Melbourne, port de la ruée vers l'or

Blog Michel Ulrich
Mercredi 29 novembre 2017 à 9h34

A la différence des autres ports du littoral australien (Sydney, Adélaïde, Perth) dont la création et l’essor sont de la même époque, Melbourne ne doit pas sa fondation à l’installation des convicts (repris de justice), envoyés d’Angleterre pour consolider la colonisation occidentale.

©Michel Ulrich
A la différence des autres ports du littoral australien (Sydney, Adélaïde, Perth) dont la création et l’essor sont de la même époque, Melbourne ne doit pas sa fondation à l’installation des convicts (repris de justice), envoyés d’Angleterre pour consolider la colonisation occidentale.

Melbourne doit son existence à la ruée vers l’or et à l’afflux par bateau de tous les aventuriers venus prospecter entre 1850 et 1880 dans les régions aurifères de Ballarat et de Bendigo dans l’Etat du Victoria.

A Melbourne, l’architecture des bâtiments de l’époque est le vestige de cette prospérité et la partie haute de Collings Street s’appelle toujours le Petit Paris et rassemble les mêmes enseignes du luxe que la Rue du Faubourg St Honoré à Paris.

Nautisme Article
Balisage audacieux !© Michel Ulrich

Cette ruée vers l’or a aussi son passé social : c’est à Ballarat que les « bagnards de l’or « se sont révoltés en 1854 contre le joug de l’administration anglaise et les conditions inhumaines des mineurs. Le mouvement syndicaliste australien est né de ces événements !

Au fond de la Port Phillip Bay – à plus de 40 milles de la passe donnant accès au détroit de Bass (Bass Strait), le port de Melbourne est le maillon incontournable du développement de la ville au 19eme siècle. D’abord pour assurer la logistique de l’activité minière avec les nombreux clippers et autres voiliers de charge qui venaient de Californie ou d’Europe, après une traversée de l’océan Indien ou du Pacifique, ou pour d’autres, après avoir contourné le Cap Horn.

Sans oublier que Melbourne est un port déterminant pour l’immigration européenne en Australie la plus récente, avec la ligne maritime régulière Athènes-Melbourne empruntée par de nombreuses familles grecques à bord du paquebot AUSTRALIS en aller simple (62 voyages entre 1965 et 1977).

L’accès au port de Melbourne était très compliqué pour les voiliers qui, après une navigation longue et éreintante au sud de l’océan indien, depuis la précédente escale à Captown, n’évaluaient pas toujours convenablement leur position vraie pour mener leur atterrissage et on dénombre pas moins de 638 naufrages le long des 130 km de la côte du Victoria. En approchant de Melbourne, les marins parlaient d’avoir à enfiler le fil dans le chat de l’aiguille (threading the needle) tant la passe entre Portsea et Queenscliff, est étroite (environ 300 m à marée basse). Pour ceux venant de l’océan Pacifique, plus précisément de la mer de Tasmanie, ce n’était pas mieux de s’aventurer dans le détroit de Bass (entre l’Australie et la Tasmanie).

Melbourne, peut-être plus que Sydney, est la métropole australienne qui a toujours vibré, portée par sa prospérité, par ses découvreurs aventuriers, et aujourd’hui par la place du sport et l’importance de ses universités – un vrai soleil avec son satellite, la Tasmanie !

 

Tirant d'air limité © Michel Ulrich
The place to be ! © Michel Ulrich
Plages de la baie © Michel Ulrich
Le rivage des stars © Michel Ulrich
La rivière Yarra dans la ville © Michel Ulrich
La passe pour entrer dans la baie © Michel Ulrich
L'incontournable tram © Michel Ulrich
L'établissement de quarantaine © Michel Ulrich
L'abri aux lions © Michel Ulrich
En ville © Michel Ulrich
Rencontre dans la baie © Michel Ulrich
Cabanes sur la plage © Michel Ulrich
L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.