Cumulonimbus, le roi des nuages

Mercredi 21 septembre 2016 à 13h35

Nous avons vu que le Cumulus peut être humilis, médiocris ou congestus. Congestus, il faut déjà être bien énervé pour se mettre dans cet état là. Eh bien le Cumulonimbus, Cunimb pour les intimes, est le nuage qui voudrait ne plus se donner de limite et qui laisse déborder sa colère.

Nous avons vu que le Cumulus peut être humilis, médiocris ou congestus. Congestus, il faut déjà être bien énervé pour se mettre dans cet état là. Eh bien le Cumulonimbus, Cunimb pour les intimes, est le nuage qui voudrait ne plus se donner de limite et qui laisse déborder sa colère.

Le sommet du Cumulonimbus n’est plus constitué de gouttelettes mais de cristaux de glace. Il se développe et gonfle démesurément jusqu’à… jusqu’à ce que son extension verticale soit limitée par un plafond, la tropopause, qui marque la fin de la décroissance de la T° de l’air avec l’altitude. Au-delà de cette limite, vers 8km d’altitude aux pôles, 13km à la latitude de la France, 18km à l’équateur, puisque la température ambiante cesse d’être de plus en plus froide, les particules d’air n’ont plus aucune raison de s’élever. La tropopause est donc un couvercle au-dessous duquel les cristaux de glace s’accumulent et se lient. Un bloc énorme de glace se développe et s’étale jusqu’à prendre une forme d’enclume. Plus blanc, plus rayonnant, plus compact… y'a pas ! On comprend que les avions se détournent. Il arrive que dans sa fureur le Cumulonimbus perce la tropopause. Le sommet du nuage prend alors l’aspect d’un crâne recouvert d’une chevelure hirsute.

A l’opposé, la base du nuage est très sombre et déchiquetée. Elle expulse des virga (précipitations n’atteignant pas le sol) ou des averses de pluie, neige, grésil. Ces averses, au milieu d’éclaircies, sont propices aux arcs-en-ciel. Seul le Cunimb est habilité à produire de la grêle et de furieux coups de vent que l’on nomme, allez savoir pourquoi, grains.

Toutes ces manifestations de puissance m’incitent à considérer notre Cunimb comme le roi des nuages. Et on peut ajouter à cela qu’il n’est presque jamais seul. Sa cour, constituée de cellules convectives toutes aussi prétentieuses les unes que les autres, respecte l’étiquette. Les Cunimb se rangent et se tiennent pour former une « ligne de grains ». Que ces prétendants se gonflent du poitrail en étant soulevés à l’avant d’un front froid ou en grimpant sur une colline prise pour piédestal, ils se retrouvent bêtement à la queue leuleu en marche parallèle aux courbes de niveau.

Cette cour a ses nécessités et exige hauteur de plafond pour se révéler, socle pour se hausser, chaleur et humidité pour se gaver. Ce sont les raisons pour lesquelles les Cumulonimbus sont rares dans les régions polaires et fréquents dans les régions tropicales. Et ce sont aussi ces derniers prétextes, chaleur et humidité, qui les rendent plus ordinaires en été qu’en hiver dans nos régions tempérées. Les zones à relief sont plus vulnérables que les plats pays avec des orages plus violents et plus durables.

Orages. Coups de tonnerre, éclairs, foudre, grêle, voilà qui résume le caractère du Cunimb. Le roi est orageux.

Le roi bouillonne intérieurement
. Des courants ascendants au cœur du nuage peuvent atteindre 150km/h dans des colonnes de plusieurs kilomètres de diamètres. Ces ascenseurs sont compensés par des rafales descendantes, effondrement des couches supérieures, véritables avalanches d’air.

Le roi explose
. Cette avalanche d’air peut tomber avec une vitesse de 200km/h et s’éparpiller horizontalement à 100km/h en touchant le sol. Bonjour les dégâts. Mais il ne faut pas confondre les rafales descendantes avec les tornades qui sont au contraire un mouvement ascendant et tourbillonnant. D’ailleurs si ces deux expressions de la royale colère font traces au sol dans de véritables corridors de dégâts, la rafale laissera des arbres couchés et des objets soufflés dans la même direction tandis que la tornade laissera des arbres tordus ou cassés à quelques mètres du sol. En mer, la première lèvera rapidement des vagues courtes et creuses, tandis que même une version chétive de la seconde pourra se traduire par une trombe marine, cette colonne d’air et d’eau mélangé qui remonte en spirale depuis la surface de la mer jusque dans le nuage. Le roi est alors ogre.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.