Boris Herrmann franchit le Cap Horn et attaque sa longue remontée de l'Atlantique

Vendée Globe
Mardi 5 janvier 2021 à 14h16

C’est en 10e position, ce mardi 5 janvier dans la nuit, à 3h27 (heure française) que Boris s’est offert son 5e Horn, son premier en solitaire. Un passage très mouvementé pour le marin allemand dans 35 nœuds de vent, forcissant à 40, avec en prime un atelier couture pour réparer une déchirure dans sa grand-voile.

©Boris Herrmann / Seaexplorer - YC de Monaco
C’est en 10e position, ce mardi 5 janvier dans la nuit, à 3h27 (heure française) que Boris s’est offert son 5e Horn, son premier en solitaire. Un passage très mouvementé pour le marin allemand dans 35 nœuds de vent, forcissant à 40, avec en prime un atelier couture pour réparer une déchirure dans sa grand-voile.

Emmené par Yannick Bestaven (Maître CoQ IV), leader d’une course haletante, le groupe de tête a laissé derrière lui les Cinquantièmes hurlants et les conditions qui vont avec, en empruntant le détroit de Drake, symbolisé par le mythique cap Horn, situé dans la partie chilienne de l’archipel de la Terre de Feu. Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) fut donc le premier à le passer, samedi 2 janvier, en début d’après-midi, avec cinq jours de retard sur le record établi par Armel Le Cléac’h (74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes) lors de la précédente édition, il y a quatre ans.

Le skipper de Maître Coq IV, a ouvert la voie, poursuivi par dix concurrents qui, le couteau entre les dents, font tout pour lui coller au train dont Charlie Dalin (Apivia). Le dauphin de la course est devenu officiellement cap-hornier dimanche au petit matin suivi de Thomas Ruyant (LinkedOut) et de Damien Seguin (Groupe Apicil) qui se livrent toujours une âpre bataille pour la troisième place. Se sont ensuite succédés leurs poursuivants réunis dans un groupe compact, dont Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco).

« Chaque passage est différent, et celui-ci fut également très intense tant physiquement que mentalement. Dans une mer très formée, j’ai pu commencer la réparation, mais je dois encore attendre que les patches collés sèchent avant de pouvoir recoudre. J’ai d’ailleurs dû faire route un peu plus au sud pour pouvoir réaliser cette réparation. Cette attente était très frustrante et a un peu gâché ce moment tant attendu du passage du Horn, même si l’émotion était bien là. Mais cette épreuve me donne encore plus la détermination de rattraper ce retard. Je suis content de laisser derrière moi le Pacifique ».

Cette étape est extrêmement symbolique pour les concurrents qui ont actuellement réalisé deux tiers de cette course en solitaire, sans escale et sans assistance. Cette édition est à marquer d’une pierre blanche puisque c’est bien la première fois qu’autant de concurrents auront passé le cap Horn en si peu de temps : 9 en un peu plus de 24h00.

Mais le Sud aura mis à l’épreuve l’ensemble de la flotte, aussi bien à sa tête qu’en queue de peloton. Bien qu’aguerris et habitués au mauvais temps, ils se souviendront longtemps des conditions exécrables rencontrées au fin fond de l’océan Austral : mer démentielle et croisée dans tous les sens.

Le cap Dur porte bien son nom

« C’est un cap, c’est un roc, c’est une péninsule… » c’est surtout un véritable défi. Le passage du cap Horn n’est pas une mince affaire. Cette falaise de 425 m d’altitude située à l’extrême sud du continent américain est très souvent synonyme de conditions dantesques. C’est aussi et surtout la première terre que les marins voient depuis leur départ après plus d’un mois et demi de navigation. Son passage est vécu comme une délivrance pour beaucoup, même si rien n’est encore joué.

Il a néanmoins fallu faire preuve d’audace et avoir du nez tant les derniers milles séparant les concurrents du cap Horn ont été mouvementés. Vents forts, mer déchaînée, froid mordant, toutes les conditions étaient réunies pour donner une touche dramaturgique à la scène. Les deux premiers concurrents ont en effet goûté une énième fois à un coup de vent soutenu avec des rafales à 60 nœuds. Thomas Ruyant (LinkeOut) et Damien Seguin (Groupe Apicil) ont eux aussi encaissé des conditions instables de 20 à 30 nœuds. A l’arrière, le groupe des poursuivants emmené par Benjamin Dutreux (OMIA-Water Family) progressait à 15/18 nœuds de moyenne dans un flux de Nord-Ouest pour passer dans le sud du dernier grand cap de ce tour du monde.

But ultime des skippers, arriver à ce stade de la course avec un bateau entier, sans grosse avarie à l’image de Boris Herrmann sur son Seaexplorer-Yacht Club de Monaco. Le skipper allemand a souhaité ménager sa monture. « Depuis le départ de la course, j’ai fait le choix de freiner parfois le bateau afin de le préserver et d’éviter la casse. » Une tactique qui a payé pour le marin qui attaque la dernière partie de la course, prêt à déployer tout le potentiel de ses foils.

Boris va désormais débuter sa remontée de l’Atlantique, en direction des Sables-d’Olonne, où il a pris le départ le 8 novembre dernier. Sa prochaine décision difficile sera de déterminer s'il faut passer par les eaux plus calmes du détroit de Le Maire (entre la Patagonie et l'île de Staten) ou partir en pleine mer, en laissant les îles Malouines à bâbord. La prochaine étape déterminera sa stratégie pour faire face aux systèmes météorologiques complexes et très actifs au large de l'Argentine.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.