Essai du Tofinou 9.70 : la passion de l'esthétisme

Voiliers
Vendredi 27 mars 2020 à 12h29

S’il y a bien une marque qui ne galvaude pas le terme de « voilier de caractère », c’est bien Tofinou. Nous avons le privilège de naviguer à bord de son dernier bijou, imaginé en collaboration avec Peugeot Lab.

©Latitude 46
S’il y a bien une marque qui ne galvaude pas le terme de « voilier de caractère », c’est bien Tofinou. Nous avons le privilège de naviguer à bord de son dernier bijou, imaginé en collaboration avec Peugeot Lab.

Si les ateliers ont déménagé sur le continent, le fief des Tofinou reste St Martin de Ré, comme Woking pour Mc Laren. Le port charentais rassemble une bonne partie de la gamme initiée en 1988 à partir d’un dessin datant de 1928. Depuis, de l’eau a coulé sous le pont de l’île de Ré, mais la passion pour les détails, la classe d’un acajou verni, le subtil chanfrein d’un tableau arrière, demeurent. Sur le 9.70, Peugeot Lab s’est penché sur le design du roof, le plan de pont et l’ergonomie en général. C’est une réussite incontestable. Evitant l’écueil du néo-rétro artificiel, le Tofinou 9.70 possède sa propre personnalité et elle ne manque pas de faire tourner les têtes sur son passage.

Nautisme Article
© Latitude 46

Une gîte raisonnable

A peine sortis du port, dans le silence de la motorisation électrique (option), les pare-battages rangés dans le grand coffre de jupe arrière, le seul grain de la journée nous cueille. Cela n’empêche pas de hisser la grand-voile à la volée, et de dérouler le solent en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. Comme spinnaker et gennaker s’envoient également depuis le cockpit, les visites sur la plage avant seront rares. Cela tombe bien, car l’absence de filières pourrait être anxiogène. Pourtant on se sent en parfaite sécurité à bord. Toutes les manœuvres s’effectuent sans effort démesuré grâce à un accastillage de très bonne qualité.

Nautisme Article
© Latitude 46

Même sous les rafales, la gîte reste raisonnable, la quille descendue d’une simple pression du doigt ayant fait passer le tirant d’eau de 1,22 à 2,00 mètres. Les virements s’effectuent dans un mouchoir de poche, les relances sont franches. Malgré le faible franc-bord, le bateau mouille peu et on apprécie immédiatement l’ergonomie du très grand cockpit. Aux passagers plus ou moins oisifs les deux banquettes avant, au barreur le cockpit arrière avec, à portée de main, les deux winches primaires, le double palan de grand-voile, le pataras… De quoi se régaler au portant quand le bateau accélère sur chaque vague, assis à plat pont, ou sur la banquette, les pieds calés sur le judicieux cale-pied réversible.

Nautisme Article
© Latitude 46

Le plaisir d’être à la barre

L’intérieur offre quatre couchettes, mais dormira-ton vraiment à bord ? Qu’importe, on ne demande pas à une Morgan d’être « pratique ». On en tombe amoureux au premier coup d’œil, comme du Tofinou 9.70. Alors on le protège sous un taud hors saison, on le prépare à la perfection, et on le ressort aux premiers beaux jours. En régate ou juste pour le plaisir, être à la barre sera toujours source de grande satisfaction.

Nautisme Article
© Latitude 46

Les + :

Ligne séductrice

Performances flatteuses 

Foule de détails pratiques

Nautisme Article
© Latitude 46

Les - :

Aménagements

Evacuation eau du cockpit

Nautisme Article
© Latitude 46

Fiche technique

Longueur hors-tout : 9,82 m

Longueur de coque : 9,15 m

Largeur : 2,99 m

Tirant d’eau : 2 m (quille fixe) 1.22 / 2 m (quille rétractable)

Motorisation : 15 ch  

Déplacement : 2 300 Kg

Carburant : 25 l

Eau douce : 50 l

Foc auto-vireur : 20 m²

Grand Voile : 28 m²

Code zéro : 40 m²

Spi asymétrique : 80 m²

Architecture Navale : Michele Molino

Design extérieur : Peugeot Lab

Chantier : Latitude 46 (17)

Prix version standard : environ 132 000 €

Nautisme Article
© Latitude 46

Principales options :

Moteur électrique Torqueedo 10 KW : 14 400 €

Quille rétractable relevage électrique : 13 200 €

Code 0 sur emmagasineur : 4 272 €

Mât Carbone avec gréement Dyform : 14 400 €

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.