Essai de l'Oceanis Yacht 54 : « 17 mètres de purs plaisirs ! »

Voiliers
Jeudi 12 novembre 2020 à 6h44

Le tandem composé du cabinet Biscontini Yacht Design en charge de la carène, associé à l’architecte Lorenzo Argento pour le design intérieur et extérieur, a donné naissance à l’OCEANIS YACHT 54, 17 mètres de purs plaisirs à vivre en mer comme au mouillage.

©Gilles Martin-Raget
Le tandem composé du cabinet Biscontini Yacht Design en charge de la carène, associé à l’architecte Lorenzo Argento pour le design intérieur et extérieur, a donné naissance à l’OCEANIS YACHT 54, 17 mètres de purs plaisirs à vivre en mer comme au mouillage.

La carène est identique au First Yacht 53, voilier haut de gamme et rapide de Beneteau. A partir de ce même dessin de formes très réussi, toute l’équipe (architecte et chantier) s’est mobilisé pour créer à bord de l’OCEANIS YACHT 54 un concept encore plus orienté sur le confort et la facilité de manœuvre dans une approche dite «Easy Sailing» sur laquelle nous allons revenir au cours de cet essai.

Avec des atouts forts comme l’étrave droite, un franc bord vertical, un maître-bau affirmé de 5 mètres, et un tableau arrière droit, donnent d’emblée à la silhouette un caractère affûté et moderne. Le pont est très épuré (« flush ») et permet une circulation générale aisée.

Plan de pont / emménagements extérieurs

Deux points marquants, l’existence d’un pavois de pont apportant un sentiment de protection sans nuire à l’esthétique, et la conception du cockpit, bien protégé par un ensemble cabriolet – bimini, qui est solidement fixé portique d’écoute de grande voile, et qui intègre et englobe élégamment tout le cockpit et apporte une vraie protection. Des panneaux latéraux peuvent même fermer l’ensemble si les conditions météorologiques l’exigent.

De chaque côté de la descente, un matelas avec appui tête permet de s’allonger de part et d’autre, à l’abri du cabriolet.

Nautisme Article
© Gilles Martin-Raget

Les tables (2) de cockpit en teak, avec deux grands panneaux repliables, sont montées sur des pieds télescopiques (commande électrique) permettant selon la hauteur réglée de disposer de tables pour diner, de tables basses pour un verre, et en positions basses de transformer les assises de cockpit en une surface plage de bain - couchage. La présence de belles main courantes en inox sur ces tables apporte une bonne sécurité dans les déplacements dans le cockpit.

Les postes de barre à roue, sont conçus comme de vraies consoles de commande, dans l’approche Easy Sailing, et donnent accès à toutes les commandes requises : centrale de navigation, pilote automatique, tableau électrique pour les fonctionnalités sur le pont (éclairage, plate-forme arrière, tables de cockpit), Commande moteur et propulseur, etc… Les barres à roue très élégantes sont en fibre de verre (en option), laquées blanche.

Nautisme Article
© Gilles Martin-Raget

Les sièges de barre, sont également des coffres de rangement, et au pied des consoles, une marche cale-pied réglable de chaque bord apportera au barreur les bons appuis à la gîte en position debout.

Très accessibles du poste de barre, de chaque bord, deux winches électriques Harken permettent d’agir sur les écoutes de grande voile et génois, non seulement pour border, mais aussi pour choquer au moyen d’un interrupteur dédié, sans avoir à manipuler l’écoute qui reste dans le self-tailing.

Nautisme Article
© Gilles Martin-Raget

A noter l’option Harken AST (peu utilisée lors de notre essai), qui consiste à un interfaçage poussé de la centrale de navigation avec le pilote et les winches d’écoutes, et permet non seulement un réglage permanent des voiles (fonctions border - choquer), en fonction de l’angle du vent apparent, mais aussi une fonction auto-tacking pour virer de bord sans action de l’équipage sur les écoutes ou la barre, ainsi qu’une fonction gîte constante pour assurer un confort de navigation, l’art de l’Easy Sailing et de l’assistance à la navigation en équipage réduit.

Nautisme Article
© Gilles Martin-Raget

Le large espace entre les deux consoles de barre permet une circulation très fluide entre le cockpit et l’arrière du bateau, les épontilles du bimini sont d’ailleurs très judicieusement disposées pour servir de main courante dans les déplacements, ou pour se tenir debout aux postes de barre.

Le tableau arrière est équipé d’une plage de bain amovible, intégrée au tableau arrière en position relevée. Une fois déployée (par un système électrique), cette spacieuse plateforme de bain laisse apparaitre un rangement pour une annexe gonflée de 2m40 de long, solution de rangement et pratique.

La plage avant intègre sur l’avant du roof deux espaces pour profiter d’un bain de soleil sur deux jolis matelas.

Emménagements intérieurs

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

L’agencement du carré est une grande cuisine sur bâbord, disposant d’un grand frigo domestique et d’un micro-onde (option) en sus d’une gazinière 2 feux et d’un four. Les très nombreux rangements et équipets devraient satisfaire les plus exigeants pour ranger avitaillement et équipement de cuisine. Un meuble servant aussi de desserte, permettra à la gîte de se caler pour préparer les repas ou pour servir.

