Vendée Globe : sortir de cette zone !

Vendée Globe
Jeudi 3 décembre 2020 à 8h43

Alors que Sébastien Simon fait route vers le Nord à vitesse réduite, Samantha Davies a aussi obliqué vers l’Afrique du Sud en raison d’un problème de foil. Le jour s’est levé sur la zone de course depuis quelques heures, ce qui va permettre aux deux solitaires de faire un point plus précis sur leur situation. En attendant, la course est mise entre parenthèses…

© Jean-Marie Liot/Alea/Disobey/Apivia
Alors que Sébastien Simon fait route vers le Nord à vitesse réduite, Samantha Davies a aussi obliqué vers l’Afrique du Sud en raison d’un problème de foil. Le jour s’est levé sur la zone de course depuis quelques heures, ce qui va permettre aux deux solitaires de faire un point plus précis sur leur situation. En attendant, la course est mise entre parenthèses…

Il n’y a normalement pas de glaces dérivantes au Nord de la Zone d’Exclusion Antarctique (ZEA) : la Direction de Course a ainsi confirmé par mail la position des icebergs repérés par CLS et de fait, c’est plutôt largement au Sud de l’île de Gough qu’il y aurait des dangers flottants. Alors pourquoi Sébastien Simon hier matin et Samantha Davies au soir ont-ils percuté un OFNI ? Qu’est-ce qui aurait provoqué des dégâts sur leur foil ?

Tout simplement parce qu’au Sud du cap de Bonne-Espérance, les courants marins brassent des milliards de tonnes d’eau de mer, chaudes venant de l’océan Indien en glissant le long des côtes du Mozambique, froides en remontant de l’Antarctique. Sans compter que nombre de cargos passent encore par cette voie maritime pour rallier les Indes… Et que l’état de la mer est souvent très chaotique avec le courant des Aiguilles qui lève des vagues parfois scélérates, emportant containers et autres matériels dans les flots.

Le jour se lève vers 4h00, heure française

En fin de printemps austral et naviguant autour du 40° Sud, les solitaires entrant dans l’océan Indien ont l’avantage de ne subir qu’une petite dizaine d’heures de nuit, avec en sus au moins une heure d’aube et une heure de crépuscule, et en plus, une lune plutôt coopérative en ce moment (la pleine lune a eu lieu lundi à 10h32 TU). Mais de là à intervenir sur une avarie alors que le vent souffle à plus de trente nœuds sur une mer plutôt agitée, il y a un pas. Un pas que Sébastien Simon (ARKEA-PAPREC), puis Samantha Davies (Initiatives Cœur) n’ont pas voulu franchir sous les assauts de vagues encore chaotiques…

Rejoindre la zone de hautes pressions qui s’est installée sous Port Elizabeth (Afrique du Sud), c’est aussi bénéficier d’un soleil plus radieux et d’une mer plus apaisée, du moins après avoir traversé le courant des Aiguilles : les deux solitaires devraient donc informer plus précisément la Direction de Course et leurs équipes techniques à terre de la situation de leur monocoque, dans la journée.

Sortir de cette zone de courants contraires

En attendant, Charlie Dalin (Apivia) s’échappe par le Nord-Est à près de vingt nœuds avant de repiquer vers le Sud-Est derrière le front froid qui le suit, mais qui devrait le dépasser ces heures prochaines. Son « dauphin » Louis Burton (Bureau Vallée 2), nettement plus au Sud, est déjà dans cette configuration, avec un vent de Sud-Ouest puissant et une mer forte : son objectif semble être de pointer son étrave vers le point le plus extrême de la ZEA, au Nord de l’archipel de Crozet, vers le 43° Sud. Avant de redescendre vers les Kerguelen.

Thomas Ruyant est aussi sorti des méandres du courant des Aiguilles qui a posé bien des tracas au groupe des poursuivants : par 37° Sud, le skipper de LinkedOut a préféré éviter le gros de cette tempête australe et profiter de son foil encore intact à tribord, avant d’empanner vers l’archipel des TAAF. La manœuvre devrait avoir lieu dans la matinée. Quant au groupe des poursuivants qui navigue entre le 39° Sud (Jean Le Cam) et le 41° Sud (Damien Seguin), il encaisse un flux de secteur Sud-Ouest sur une mer encore agitée mais la configuration devrait s’améliorer au fil des heures à venir.

Profiter d’une nouvelle dépression

Changement total de décor plus en arrière, où Stéphane Le Diraison (Time for Oceans) a rejoint Alan Roura (La Fabrique) et les deux solitaires devraient même se voir dans un flux de secteur Nord modéré sur une mer lisse. Ils longent la ZEA mais vont buter d’ici demain vendredi sur une bulle anticyclonique. Cela risque d’être aussi le cas pour Armel Tripon (L’Occitane en Provence) et Arnaud Boissières (La Mie Câline-Artisans Artipôle) qui « allument » grave à près de vingt nœuds, en avant d’un front qui a déjà rattrapé leurs poursuivants, le trio international Cousin-Costa-Hare…

Quant au dernier groupe, il peut enfin obliquer à gauche vers le cap de Bonne-Espérance avec Fabrice Amedeo (Newrest-Art & Fenêtres) en ouvreur le long d’une cellule anticyclonique qu’ils vont devoir longer pendant plusieurs jours avant d’atteindre l’océan Indien. Et ce n’est pas évident pour les six compagnons de route (Barrier-Giraud, Merron-Shiraishi-Huusela-Destremau) qui voient Jérémie Beyou (Charal) revenir dans leur sillage sur une même trajectoire courbe. Une parenthèse avant d’entrer dans le dur : les Quarantièmes Rugissants !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.