Essai nouveau Fountaine Pajot MY4.S : il a du style ce « petit » motoryacht !

Bateaux à moteur
Jeudi 24 juin 2021 à 12h09

Pionnier persévérant du catamaran à moteur depuis plus de 20 ans, Fountaine Pajot bénéficie d’une expérience unique en ce domaine. Pour remplacer le MY37, le chantier Rochelais ne s’est pas contenté de créer un nouveau modèle, il renouvelle profondément le genre, avec une architecture « Sport Top » et un niveau de finition digne des plus grands motoryachts. Le MY4.S est désormais l’entrée d’une gamme renouvelée et renommée. Figaro Nautisme a été le premier à essayer pour vous celui qui sera indéniablement l’une des attractions des salons d’automne, et notamment du Cannes Yachting Festival.

©MULTI.media - François TREGOUET
Pionnier persévérant du catamaran à moteur depuis plus de 20 ans, Fountaine Pajot bénéficie d’une expérience unique en ce domaine. Pour remplacer le MY37, le chantier Rochelais ne s’est pas contenté de créer un nouveau modèle, il renouvelle profondément le genre, avec une architecture « Sport Top » et un niveau de finition digne des plus grands motoryachts. Le MY4.S est désormais l’entrée d’une gamme renouvelée et renommée. Figaro Nautisme a été le premier à essayer pour vous celui qui sera indéniablement l’une des attractions des salons d’automne, et notamment du Cannes Yachting Festival.

Il va falloir s’y habituer, offrant beaucoup plus d’espace à longueur égale que les monocoques, pour des comparaisons plus équitables, Fountaine Pajot a renommé l’intégralité de sa gamme Motoryacht. Le 40’ est désormais nommé MY5 car il offre le volume d’un monocoque de 50 à 55 pieds, et le 44 devient MY6. Aussi, fort logiquement, ce tout nouveau MY4.S fait-il 36 pieds soit précisément 11 mètres. Quant au S de la dénomination, il illustre le choix d’un roof "Sport Top", sans flybridge. La ligne du bateau s’en trouve bien sûr affinée, plus sportive que celle de son prédécesseur, plus proche en style des plus beaux monocoques. Mais avec ses 5,10 m de large il est vrai qu’il offre un espace à vivre bien plus imposant. En posant le pied sur le pont on trouve même le cockpit un peu vide, en dehors de la longue banquette arrière, avant que l’on ne nous montre la modularité de cette dernière, qui permet de la transformer en un clin d’œil en bain de soleil. Une fonction qui occupe également toute la plage avant, sur près de 5m². On y accède par des passavants sécurisants, entre main courante sur le roof et garde-corps rigide côté bordé.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Transparence et vision à 360°

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Lors de ce premier tour d’horizon, on est tout de suite frappé par la transparence du roof. Des vitrages peu teintés, de fins montants verticaux, le toit du roof, qui fait également office de pare-soleil évitant l’effet de serre, paraît comme en lévitation. Une impression immédiatement confirmée depuis l’intérieur où la lumière entre à flot, que ce soit par les vitrages latéraux ou par le toit ouvrant vitré "Skylight", une option dont il serait vraiment dommage de se passer. Surtout, on se sent dans cet intérieur aux finitions cossues, et grâce à une vue panoramique à 360°, en totale immersion dans l’environnement marin. C’est plus qu’agréable, que l’on se trouve en cuisine sur bâbord, dans le carré sur tribord, ou sur l’un des deux sièges du poste de navigation tout à l’avant. Dans ce dernier cas, l’excellente visibilité est également un facteur de sécurité, car en dehors de deux petits angles morts à l’arrière, la vision périphérique sur le plan d’eau est juste parfaite.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Jusqu’à 1000 milles d’autonomie

