Villers-sur-Mer : le charme de la Côte fleurie

Carnet de voyage
Dimanche 14 août 2022 à 12h00

A deux heures de route de Paris, en plein cœur de la Côte Fleurie, se situe une ville balnéaire du XIXe siècle : Villers-sur-Mer. Son histoire est celle d’une petite station familiale qui a su, depuis plus de cent-soixante ans, conserver son charme authentique. Entre Deauville et Cabourg (les commerçants de la ville en ont même fait une marque) Villers-sur-Mer continue d’attirer des familles en recherche d’une villégiature au bord de la mer et non loin de Paris.

Le quartier Belle époque domine la plage depuis la falaise ©souslicencecc/mau.photo
A deux heures de route de Paris, en plein cœur de la Côte Fleurie, se situe une ville balnéaire du XIXe siècle : Villers-sur-Mer. Son histoire est celle d’une petite station familiale qui a su, depuis plus de cent-soixante ans, conserver son charme authentique. Entre Deauville et Cabourg (les commerçants de la ville en ont même fait une marque) Villers-sur-Mer continue d’attirer des familles en recherche d’une villégiature au bord de la mer et non loin de Paris.

Au début du XIXe siècle, les bains de mer à but thérapeutique commencent à devenir à la mode. Ils sont alors recommandés en France et en Angleterre pour leur effet vivifiant qui permet notamment de lutter contre les rhumatismes. Ainsi, dès la fin du Premier empire, il est d’usage d’aller prendre les eaux à Boulogne ou à Dieppe. Sous la Restauration, les bains de mer vont être de plus en plus populaires, notamment à Dieppe, grâce à l’influence de la Duchesse de Berry. C’est le développement du chemin de fer au milieu du XIXe siècle puis de l’automobile au début du XXe siècle qui vont réellement permettre l’essor des villes de bains. La côte normande étant la plus proche de Paris, c’est au bord de la Manche que vont voir le jour les premières stations balnéaires fréquentées par la noblesse et la bourgeoisie. A partir de 1830 Louis-Philippe, roi des français, encourage le développement du petit port de pêche de Trouville, sur les bords de la Touques, au détriment de Dieppe, ville réputée légitimiste. Plusieurs stations vont alors voir le jour pendant l’éphémère Seconde république comme Beuzeval, la protestante, future Houlgate. Sous le Second Empire, bien que le couple impérial semble préférer la côte basque faisant de Biarritz la villégiature à la mode, la proximité avec Paris permet à la côte normande de poursuivre son essor balnéaire : Cabourg sort de terre en 1854, les villas fleurissent à Villers à partir de 1856 et en 1859, la station de Deauville est créée ex-nihilo par le demi-frère de Napoléon III : le Duc de Morny. Parallèlement, le réseau ferroviaire se développe à toute vitesse. Depuis Paris, il devient possible de se rendre au Havre à partir de 1847. Les premiers trains arrivent à Dieppe à l’été 1848. Pour la saison 1855, il est possible de rejoindre les stations de Trouville, Cabourg et Beuzeval en descendant du train à Lisieux et en 1858, la ligne ferroviaire est prolongée jusqu’à Pont-l’Evêque. La première gare de Trouville-Deauville est finalement inaugurée en 1863 et en en 1884, la ligne permettant de relier Deauville à Caen, via Mézidon, en desservant les stations de, ce qui va être appelée à partir de 1903 la « Côte Fleurie », entre enfin en service. Par l’Express, Villers n’est alors qu’à quatre heures de Paris.

