Yann Cariou, commandant de l'Hermione, pressé de lever l'ancre

Voiliers
Vendredi 17 avril 2015 à 8h24

"L'Hermione", réplique du navire qui emmena La Fayette vers l'Amérique, doit lever l'ancre samedi et le commandant de la frégate, Yann Cariou, s'impatiente déjà : "j'ai hâte de partir. Ce sera plus calme en mer", soupire-t-il dans sa cabine, entre deux ouvriers et leurs coups de marteau.

"L'Hermione", réplique du navire qui emmena La Fayette vers l'Amérique, doit lever l'ancre samedi et le commandant de la frégate, Yann Cariou, s'impatiente déjà : "j'ai hâte de partir. Ce sera plus calme en mer", soupire-t-il dans sa cabine, entre deux ouvriers et leurs coups de marteau.

Jusqu'au dernier moment, les préparatifs du périple se poursuivent dans le port de La Rochelle, notamment l'embarquement des 2.000 m2 de voiles. Sollicité de toutes parts par des journalistes ou des anonymes, le "pacha" de l'Hermione n'a pas un moment à lui. "Des philatélistes m'ont demandé de poster leurs lettres depuis les Etats-Unis. Un photographe compte aussi sur moi pour faire tamponner l'un de ses clichés lors d'une escale", raconte-t-il.

Et le commandant veut lui-même profiter de ses derniers jours à terre pour faire encadrer des gravures, dont le plan de la "Concorde", "navire-soeur" de "L'Hermione" ayant servi à reconstruire à l'identique la frégate. Commandée par le lieutenant de vaisseau et comte Louis-René-Madeleine de Latouche-Tréville, elle emmena en 1780 Gilbert du Motier, marquis de La Fayette (1757-1834), aider les insurgés américains à gagner leur indépendance contre l'Angleterre.

Traits un peu tirés, Yann Cariou, 53 ans, cheveux gris, répond aux questions en souriant mais sans desserrer les dents. Et il s'amuse de son statut: "Je suis le pacha et le mousse en même temps! Au XVIIIe siècle, le commandant avait cinq valets à son service. Moi, je fais le ménage et la lessive moi-même. J'ai même dû m'acheter un service à vaisselle pour recevoir, deux chandeliers et une théière. C'était comme ça à l'époque".


Chaque manoeuvre est un effort

Si sa cabine occupe toute la largeur de la poupe de "L'Hermione", sous le pont, elle ne présente aucun élément de confort à part une table et quelques chaises en paille. Pas de fauteuil en velours, pas de dorure. Seul un perroquet empaillé baptisé "Latouche" apporte une note de fantaisie.

"C'était un vaisseau de guerre", s'exclame le commandant. "Et puis en navigation, l'eau ruisselle du pont et de partout, car un bateau en bois, ça bouge et ça se déforme. Les mâts forcent sur le pont et toute la structure joue", explique-t-il.

Samedi 18 avril au soir, le commandant prendra enfin la mer avec ses 80 membres d'équipage, en majorité des volontaires bénévoles mais tous surentraînés. Et ils en auront besoin pour endurer six semaines de traversée, jusqu'à l'arrivée prévue le 5 juin à Yorktown, prévient Yann Cariou, qui a déjà commandé trois ans un autre trois mâts, le célèbre "Belem", et qui compte sept tours du monde en 30 ans de marine nationale et six ans de marine marchande.

Car tout est dur à bord: "Tout pèse lourd. Chaque manoeuvre est un effort, surtout si elle se fait à 45 mètres de hauteur dans le vent et la pluie", souligne-t-il.


Bête de course

"Il y a deux siècles, ils étaient 242 à bord en temps de guerre et 196 en temps de paix, dont 130 dévolus à la manoeuvre. Il fallait 80 hommes pendant deux à trois heures simplement pour remonter l'ancre. Nous, nous serons 80 en tout", poursuit le commandant.

"Alors tout reposera sur l'anticipation car nous avons l'avantage de connaître la météo précisément. Nous planifierons tout sur trois jours. Nous décomposerons les manoeuvres. Ce qui demande une heure, nous le commencerons trois heures avant", explique-t-il.

Et gare à la casse! "Nous n'avons que deux voiles de rechange. Cela coûte trop cher, 60.000 euros pièce".

Si le commandant est impatient d'appareiller, il n'est pas pressé d'arriver pour autant et fera donc primer la sécurité sur la performance: "Nous avons tablé sur une vitesse moyenne de 4,5 noeuds, même si l'Hermione peut aller beaucoup plus vite. Si nous sommes en avance, nous ferons des ronds dans l'eau en attendant. Car contrairement au XVIIIe siècle, nous devons arriver à une date précise. C'est l'enjeu du défi proposé par l'Association Hermione - La Fayette, propriétaire du bateau", souligne Yann Cariou.

"Pourtant, l'Hermione est une bête de course, un bateau parfait. On n'a jamais fait mieux depuis", assure l'ancien commandant du "Belem".

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…