou (Charal) et Thomas Ruyant (LinkedOut) en finissent à leur tour. Ils essaient de se joindre, mais les connexions passent mal. Charlie et Thomas se rendent dans un fjord pour aller au mouillage. À quelques milles de là, la dépression redouble d’intensité, des vents forts et instables qui rendent délicates les possibilités de s’abriter. En ce vendredi, alors que l’Hexagone est en surchauffe, la flotte a des sueurs froides.

« Repartir aurait été un 2e round à armes inégales »

« À cet instant, le reste de la flotte commence à être dans le dur de la dépression », raconte Francis Le Goff. Les problématiques se bousculent. Il y a l’aspect « sécurité » pour ceux encore en course et pour trouver une façon de s’abriter dans un périmètre aussi restreint. Et puis il y a le facteur sportif. Le directeur de course : « comment allions-nous faire pour relancer la course sans dénaturer la 1ère étape ? Comment garantir une équité sportive entre ceux qui se seraient mis à l’abri et ceux qui venaient de sortir de la dépression ? » « Repartir, ça aurait été un 2e round à armes inégales, car les marins et leurs bateaux n’auraient pas été dans le même état », abonde Yann Château. Poursuivre la course ou non après la neutralisation monopolise l’attention de toutes les parties prenantes dans la nuit de vendredi à samedi. « À ce moment-là, il y a beaucoup d’échanges et de concertation, souligne Laura Le Goff, en contact permanent avec Alain Leboeuf, président de la SAEM Vendée et du Département de la Vendée. La décision de la direction de course en la matière se devait d’être la plus éclairée possible avant d’être entérinée ».

Sur l’eau, les conditions n’arrangent rien, encore une fois. « Ça ne mollissait pas du tout, c’était galère pour ceux en course et compliqué pour ceux qui étaient arrivés de rester dans leur bulle de concentration ». Progressivement, une idée commence à faire consensus : arrêter la course à cette porte d’Islande. Elle sera actée vendredi en fin de soirée, une « décision sage pour la sécurité des marins » dixit Laura Le Goff. « Redémarrer la course aurait été complexe et nous n’avions aucune garantie que cette 2e étape soit une performance sportive en soi et ne se transforme pas en convoyage, explique Francis Le Goff, le directeur de course. Or, il fallait aussi valoriser ce que les skippers avaient déjà fait, cette régate très engagée, très intense. En actant cet arrêt, on s’attachait aussi à valoriser la bataille qui avait eu lieu depuis le départ. »

La dureté exceptionnelle des conditions

Samedi dans la nuit, lorsque la décision a été officialisée, Charlie Dalin est désigné vainqueur. « J’étais toujours en train de travailler le parcours pour un éventuel nouveau départ, explique le principal intéressé. C’était particulier d’apprendre ça au mouillage ! » Les heures qui suivent confirment le KO engendré par la dépression, particulièrement virulente à l’approche de la ligne au près. Les dégâts se multiplient dans la flotte : grand-voiles arrachées pour Isabelle Joschke (MACSF) et Giancarlo Pedote (Prysmian Group), jeu de voile fortement endommagé pour Conrad Colman (Imagine), problèmes en série pour Kojiro Shiraishi (DMG MORI GLOBAL ONE), chandelier arraché et l’hydrogénérateur à l’eau pour Romain Attanasio (Fortinet-Best Western)… « J’ai cru que je ne passerais jamais la ligne », explique Romain exténué. « C’était le truc le plus dur que j’ai fait sur un bateau », abonde Éric Bellion (COMME UN SEUL HOMME Powered by ALTAVIA).

Isabelle Joschke (MACSF), Arnaud Boissières (LA MIE CÂLINE) et Denis Van Weynbergh (Laboratoires de Biarritz) – qui s’est blessé à la cuisse et a perdu un safran – décident d’abandonner. Manu Cousin (Groupe SETIN), qui a lui aussi abandonné la veille, rebrousse chemin, « Cela dit beaucoup de la dureté exceptionnelle des conditions, assure Yann Château. Il y a eu très peu de courses au large où trois bateaux abandonnent à moins de 50 milles de l’arrivée ». « Je n’ai jamais affronté de conditions aussi dures », explique Fabrice Amedeo qui a relevé une pointe à 62 nœuds. Certains parlent de « rythme particulièrement intense », de « bateau qui penchait à 90° » (Eric Bellion, COMME UN SEUL HOMME Powered by ALTAVIA)…

Le passage de la ligne a valeur de délivrance. Sur leurs bateaux ballottés par les éléments, la côte islandaise s’offre en récompense. Surtout, c’est le moment de souffler. La pression retombe et tous réalisent à quoi ils ont résisté. C’est le temps des larmes, aussi. « J’ai pleuré comme un gamin », confie Arnaud Boissières. « Je suis tellement fatigué que je deviens un peu plus fragile émotionnellement », reconnaît Giancarlo Pedote. Désormais, place au repos, à la récupération et au retour aux Sables d’Olonne. Guirec Soudée (Freelance.com), qui en connaît un rayon en la matière, l’assure : « cette course, ça a été une superbe aventure ». Et ces aventuriers des temps modernes viennent d’ajouter un nouveau morceau de bravoure à leur carnet de souvenirs.

Les prochaines arrivées aux Sables d’Olonne

Voici un programme prévisionnel qui sera régulièrement mis à jour en fonction de l’avancée de la flotte :

    Mardi

Entre 8h45 et 14h15

Manu Cousin (Groupe SÉTIN, abandon)

    Mercredi

Entre 22h et 03h45 (jeudi)

Louis Burton (Bureau Vallée, 5e)

Charlie Dalin (APIVIA, 1er)

Alan Roura (Hublot, 7e)

Giancarlo Pedote (Prysmian Group, 12e)

Arnaud Boissières (La Mie Câline, abandon)

Jérémie Beyou (Charal, 2è)

    Jeudi

Entre 11h et 16h20

Sébastien Marsset (Cap Agir Ensemble, 15e)

Louis Duc (Five-Lantana Environnement, 8e)

Benjamin Dutreux (Guyot Environnement – Water Family, 11e)

Antoine Cornic (EBAC Literie, 16e)

Damien Seguin (Groupe APICIL, 9e)

Benjamin Ferré (Monnoyeur – Duo for a Job, 4e)

Entre 23h10 et 04h40 (vendredi)

Éric Bellion (COMME UN SEUL HOMME Powered by ALTAVIA, 14e)

Thomas Ruyant (LinkedOut, 3e)

    Vendredi

Fabrice Amedeo (Nexans-Ars & Fenêtres, 19e)

Guirec Soudée (Freelance.com, 6e)

Romain Attanasio (Fortinet-Best Western, 17e)

Conrad Colman (Imagine, 18e)

À noter que la remise des prix aura lieu durant le week-end au village de la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne.

Retrouvez la cartographie en direct par ici !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…