Les pièges à éviter sur l'électronique d'occasion

Mardi 26 février 2019 à 16h06

Lorsque l’on acquiert un bateau d’occasion équipé d’électronique, voire de l’électronique d’occasion, très présente sur les sites de petites annonces, il est prudent de vérifier certains points. On a tendance à dire que ce matériel décote vite, mais ce n’est pas pour autant qu’il est obsolète.

©© Figaro Nautisme
Lorsque l’on acquiert un bateau d’occasion équipé d’électronique, voire de l’électronique d’occasion, très présente sur les sites de petites annonces, il est prudent de vérifier certains points. On a tendance à dire que ce matériel décote vite, mais ce n’est pas pour autant qu’il est obsolète.

La durée de vie de l’appareillage électronique

Lors d’un sinistre, les experts appliquent une décote en fonction de l’âge, mais pas nécessairement en tenant compte de la valeur de remplacement. En règle générale, cette décote est de 20 % la première année pour atteindre 50% au bout de la cinquième et ne plus avoir qu’une valeur sentimentale au-delà de sept ans. Dans la pratique, si celle-ci est applicable en cas d’avarie, elle doit être plus nuancée lors de l’achat d’un bateau ou d’équipement d’occasion. On doit prendre en compte un certain nombre de critères qui vont de la marque à l’évolution du produit en passant par son prix, etc.

Tout le matériel n’a pas la même cote

Nautisme Article
Sondeur éclat : n'a plus aucune valeur marchande.© © Albert Brel

L’électronique de navigation est un équipement qui évolue vite du point de vue des fonctions et dont le prix peut être inversement proportionnel à son évolution. Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder les catalogues et de comparer les prix sur quelques années. Si nous prenons, par exemple, une VHF fixe Furuno FM4721 avec ASN, elle était proposée à 1194€ en 2014, le modèle FM4800 beaucoup plus complet (ASN, GPS, récepteur AIS) est à 690€ au catalogue 2019. Cet exemple sur une VHF peut s’appliquer sur bon nombre de produits avec certaines nuances, en particulier, lorsque le produit est toujours commercialisé. Dans le cas de notre VHF, le modèle a évolué, il a changé de référence et le prix a baissé de plus de 40%. Si on prend le cas d’un radar référence 1835, le prix était de 5454€ en 2014, il est de 5394€ en 2019 soit pratiquement identique. En résumé, un appareil qui est toujours sur le marché décote beaucoup moins qu’un modèle qui n’est plus sur le marché et qui est remplacé par un plus performant.

Une décote inversement proportionnelle à l’âge est-elle justifiée ?

Dans certains cas, oui, dans d’autres, non. Bien souvent, le prix des bateaux d’occasion est proposé suivant la formule consacrée « prix selon inventaire ». En pratique, cette formulation doit être prise avec beaucoup de réserve, en particulier, sur le sujet qui nous intéresse dans cet article l’électronique. La première démarche est de demander cet inventaire. Il doit être complet avec la marque de l’appareil, sa référence et sa date d’achat. Avec ces trois éléments, dans un premier temps, on peut comparer le prix d’achat par rapport au prix d’un neuf, comme nous venons de le voir pour la VHF et le radar et appliquer une décote en fonction de l’année et de l’état. Il faut savoir que pour certains produits qui ne sont plus commercialisés, on ne trouve plus de pièces et les services après-vente n’assurent plus les réparations. Nous n’allons pas voir tous les équipements électroniques mais nous intéresser à ceux d’un certain prix qui, aux yeux des vendeurs, voire des acheteurs, présentent un intérêt.

Nautisme Article
Radar monochrome, qui n'est plus fabriqué© © Furuno

Le radar : depuis les années 2000 où les modèles à écran monochrome cristaux liquides (LCD) ont été mis sur le marché, bon nombre de plaisanciers en ont fait l’acquisition. Qu’en est-il aujourd’hui ? Ces modèles monochromes ne sont plus commercialisés. Ils sont remplacés par des écrans couleur voire des appareils multifonctions. Bien entendu, ils peuvent toujours assurer leur fonction, mais, du point de vue marchand, lors de l’achat d’un bateau d’occasion, ils n’ont aucune cote. Sur le marché de l’occasion, on en trouve à moins de 250€ mais, attention, en cas de panne, il est souvent difficile de trouver des pièces.