Nautisme Article
La gare de Villers-sur-Mer en 1910 © wikimedia

Au milieu des grandes Deauville et Cabourg, la petite station de Villers est fondée en 1856. A l’origine, Villers est un petit village de hameaux, vivant jusqu’au XIXe siècle de l’agriculture et de l’extraction du sel marin par ébullition de l’eau utilisée pour laver le sable récolté sur le bord de mer. Des traces de cette activité sont attestées à ce qui est alors Villare dès l’Antiquité romaine. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, deux personnages vont jouer un rôle capital dans la création de la station de Villers-sur-Mer : Félix Pigeory et Pierre-Michel-François Chevalier, dit Pitre-Chevalier. Le premier est architecte à Paris, ville pour laquelle il est inspecteur des travaux. Homme de lettre, il est également directeur et rédacteur en chef de la Revue des beaux-arts. Le second est novelliste et rédacteur en chef du Figaro. Fréquentant les milieux littéraires, il a pour témoin de mariage le poète et écrivain Alfred de Vigny et est le premier à publier, à partir de 1851, les premières nouvelles de Jules Verne dans la revue Le musée des familles. Ensemble, les deux hommes vont acheter les terrains autour du bourg de Villers et créer le plan d’une nouvelle cité en bord de mer. A Villers, Félix Pigeory va participer à la création du style balnéaire XIXe, fait de majestueuses villa de briques, largement ouvertes sur la mer et décorées de boiseries en pitchpin. Afin de faire acheter des propriétés aux parisiens cherchant une villégiature, la ville va rapidement se doter de deux éléments indispensables pour une station balnéaire : un casino et un établissement de bains. De plus, une nouvelle imposante église, de style néogothique, va remplacer à la fin du XIXe siècle l’ancienne église du bourg, devenue trop petite pour accueillir tous les fidèles. Afin de ne pas interrompre les célébrations, la nouvelle église, dédicacée à Saint-Martin, va être construite autour de la première qui sera par la suite démontée.

Nautisme Article
Le bourg à la Belle époque © wikimedia

La construction de Villers va devoir s’adapter aux contraintes du terrain. Dans un premier temps, la station va se développer à l’Ouest, sur les flancs des falaises des Vaches-Noires, l’Est étant alors un vaste marécage. Les deux bâtisseurs avaient initialement prévu d’organiser leur ville là où les falaises redescendent vers la mer, bordant cette dernière d’une promenade au-dessus de laquelle trois rues (la rue de la Falaise, la rue des Foulans et la rue des Bosquets), organisées les unes au-dessus des autres, auraient dû permettre aux plus belles villas de la station de posséder une vue dégagée sur la Baie de Seine, quel que soit leur distance du front de mer. Ce beau projet devra cependant être abandonné à cause de l’instabilité des falaises des Vaches-Noires. La rue de la Falaise ne sera jamais achevée et après la Seconde guerre mondiale, une partie des rues des Foulans et des Bosquets s’effondreront, emportant avec elles des villas aux noms évocateurs : Belle vue, Florida, Les roches… Aujourd’hui encore, le quartier Belle époque reste le plus prestigieux de Villers-sur-Mer. Cependant, les mouvements de la falaise sont toujours la bête noire des propriétaires dont les villas sont devenues de véritables danseuses.

Nautisme Article
CAILLEBOTE (Gustave). Villers-sur-Mer, 1880, huile sur toile, 60 x 73 cm, Collection privée © Gustave Caillebote

Face à l’impossibilité de s’étendre vers l’Ouest, Villers va peu à peu coloniser les marais vers l’Est, entre la route de Trouville et la voie ferrée. Alors que la villa Les Bosquets de Félix Pigeory se trouvait au cœur de la station, entre l’ancien hameau de l’église et le quartier de la falaise, c’est celle de Pitre-Chevalier, Durenne (qui héberge aujourd’hui l’office de tourisme), qui va peu à peu prendre cette place centrale alors qu’elle se situait à l’origine en bordure de la ville. Ainsi, à la veille de la Première guerre mondiale, l’expansion de Villers-sur-Mer paraît terminée, la ville étant engoncée entre la falaise et le marais. Mais durant l’entre deux guerres, l’agrandissement va reprendre vers l’Est. Des parties du marais vont être progressivement asséchées afin de construire de nouvelles maisons. A partir de 1936, les congés payés vont causer l’explosion du tourisme balnéaire. Quatre années d’occupation et la destruction de villas par les allemands afin de laisser la place aux fortifications du Mur de l’Atlantique (comme la villa Les Flots, aujourd’hui remplacée par le club de voile, détruite parce qu’elle gênait la vue d’un bunker), ne vont pas freiner le développement de la station. Les Trente glorieuses vont pleinement profiter à Villers-sur-Mer et la construction de petites résidences secondaires va peu à peu remplacer celle des grandes villas. Dans les années 1970, un vaste programme d’urbanisation va aboutir à l’assèchement d’une grande partie du marais et un nouveau quartier de barres d’immeubles, Villers 2000, va sortir de terre. Heureusement, la station va être classée et ses villas XIXe protégées, avec pour but d’éviter à Villers-sur-Mer de subir les mêmes destructions et la bétonisation de villes comme La Baule ou Les Sables d’Olonne. Les élus et les associations de propriétaires vont se battre pour que la Côte fleurie soit épargnée, finissant par obtenir gain de cause.

