Objectif Paris 2024 pour Lou Berthomieu

Loisirs nautiques
Lundi 6 décembre 2021 à 17h07

©Sailing Energy

Née à Nantes en 2001, Lou est encore une enfant lorsqu'elle met pour la première fois les pieds sur un bateau, à l'occasion de croisières familiales. Bientôt, c'est dans son 'grand jardin' du golfe du Morbihan qu'elle prend la barre, avant de faire ses gammes en catamaran de sport. « J'ai tout de suite voulu faire de la compétition, ça ne m'intéressait pas s'il n'y avait pas de challenge » confie-t-elle avec l'air de s'en excuser. D'abord à la barre puis en tant qu'équipière, elle évolue dans la filière catamaran, jusqu'à entrer au Pôle Espoir de La Rochelle en Nacra15. Elle est alors au lycée, en première, et elle connaît ses premiers bons résultats : 3e aux championnats d'Europe, vice-championne de France, 5e aux mondiaux. L'année du bac est souvent celle de la croisée des chemins pour les jeunes sportifs : poursuivre le haut niveau ou s'engager à fond dans les études ? Son barreur de l'époque choisit la deuxième option. Lou, elle, veut poursuivre sa passion. 

La petite parenthèse course au large

 Sa rencontre avec Jérémie Beyou en 2019 va lui ouvrir une nouvelle parenthèse, celle de la course au large. Dans le giron de l'écurie Charal Sailing Team, elle s'essaye au Figaro3 avec un objectif en tête : la transat AG2R avec Alan Roberts. « J'avais 6 mois pour me préparer alors que je ne connaissais rien à la navigation, ils ont dû me prendre pour une folle ! » raconte-t-elle. Mais le Covid passe par là et le rêve se cogne à la réalité. Transat annulée : il faut trouver de nouveaux défis.

 Retour à ses premiers amours, le catamaran de sport, cette fois à bord du support olympique mixte à foil : le Nacra17. En août 2020, elle entre au Pôle France Jeune de La Grande Motte et découvre le haut niveau : 200 jours de navigation par an, préparation physique 5 jours sur 7, préparation mentale, travail sur le matériel, analyse des performances, déplacements réguliers en France et à l'étranger. Elle ne rentre chez elle, à Nantes, que quelques jours par mois... au mieux. « Depuis un an et demi, je prends conscience de ce qu'est l'olympisme. C'est un travail et un engagement de tous les instants. La compétition, c'est tout le temps et partout, il faut se donner à 100%, sur l'eau, à la salle de sport. Il m'a fallu un petit moment avant de comprendre ce que cela demandait en termes d'énergie et d'intensité ». Mais Lou aime ça et cela se traduit d'emblée par des performances. Avec Titouan Pétard, cette année, elle termine 3e des Championnats du Monde Jeune et première dans la catégorie des moins de 21 ans.

Le défi olympique

C'est désormais avec Tim Mourniac qu'elle s'engage, suite à leur participation réussie aux Championnats du Monde senior : une 4e place obtenue après trois semaines de travail acharné pour le tandem qui n'avait jamais navigué ensemble. Une expérience qu'elle n'oubliera pas. « Ça a été un déclencheur. C'était le premier mondial après les JO de Tokyo. Au début, j'étais impressionnée et super stressée de naviguer contre des équipages médaillés. On a travaillé à fond et dans l'urgence chaque détail pour nous donner une chance de rivaliser. Régater au milieu de ces champions, ça te montre ce que tu as envie d'atteindre. Ils ont du talent, mais cela ne suffit pas toujours. Il faut travailler, beaucoup travailler ».

Trouver des sponsors

Travailler dur pour atteindre les sommets, c'est ce qui galvanise Lou. Comme la plupart des jeunes athlètes de haut niveau, elle doit relever un triple défi : performer dans son sport, réussir ses études - elle est en première année à Sciences Po Paris, dans la filière réservée aux sportifs de haut niveau - et trouver des subsides pour financer sa campagne olympique. « La voile est un sport qui demande des moyens, pour acquérir du matériel, travailler sur le développement technique, se déplacer en compétition, et il est impossible aujourd'hui de se lancer dans une préparation olympique sans partenaires » admet-elle. La jeune femme est aujourd'hui activement engagée dans la recherche de sponsors, indispensables pour avoir des chances de réaliser son rêve.

 

« Paris 2024 - les épreuves de voile auront lieu à Marseille - c'est vrai que c'est ambitieux. Mais c'est un objectif que je suis sûre de vouloir et de pouvoir atteindre. Je crois énormément au travail, en la confiance que tu mets dans tes objectifs et à l'équipe que tu formes pour les atteindre. Et puis je pense que si on n'est pas ambitieux en olympisme, ce n'est même pas la peine de s'y essayer ! » dit-elle l'air de rien.

En attendant, quelques jours à peine après son retour d'Oman, elle est déjà sur l'eau, pour un nouveau stage d'entraînement à La Grande-Motte où intervient la cellule R&D de la FFVoile « Du carbone à l'Or ».

 

De nouveaux challenges se profilent déjà pour la nouvelle saison : les Championnats d'Europe début juillet au Danemark et les Championnats du Monde, début septembre au Canada.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…