En avant de la cuisine se situe un espace propriétaire sous forme d’une banquette et d’une méridienne disposant d’une table face à la cloison. Celle-ci ne dispose d’aucune instrumentation, mais la possibilité d’un ordinateur interfacé à la centrale de navigation solutionnera aisément cela, si le besoin se faisait sentir.

Sur tribord la table du carré peut accueillir aisément 6 convives.

Sous les planchers du carré des volumes de rangement sont disponibles pour y stocker l’avitaillement.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

La cabine avant, dite de propriétaire est composé d’un grand lit double central, de deux penderies et d’un meuble de rangement avec de nombreux tiroirs. A bâbord une cabine de douche dédiée, très joliment habillée de bois, et sur tribord la salle d’eau avec le lavabo et toilette. 

Sur tribord, en arrière du carré, se trouve une 2ème salle de bain, dont l’accès se fait soit par le carré, soit par la cabine arrière-tribord. Celle-ci dispose d’une grande couchette double.

Sur bâbord, au pied de la descente l’accès à la cabine arrière-bâbord, avec une grande couchette double, identique en taille à la cabine tribord.

Les deux cabines arrière disposent de rangement incluant penderie et tiroirs. Des accès latéraux au compartiment moteur et groupe électrogène permettront une maintenance aisée, en sus de l’accès sous la descente.

Les hublots de coque et d’hiloire de roof ainsi que les nombreux capots de pont, associés à un choix de boiserie claire, apportent une excellente luminosité et une bonne vision extérieure.

A noter que le tableau électrique général est judicieusement dissimulé derrière un panneau en bois en arrière de la table du carré à tribord.

Essai en mer

-  Lieu : Sitges (Espagne)

- Conditions de vent : NNW 8 à 10 nœuds

- Mer : calme à peu agitée

Toujours dans le développement du concept Easy Sailing, la version essayée de l’OCEANIS YACHT 54 dispose du dispositif « Dock & Go » qui consiste, grâce à un joystick pilotant une intelligence (calculateur), d’agir simultanément sur le moteur (Yanmar 80 cv) équipé d’une embase sail-drive à rotation sur 360°, et sur le propulseur d’étrave. La commande au joystick permet alors des manœuvres de port précises dans des espaces confinés.  

Le bateau est gréé avec un mât Sparcraft à deux étages de barre de flèches poussantes, et un pataras avec patte d’oie pour conserver l’accès arrière dégagé. Les voiles sont fabriquées par la voilerie Incidence, et en version standard la grande voile à enrouleur de 63 m² (il existe une version dite performance à 3 étages de barre de flèches équipé d’une grande voile classique de 83 m²), et le foc auto-vireur (51 m²) complètent l’approche Easy Sailing. Dans la combinaison essayée, nous avons navigué avec un génois à 100% (65 m²) de recouvrement. 

Au près, dans 10 nœuds de vent, le bateau évolue agréablement, avec de bonnes sensations de barre ; légèreté, sensibilité et réactivité, la présence des deux safrans aide beaucoup certainement. Compte tenu des conditions de vent légères, nous aurions apprécié certainement un plus grand génois. Néanmoins dès les allures plus ouvertes, le code 0 sur enrouleur a apporté le gain de toile pour donner des sensations réelles de glisse, la barre restant toujours douce et plaisante.

En synthèse l’OCEANIS YACHT 54 est un bateau avec une ergonomie de pont et d’emménagements très aboutie, le cockpit est l’un des atouts de cette unité haut de gamme, où l’on réalise l’importance de se sentir bien installé et abrité dehors pour savourer chaque instant avec ses convives.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

On a aimé :

- L’ergonomie du cockpit

- Les solutions embarquées Easy Sailing

- La plage de bain arrière

- Le rangement intégré de l’annexe (et sa mise à l’eau facilitée)

- Les volumes intérieurs et la luminosité

On a moins aimé :

- La géométrie du bimini qui limite la vision sur le plan de voilure à la barre,

- La limite du Dock & Go avec du vent fort de travers

Caractéristiques techniques

- Longueur de coque : 15,98 m

- Longueur hors tout : 17,12 m

- Maître bau : 5,00 m

- Tirant d’eau : 2 ,50 m (option : 1,95 m)

- Tirant d’air : 24,00 m (version standard avec antenne)

- Déplacement lège : 16 600 kg

- Capacité carburant : 400 litres

- Capacité eau douce : 720 litres

- Personnes (capacité CE) : A-10 / B-12 / C-14

- Moteur : YANMAR 80 cv – sail drive avec hélice 3 pales repliables (option 110 cv avec ligne d’arbre)

- Vitesse au moteur (par eau plate) : 7,8 nœuds (2 500 tr/mn) – 8,6 nœuds (3 400 tr/mn)

Prix

De base  515 220 € TTC

Version essayée 802 950 € TTC

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.