Vidéo : découvrez le nouveau Charal 2 !

Courses
Lundi 4 juillet 2022 à 17h09

En 2018 déjà, Charal 1 préfigurait d’une nouvelle ère en étant le premier IMOCA à grands foils mis à l’eau. Quatre ans et neuf podiums plus tard, riche d’une solide expérience, le Team est allé plus loin pour  gagner encore en performance. « Le parcours référent, celui qui nous pousse constamment à donner le meilleur, c’est le Vendée Globe », explique Jérémie Beyou. Pour améliorer la stabilité, le comportement au portant et gagner en constance, « Nous avons essayé d’éviter au maximum que le bateau enfourne surtout quand les conditions sont musclées ».

Les équipes du Charal Sailing Team en collaboration étroite avec le cabinet Sam Manuard et des intervenants extérieurs ont donc concentré leurs recherches afin de répondre à cette problématique. Pour ressortir plus rapidement des vagues, gagner en stabilité et augmenter les vitesses de moyenne, le bateau se veut encore plus typé, plus racé et des choix à la fois forts et tranchés ont été réalisés.

Ce qui frappe au premier regard, c’est l’étroitesse de la carène, la plus étroite de tous les IMOCA existant. L’avant a été dessiné en scow, « une forme arrondie qui permet aussi de conserver de la puissance » souligne Jérémie. Le centre de gravité et la répartition des masses ont également été optimisés et reculés au maximum dans le même but.

Les foils, dessinés en V, sont plus discrets et moins imposants que sur Charal 1. Ils contribuent à ce que le monocoque soit « plus facile à mener quels que soient les allures et l’état de la mer. L’idée, c’est de réussir à tirer rapidement 100% de son potentiel et surtout de tenir des moyennes élevées dans le temps ». En étant très pointilleux en matière d’angle d’incidence, d’épaisseur de profil, l’équipe s’est affairée à les optimiser au maximum. Un travail conséquent a également été réalisé sur les safrans pour que « le bateau soit le plus stable possible » et « qu’il tienne la route ». Par ailleurs, tout a été fait pour épurer au maximum le bateau afin que l’écoulement de l’eau soit le moins contraignant possible et favoriser ainsi l’aérodynamisme. C’est ce qui explique que la surface du pont soit la plus plate possible, que le roof soit minimaliste et que le redan soit autant marqué. Tous ces éléments structurels permettront de gagner en performance dans des conditions de navigations particulièrement rudes, celles des mers du sud notamment.

« Charal 2, la récompense d’un travail collectif »

Ils sont une quinzaine d’ingénieurs, dont cinq au sein de la Charal Sailing Team, à s’être relayés pour designer Charal 2. Ensuite, plus d’une centaine de spécialistes se sont affairés à la construction du bateau, à dessiner et usiner l’ensemble des pièces, quasiment toutes des prototypes. « On a approché les 35 000 heures de conception et 40 000 heures de construction », souligne Pierre-François Dargnies, directeur technique. « Dévoiler Charal 2 est une récompense et un grand moment d’émotion pour l’équipe et toutes les entreprises qui ont participé à ce projet », s’enthousiasme Jérémie Beyou.

Côté décoration, une V2 tout aussi affirmée

En matière d’identité visuelle, « La nouveauté dans la forme impacte aussi le design » explique Stéphanie Bérard-Gest, directrice marketing. « Nous confortons nos codes de marque, l’ADN de Charal et l’esprit ‘Vivons fort’ tout en insistant sur notre volonté constante d’innover et d’offrir une vision plus sportive, plus racée ». En utilisant les couleurs de Charal – le rouge, l’alu, le noir et le blanc – le designer Nicolas Gilles a réalisé un travail conséquent sur les lignes afin de réaffirmer le caractère sportif du bateau et le rapprocher des codes du sport mécanique.

Mise à l’eau le 11 juillet

 « Je suis impatient, sourit Jérémie. Ce qui est intéressant, c’est qu’on n’a pas lâché la pression. Nous venons de faire deux courses sur le podium (2e à la Guyader Bermudes 1000 Race et à la Vendée Arctique). Il n’y a donc pas de temps mort ! »…. Un travail intense et collectif avant la mise à l’eau prévue à Lorient le 11 juillet prochain qui permettra aux curieux de pouvoir l’admirer et à Jérémie Beyou de le prendre rapidement en main.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…