Nautisme Article
CAILLEBOTE (Gustave). Villas à Villers-sur-Mer, 1880, huile sur toile, 65 x 81 cm, Collection privée © Gustave Caillebote

La victoire de l’architecture Belle époque sur l’urbanisation massive des Trente glorieuses a permis à Villers de conserver son charme authentique et son esprit familiale. Il n’est en effet pas rare de voir des villas continuer de se transmettre dans une même famille de génération en génération, voir appartenir encore aux descendants des bâtisseurs, il y a plus d’un siècle. Ces mêmes familles ont l’habitude de se retrouver dans leurs cabines de plage, blanches en forme de petites maisons, qui font depuis l’origine des bains de mer pleinement partie de la côte normande. La plage de Villers-sur-Mer est ainsi devenue, d’un lieu mondain, un espace de retrouvailles familiales et de loisirs.

Nautisme Article
La digue-promenade, la plage et les cabines © wikimedia

Aujourd’hui, la station balnéaire de Villers-sur-Mer est devenue un lieu de villégiature prisé. Le méridien de Greenwich fait son entrée en France à Villers-sur-Mer, séparant la ville en deux : à l’Ouest, le bourg et la station XIXe ; à l’Est, les constructions du XXe siècle : deux mondes qui aujourd’hui encore ont du mal à se comprendre. Au pied de la digue promenade, la plage de sable est une des plus belles de la Côte Fleurie. Le quartier Belle époque abrite certaines curiosités comme l’ancien chalet Haret de l’Exposition universelle de 1867, reconnaissable à son chapeau indochinois, ou la villa Madagascar, remontée à Villers après l’exposition universelle de 1878. Au-delà, les falaises des Vaches-Noires sont un lieu de promenade couru, que ce soit dans les hauteurs ou en bord de mer. A marée basse, il est d’ailleurs possible de rejoindre à pied la station voisine d’Houlgate, en longeant ces gros rochers noirs qui ont donné leur nom aux falaises et sur lesquels Clopinet, le petit héros de George Sand dans Les ailes du courage, trouve refuge le temps de la marée. Les falaises sont connues pour leur richesse en fossiles de dinosaures, que la ville expose au musée du Paléospace, construit en bordure des marais qui ont été aménagés en promenade.

Nautisme Article
"troupeau" aux pieds des falaises des Vaches-Noires © wikimedia

Venir à Villers-sur-Mer, c’est découvrir une station balnéaire authentique où le neuf côtoie l’ancien, où la tradition flirt avec la modernité. Située sur le littoral du Pays d’Auge, le visiteur ne manquera pas de se rendre dans l’arrière-pays villersois à la découverte de magnifiques villages comme Saint-Pierre-Azif, Beaumont-en-Auge, Beuvron-en-Auge… dont la route le mènera à la petite ville de Pont-l’Evêque et à la cité de Sainte Thérèse et haut lieu de pèlerinage catholique : Lisieux.

Nautisme Article
Réclame pour Villers-sur-Mer © wikimedia

Avant de partir, pensez à consulter les prévisions météo sur METEO CONSULT.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…