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Nous en profitons sans délai, car malgré une météo capricieuse, le plan d’eau Rochelais est toujours aussi fréquenté et nous avons bien l’intention de pousser cette nouvelle unité à ses limites. Equipé des deux moteurs Yanmar en ligne d’arbre de 250 CV (2 x 150 CV en standard) la limite se situe à 22,7 nœuds. A 3800 tours/minute, le duo d’engins engloutis alors 105 litres à l’heure, soit 4,6 l/mille. Clairement, ce n’est pas le programme du bateau, dont les carènes signées Daniel Andrieu trouvent leur assiette idéale entre 13 et 15 nœuds de vitesse, soit 2600 à 2800 tours/minute. La consommation est tout de suite plus raisonnable, inférieure à 3 l/mille. Si on veut faire encore plus de distance, on peut croiser à 9 nœuds en toute sérénité, très légèrement cabré, sans pousser trop d’eau. L’autonomie procurée alors par les 1 200 litres des réservoirs gasoil atteint les 600 milles. Et si vraiment rien ne presse, on peut rallier sans escale un mouillage de rêve situé à 1000 milles nautiques, à 6 nœuds de moyenne. A 1200 tours/minute la consommation cumulée des deux Yanmar est juste en dessous de la barre symbolique d’un litre au mille de carburant. Quelle que soit la vitesse choisie, y compris la plus élevée, le MY4.S vire invariablement à plat. Si la mer est plutôt calme au lendemain de gros orages, recouper nos vagues d’étraves dans tous les sens n’y fera rien, ce catamaran a des carènes vraiment bien nées, qui amortissent le tangage en moins d’une longueur.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

135 cm de diagonale de vue sur la mer !

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Un confort de mouvement qui bénéficiera à la qualité de vie à bord. Les aménagements, signés Pierangelo Andreani se déclinent en trois ou quatre cabines, mais toujours avec un niveau de finition élevé. La qualité perçue a fait l’objet d’un soin particulier et cela se voit partout. Sellerie confortable, vaigrages saillants, boiseries parfaitement ajustées, rangements pratiques et nombreux dans la cuisine, hauteur de vitrage (80 à 90 cm) séduisant, la nacelle est des plus accueillantes. C’est peut-être dans la coque tribord que la longueur de (seulement) 36 pieds est la plus limitante. Si la cabine arrière est de très belles dimensions avec son lit de 200 par 160, celle de l’avant paraît plus étriquée. Un cabinet de toilette partagé se loge au centre, une disposition qui se retrouvera à l’identique à bâbord sur la version 4 cabines. Mais l’appellation Maestro que nous avons essayé, propose une coque entièrement dédiée au propriétaire, isolée de la nacelle par une porte coulissante. La salle d’eau en suite inclue bien sûr une douche séparée. Le hublot de coque parallèle au lit de 200 x 160, offre une diagonale d’image de 135 cm, avec vue imprenable sur mer !

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Avec ce nouvel opus, l’équipe Fountaine Pajot frappe fort. Le MY 4.S est un bateau qui devrait amener un public toujours plus large à apprécier les avantages de la croisière en catamaran. La palette de usages possibles est extrêmement large, de la sortie à la journée à la vie à bord sur plusieurs semaines. Fjords Norvégiens, îles Bretonnes, rias Portugaises, calanques méditerranéennes ou îlots grecs, à chacun de trouver sa destination préférée, et de s’y rendre toujours avec Style.

Nous avons aimé

- L’expérience à bord, bénéficie du style

- Autonomie possible

- Confort d’un bien plus grand

Nous avons moins aimé

- Essuie-glace trop petit

- Sièges additionnels à prévoir pour le cockpit

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Caractéristiques :

Longueur hors-tout : 11 m

Largeur hors-tout : 5,1 m

Tirant d'eau : 0,80 m

Tirant d'air : 3,78 m

Poids lège : 9 500 Kg

Motorisation standard : YANMAR 2 x 150 CV

Architecte : Daniel Andrieu

Intérieur : Pierangelo Andreani

Capacité des réservoirs

Eau douce : 350 L

Gasoil : 2 x 600 L

Prix standard : 395 000 euros H.T.

Principales options du MY4.S essayé :

Version Platinium : 49 000 € H.T.

Moteurs YANMAR 2 x 250 CV : 13 600 € H.T.

Teck naturel sur jupes et cockpit : 10 500 € H.T.

Table basse de carré électrique : 4 973 € H.T.

Pack électronique Garmin : 13 000 € H.T.

Conservateur 12V/ 90 l. : 2 023 € H.T.

Plateforme arrière hydraulique : 26 364 € H.T.

Mise en service : 4 851 € H.T.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.