Le Vasa, navire du XVIIe siècle quasi-intact et unique au monde

Mercredi 2 mars 2016 à 09h51

Mots clés : , , ,

Si vous avez l’occasion de séjourner dans celle que l’on appelle la Venise du Nord, vous ne pouvez faire l’impasse sur le Musée Vasa. Comme son nom l’indique, vous y découvrirez ce fameux vaisseau de guerre du XVIIème siècle au destin tragique. Retour sur le triste naufrage du Vasa, à Stockholm.


@Jonathan Desos

Le Vasa fut construit au XVIIème siècle sous les ordres du roi de Suède, Gustave II Adolphe. Un imposant navire de guerre, le fleuron de la flotte suédoise. Sa construction a demandé deux longues années, qui ont été ponctuées de nombreuses modifications dans le plan de construction initial : toujours plus grand, toujours plus fort ! Le Vasa aura donc 64 canons, tirant chacun des boulets de 24 livres (11kg) et positionnés sur 2 ponts, ainsi que 120 tonnes de ballast. Evidemment, personne dans l’équipe de construction n’osa contredire le roi…

Victime d’une trop grande ambition

Le grand jour arrive : le 10 août 1628. Roulement de tambours, tirs de canons : le roi voit les choses en grand, c’est le moment d’impressionner son peuple, et les peuples voisins par la même occasion. Le Vasa quitte alors le port de Stockholm, le vent se lève. Le navire tangue un peu, mais pas assez pour le stopper. Il fut autorisé à hisser les voiles quand soudain une deuxième rafale le couche sur les flancs. L’eau s’engouffre, le Vasa coule, et avec lui une cinquantaine de membres d’équipage et toutes les merveilles qu’il contient. Les envies de grandeur du roi de Suède ont eu raison du Vasa : une structure trop haute et trop lourde que les 120 tonnes de ballast (des grosses pierres placées dans le fond du navire pour le garder à flot) ne pouvaient compenser.

3 siècles plus tard : la récupération

En 1956, un archéologue et ingénieur nommé Anders Franzén localise l’épave du Vasa et prépare sa remontée. Le vaisseau est alors profondément enfoncé dans la vase qui s’est également introduite à l’intérieur. Plus de 1 300 plongées furent nécessaires pour le remonter à la surface. Malgré le danger du chantier, aucun accident grave ne fut à déplorer. Précautionneusement, le Vasa fut remonté à l’aide de câbles en acier reliés à une grue de levage. Une fois sorti de l’eau, il fut mis en cale sèche dans l’attente des fouilles archéologiques à l’intérieur. En 1961, un premier musée temporaire spécialement dédié hébergea le Vasa : le Wasavarvet (« le chantier naval du Vasa »). En 1988, après la construction d’un bâtiment dédié suite à la décision du gouvernement suédois, le Vasa fut remorqué jusqu’au musée Vasa, ouvert officiellement en 1990.

Un monument historique unique au monde

Le Vasa est toujours exposé au musée éponyme situé à Stockholm. C’est l’attraction principale de Suède et un des musées maritimes les plus visités au monde, et on comprend pourquoi ! Si vous passez par là, vous pourrez bien sûr admirer le Vasa, découvrir des expositions connexes, visionner un film dédié et vous restaurer.
Ce qui impressionne au premier coup d’œil, c’est l’état du Vasa : il est quasi-intact ! Difficile de s’imaginer qu’il fut oublié au fond de l’eau pendant plus de 300 ans. Prenez votre temps pour admirer les quelques 14 000 objets en bois, dont 700 sculptures. Le Vasa était un vaisseau de guerre certes mais un vaisseau royal, le plus important de la flotte : un véritable palais flottant. Dorures, peintures, sculptures, équipements, voiles (les six hissées au moment du drame, les plus vieilles de l’histoire)… Une vraie gloire à la Suède, à son armée et à son roi, une véritable œuvre d’art.


A lire aussi :
Stockholm, la Venise du Nord
Stockholm: découverte d'une épave
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction