L’Everest de la natation : la traversée de la Manche à la nage

Carnet de voyage
Mercredi 10 août 2016 à 17h21

Julien Moreau, parrainé par Sea Shepherd est parti hier midi de Jersey en Angleterre afin de rejoindre Saint-Malo à la nage.
Il n’est pas le premier nageur à vouloir traverser la Manche en nageant, même si son trajet diffère de celui traditionnellement emprunté. En effet, c’est le rêve fou d’environ 300 personnes par an, prêt à tout pour affronter « l’Everest de la natation »…

Julien Moreau, parrainé par Sea Shepherd est parti hier midi de Jersey en Angleterre afin de rejoindre Saint-Malo à la nage.
Il n’est pas le premier nageur à vouloir traverser la Manche en nageant, même si son trajet diffère de celui traditionnellement emprunté. En effet, c’est le rêve fou d’environ 300 personnes par an, prêt à tout pour affronter « l’Everest de la natation »…

On cite généralement le britannique Matthew Webb en tant que premier nageur ayant réussi l’exploit d’atteindre les côtes française, après 21 h et 45 min d’effort dans les eaux froides de la Manche, le 21 août 1875.

En réalité, c’est en 1817 que nait la natation en eau libre. Blessé à Waterloo, Jean Marie Salati, soldat de la Grande armée napoléonienne est fait prisonnier dans les pontons anglais de Douvres. Un soir de l’année 1817, il décide de s’échapper. Il recouvre son corps de suif, et s’enfuit en nageant 44 km jusqu’à Boulogne-sur-Mer…

Aujourd’hui, l’exploit fait rêver de plus en plus les amateurs de défis extrêmes. Entre 1875 et 2015, plus de 1600 nageurs ont réussi à traverser la Manche à la nage pour 2118 tentatives. En moyenne 6 nageurs sur 10 réussissent l’exploit. L’anglaise Alison Streeter, a même réussi l’exploit 43 fois, ce qui fait d’elle « la Reine de la Manche » ! Le record de rapidité est pour l’instant détenu par le britannique Trent Grimsey qui a effectué la traversée en seulement 6 heures et 55 minutes.

Même si moins de gens meurent en traversant la Manche qu’en escaladant l’Everest, le défi reste dangereux et est réservé à des nageurs expérimentés, ayant un certificat d’aptitude à nager plus de 6 heures. Ainsi, depuis 1875, on compte environ 10 décès, même si leur nombre a diminué depuis que la traversée est encadrée par le CSA (Channel Swimming Association) et le CS&PF (Channel Swimming & Piloting Federation) (1927), deux associations chargées d’accompagner les nageurs et de valider leur traversée.

Pour que l’exploit soit homologué, les nageurs doivent respecter certaines règles. La première chose à savoir est que la traversée se fait toujours des côtes anglaises vers les côtes françaises, même si les allers-retours au départ de la France sont occasionnellement autorisés. La France est réticente à autoriser la pratique, tant le trafic maritime est dense à cet endroit. On y compte en effet environ 300 à 400 navires par jour. Généralement, la traversée se fait de la Shakespeare Beach ou de la réserve Samphire Hoe, près du port de Douvres jusqu’au pied du Cap Gris-Nez sur la plage de Wissant. C’est le passage le plus court : 33 km.
Deuxièmement, les nageurs n’ont pas le droit de porter une combinaison et des palmes. Ils peuvent seulement avoir sur eux un maillot de bain, un bonnet, des lunettes et une source lumineuse pour la nage de nuit. Ils sont aussi autorisés à recouvrir leur corps de graisse et de crème solaire pour éviter les désagréments causés par les frottements. Les nageurs sont accompagnés par seulement un bateau, qu’ils ont l’interdiction de toucher et sur lequel se tiennent des observateurs, chargés non seulement de veiller à la sécurité des nageurs mais aussi de valider ou non la régularité de la traversée.

Les traversées pouvant durer jusqu’à 21 heures, les nageurs doivent se nourrir. La régularité des repas est, là encore, encadrée : toutes les heures au début puis toutes les demi-heures. Des aliments à haute valeur énergétique sont fixés au bout d’une perche pour que les nageurs n’entrent pas en contact avec le bateau.

Réaliser un tel exploit nécessite des heures et des heures d’entrainement, aussi bien physique que psychologique. Même si les traversées s’effectuent pendant les mois les plus chauds, entre fin juin et début octobre, le plus gros défi à surmonter pour les nageurs demeure le froid. Vêtus d’un simple maillot de bain, ils doivent être capables de résister aux températures très basses de la Manche (15°C en juin). De nombreux nageurs se préparent à affronter ces eaux fraîches en prenant des bains d’eaux glacées. En outre, même en étant bien préparé, rien ne peut prédire les aléas indissociables à toute entreprise physique de cette envergure : blessure ou malaise soudain, conditions météorologiques mauvaises, courants trop forts… Ainsi parfois, à seulement quelques kilomètres du rivage, certains nageurs sont obligés d’abandonner, tétanisés par le froid ou blessés.

Malgré cela, l’Everest de la natation fait de plus en plus d’amateurs. Preuve en est : il faut réserver deux ans en avance pour pouvoir traverser la manche, et le jour J, rien ne dit que vous serez autorisé à traverser. Tout est une question de météo !


L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…