Pip Hare : « J'ai toujours été une barreuse très active »

Courses
Jeudi 21 janvier 2021 à 16h45

© Pip Hare / Medallia

Pip Hare a envoyé un message du bord ce jeudi 21 janvier.

« J'étais si heureuse de voir le lever du soleil ce matin. La nuit a été longue et si vous regardez ma trace, vous comprendrez pourquoi. Je suis entrée dans un pot au noir et sans données fiables sur le vent, cela m’a demandé beaucoup d'énergie cette nuit.

J'ai passé la plus grande partie de la journée d'hier sous la lourde couverture nuageuse du front de ces derniers jours. Au fur et à mesure, dans l'après-midi, les nuages ont commencé à s'amincir et le vent a commencé à se calmer alors que j'approchais de la limite Nord du front. Je savais que les choses allaient se compliquer.

Le pilote s'était bien débrouillé ces derniers jours en mode compas, mais lorsque le vent a commencé à faiblir et à devenir instable, la vitesse de mon bateau a chuté. C'est difficile de gérer quoi que ce soit quand on sent que le bateau n'est pas performant. Si vous percutez une vague avec un mauvais angle, vous sentez une perte de puissance. Je peux être absorbée par autre chose, mais mon subconscient enregistre toujours la vitesse du bateau par le ressenti. Une perte de vitesse déclenche dans ma tête des pensées qui me rongent sans cesse jusqu'à ce que la situation soit rectifiée.

En début de soirée, il était clair que le pilote n’allait pas bien fonctionner en mode compas. Le vent était trop instable, les vagues dans la mauvaise direction. Sans aucune donnée fiable sur le vent, je me tenais sur le pont et je regardais les voiles pour comprendre dans quelle direction le vent avait tourné. J'étais sur la télécommande du pilote, incapable de dormir, de manger, de naviguer ... de faire quoi que ce soit. Avant le crépuscule, les choses semblaient un peu plus stables. J'ai donc essayé de dormir une heure, mais dès que je me suis couchée, le vent a chuté et le bateau m'a semblé trop à plat. Je me suis levée et j'ai modifié l'angle de navigation du bateau de quelques degrés avec la télécommande du pilote en restant dans mon pouf. Le vent s'est alors levé et nous avons trop gîté. Il était impossible que mon cerveau se mette suffisamment en veille pour dormir, j'ai donc accepté le fait que mon bateau avait besoin de moi.

Pour la première fois depuis de nombreuses semaines, hier, j'ai barré Medallia et c'était magnifique. J'ai pris une tasse de thé, j’ai mis quelques sons géniaux (Daft Punk et Muse) et je me suis installée sur le pont pour me frayer un chemin à travers les vagues pendant cinq heures, jusqu'à ce que la nuit tombe, que mon cou et mon dos soient fatigués et qu'un gros nuage apparaisse au-dessus de nous et vole tout le vent. Depuis lors, la nuit a été un mélange de pluie, de vent dans toutes les directions, d'absence de vent… Au moins, nous naviguons à nouveau maintenant.

 

Mon pilote automatique est une machine incroyable. Lorsqu'il fonctionne à plein régime avec les données du vent, il dirige le bateau de façon si constante que je n'ai pas besoin de penser à prendre la barre. La vérité est que la plupart du temps, il sait mieux diriger le bateau que moi, et puis il ne se mouille pas, ne se fatigue pas, ne se refroidit pas et ne se laisse pas distraire comme il ne peut pas voir les vagues. Les multiples capteurs sont capables de sentir l'accélération et la gîte du bateau et de juger exactement comment surfer sur une vague. Jusqu'à présent, il m'avait fait perdre mon poste de barreuse, ce qui m'a libéré du temps pour gérer le reste des multiples tâches à faire sur le bateau.

Malgré ma fatigue et ma frustration, j'ai apprécié de barrer la nuit dernière. J'ai toujours été une barreuse très active lors des courses en solitaire. Sur tous mes bateaux précédents, j'ai passé des heures et des jours à la barre, bloquée en position, à sentir chaque partie du bateau. Cela me permet d'être en lien avec la météo et les conditions. Vous ressentez directement chaque changement. Je prenais le contrôle, j'utilisais mon propre cerveau pour réagir aux nombreux changements sur l'eau et je me frayais un chemin à travers les conditions compliquées. Je n'ai pas encore été totalement supplantée par une machine.

Je ne peux pas barrer pour tout le reste de la course, lorsque les conditions deviendront plus stables, le pilote sera à nouveau roi. En attendant, je dois trouver un équilibre entre le temps passé à la barre, le sommeil et toutes les autres tâches qui doivent être accomplies. En ce moment, c'est le pilote qui conduit, il a fait un excellent travail jusqu'à présent, mais nous venons de frapper une vague dans le mauvais angle. Je ne peux pas l'ignorer, je ne peux plus me concentrer sur quoi que ce soit d'autre. »

Pip Hare / Medallia

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.