Changements au classement

Vendée Globe
Mardi 15 décembre 2020 à 8h34

Hier soir, Charlie Dalin rencontrait un problème sur son foil bâbord. Le skipper d’Apivia a donc considérablement ralenti (5,3 nœuds de vitesse sur les 4 dernières heures) et le visage de la tête de flotte a changé. Thomas Ruyant, désormais en tête, cavale à plus de 18 nœuds sur LinkedOut, et Yannick Bestaven, 2eme, crie victoire ! L’homme de Maître CoQ a grimpé en haut de son mât pour réparer son J2 qui le souciait depuis une semaine.

©Pierre Bouras / TR Racing
Hier soir, Charlie Dalin rencontrait un problème sur son foil bâbord. Le skipper d’Apivia a donc considérablement ralenti (5,3 nœuds de vitesse sur les 4 dernières heures) et le visage de la tête de flotte a changé. Thomas Ruyant, désormais en tête, cavale à plus de 18 nœuds sur LinkedOut, et Yannick Bestaven, 2eme, crie victoire ! L’homme de Maître CoQ a grimpé en haut de son mât pour réparer son J2 qui le souciait depuis une semaine.

Décidément les jours se suivent mais ne se ressemblent pas sur la grande boucle planétaire. Leader depuis le 23 novembre dernier (21 jours !), Charlie Dalin va devoir changer de braquet, son IMOCA n’étant plus à 100% de son potentiel. Un coup dur pour le Havrais comme ce fut le cas pour Thomas Ruyant le 25 novembre. Il n’empêche que le skipper de LinkedOut semble désormais maîtriser la navigation avec un appendice en moins au regard de sa vitesse sur le plan d’eau. Il reprend la pole position du 9e Vendée Globe sur la route de l’Océan Pacifique Sud.

Yannick Bestaven : un homme heureux

Joint moult fois à 5h pour la vacation, le skipper de Maître CoQ a fini par rappeler quelques temps plus tard, un brin essoufflé mais hilare : « Je viens de redescendre du mât ! Je suis en sueur mais tellement content. Je ne disais rien à personne, mais ça me prenait la tête depuis des jours. Je ne pouvais pas utiliser mon J2 qui est la voile tout terrain pour être tranquille. J’étais obligé d’utiliser mon petit gennaker, le bateau sur la tranche, ce n’était pas du tout confort et limite dangereux » confiait Yannick après avoir passé 1 heure et demie en haut de son espar à couper, patcher, coller sa voile. Bien en a pris le marin de La Rochelle de réaliser l’opération ce mardi car bientôt le trio de tête naviguera dans du vent plus fort le long de la zone d’exclusion antarctique dans l’immensité de l’océan Pacifique Sud…

Au coin !

Dix IMOCA ont donc doublé le cap Leeuwin, le dernier passage étant celui de l’Italien Giancarlo Pedote hier après-midi. Maxime Sorel, lui, devrait doubler la longitude du cap australien ce mardi aux alentours de 13h. Pour tout ce groupe, la navigation n’est pas rapide. Il faut déborder « le coin » de la ligne virtuelle imposée par la Marine Australienne, l’AMSA, et par un vent faible et une mer de face, l’exercice se montre laborieux. « On ne va pas se plaindre, mais ce n’est pas facile de naviguer dans ces conditions. Je vois Damien (Seguin) à l’AIS et Benjamin (Dutreux) n’est pas loin. Il est étonnant ce garçon ! C’est sympa d’être trois bateaux à dérives de même génération batailler ferme… » racontait Jean Le Cam à 5 h. Un belle bataille en effet dans ce groupe de 5 bateaux (OMIA – Water Family, Yes We Cam !, Groupe APICIL, Bureau Vallée 2, Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) qui se tient en 30 milles.

A l’arrière, les conditions s’améliorent grâce à une dépression dans le Sud des îles Kerguelen permettant aux IMOCA d’afficher des vitesses à deux chiffres. Arnaud Boissières et Stéphane Le Diraison se sentent enfin pousser des ailes !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.