Nautisme Article
Ecran multifonction avec radar sondeur© © Raymarine

La cartographie : s’il y a un domaine qui a beaucoup évolué, c’est celui de la cartographie électronique. Les lecteurs sont plus performants, la cartographie aussi. La majorité des cartographies que l’on trouve sur le marché provient des services officiels hydrographiques. Les lecteurs sont maintenant tous couleur. Les monochromes ont disparu et n’ont aucune valeur marchande. Les couleurs sont soit des lecteurs simples avec GPS interne ou externe, combinés avec un sondeur soit conditionnés dans un écran multifonction. Un écran multifonction nouvelle génération est toujours à la base un lecteur de carte sur lequel on peut connecter d’autres instrumentations (radar, centrale, pilote, etc.). Reste la cartographie. Elle est présentée sur des cartouches aux formats SD ou Micro-SD. Des formats comme la Compact-Flash que l’on trouvait encore il y a quelques années, y compris sur des lecteurs haut de gamme, ne sont plus sur le marché. Si vous achetez un bateau avec un lecteur équipé de Compact-Flash, fonctionnant parfaitement sur la cartographie présente sur la carte, il devient obsolète pour une autre zone car vous ne trouverez pas de cartes ou alors d’occasion et la mise à jour ne sera pas possible.

Le pilote in-bord : c’est sans aucun doute l’équipement qui vieillit le mieux. Un modèle de 10 ans voire plus, s’il est d’une grande marque toujours présente sur le marché, s’il fonctionne bien et ne présente pas de signes de fatigue (fuite sur le vérin s’il est hydraulique, connectique en mauvais état, connections électriques oxydées, écran, etc.) n’a aucune raison de ne pas continuer à fonctionner pendant plusieurs années.

Les centrales de navigation : là, il est impératif de tenir compte de la marque et de vérifier qu’elle est toujours présente sur le marché. Bien souvent, les éléments de la centrale communiquent avec un bus dit propriétaire. Si vous souhaitez la compléter voire changer un élément (par exemple un anémo-girouette ou un écran), il faut qu’elle soit compatible avec la nouvelle génération. Des points importants à vérifier.

Nautisme Article
Centrale de navigation© © Furuno

Les logiciels de navigation : les logiciels de navigation sont dits évolutifs. Ils suivent l’évolution de l’informatique et des appareils auxquels ils peuvent être interfacés (AIS, météo, radar, ARPA, etc.), des supports cartographiques et des réseaux (NMEA 0183, NMEA 2000, bus CAN, etc.). En clair, la prudence est de mise. Un seul exemple sur un logiciel très diffusé : Maxsea. Il y a quelques années, il a mis sur le marché un nouveau logiciel Time Zéro. Cette version n’est pas compatible avec les anciennes, les mises à jour et l’évolution de ces dernières ne sont plus assurées.

Les sondeurs : c’est l’un des équipements le plus présent sur le marché (plus de 400 modèles). Le sondeur standard n’a guère évolué du point de vue fonctions. La différence est la qualité de l’écran qui a suivi celle de l’informatique. Un écran qui était haut de gamme dit « plein jour » il y a cinq ans est considéré aujourd’hui de qualité moyenne. Les fonctions, c’est là les principales évolutions. On trouve sur le marché des produits, à des prix attractifs, qui présentent des fonctions inédites en particulier pour la pêche, avec une représentation proche de l’imagerie médicale.  

Nautisme Article
Sondeur ancienne génération© © Furuno

En conclusion

Les équipements électroniques, même récents, dont la marque n’existe plus n’ont aucune valeur marchande. Il en est de même des appareils qui ne sont plus diffusés (voir les exemples cités). Pour les autres instrumentations, suivez nos conseils en vérifiant que la marque assure toujours la maintenance voire l’évolution du produit. Dernier point : le prix. Beaucoup d’appareils ont vu leurs prix baissés dans des proportions importantes tout en proposant des fonctions supplémentaires.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.