Stéphane le Diraison témoigne.

Vendée Globe
Samedi 9 janvier 2021 à 18h50

Tandis que Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) négocie âprement sa liberté conditionnelle avec les cellules anticycloniques qui l’emprisonnent depuis vendredi et que ses garde-chiourmes foncent sur lui debout dans les étriers, le sabre au clair, ça cogne dur dans l’arrière-cour. Le plus secoué de tous, Stéphane le Diraison témoigne.

©Martin Viezzer
Tandis que Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) négocie âprement sa liberté conditionnelle avec les cellules anticycloniques qui l’emprisonnent depuis vendredi et que ses garde-chiourmes foncent sur lui debout dans les étriers, le sabre au clair, ça cogne dur dans l’arrière-cour. Le plus secoué de tous, Stéphane le Diraison témoigne.

Invité ce midi de l’émission Vendée Live, Stéphane le Diraison avait la tête du boxeur groggy après avoir encaissé douze rounds face à Mike Tyson. Groggy, le skipper de Time for Oceans l’était, mais il n’a pas été compté même si le bateau s’est couché plusieurs fois sous l’impact de la monstre dépression venue du Sud, de l’Antarctique.

Il y a quatre ans, Stéphane le Diraison avait renoncé avant le cap Leeuwin suite à un démâtage. Son premier rendez-vous avec le Pacifique est donc tout frais, et il est plutôt placé sous le signe de l’amour vache : « C’est un océan franchement hargneux qui accueille le groupe de six dans lequel je navigue. J’avance sous trois ris dans la grand-voile depuis une semaine et, là, ça fait 48 heures que j’avance avec le tourmentin, la voile de tempête, à l’avant ».

Le « gratin », c’est un grain

Mais ces premiers jours n’étaient qu’un hors-d’œuvre, une mise en bouche épicée qui a laissé place à un plat de résistance encore plus copieux que le skipper, hagard, lucide et poignant, a raconté par le détail : « J’ai eu le gratin, hier. Une image me marquera pour le restant de ma vie : un grain a amené 60 nœuds avec des vagues de 8 mètres, déferlantes, et qui couchaient le bateau. J’étais toutes voiles choquées, dans une averse de neige, et le vent hurlait dans les haubans ; et (j’avais) un sentiment d’impuissance face à cette mer puissante, laiteuse tant elle était blanche d’écume, qui appelait la contemplation. Je suis content d’avoir vécu cette expérience très forte au niveau humain, c’était quelque chose que de surmonter ça. C’est exigeant au niveau mental et psychique d’affronter des conditions pareilles, et durables ».

 

Armé mentalement par une longue préparation qui l’a mené vers la méditation, Stéphane le Diraison y a trouvé les outils pour surmonter l’insurmontable : « Je m’appuie sur la méditation pour recentrer mon esprit sur l’instant, en essayant d’éviter les pensées parasites. Face à un pantalon humide, j’essaie d’enlever ce qui est associé : le froid, l’aspect désagréable ; je me concentre sur le fait que je dois m’habiller pour régler le bateau. C’est fondamental parce qu’il en va de ma survie. J’essaie de remplacer les pensées négatives par autre chose. C’est un exercice qui ne s’improvise pas, mais ça fonctionne et ça permet d’être un bon soldat dans l’action et pas la réflexion ».

Soumis au régime vraiment pas sec depuis une semaine, le solitaire avait pu anticiper cet épisode en cumulant des heures de sommeil pendant deux jours, afin de tenir le coup : « Pendant 15 à 20 heures, dans le gros de la dépression, je ne tenais même pas dans la bannette. La seule fois où j’ai essayé, une vague m’a envoyé m’accroupir dans la cloison de mât. J’ai passé 15 heures les écoutes à la main, chaque minute est longue. J’ai encore du gros, mais ça va se calmer ; je fatigue, je manque un peu de discernement, alors je navigue prudemment ».

La fin de la nuit devrait sonner la fin du combat, la dépression australe s’étiolant dans les heures à venir. Stéphane le Diraison pourra alors lâcher un temps la notion de course (il est 19e) pour s’abandonner à un impératif repos.

Vers une semaine à subir

Clément Giraud (La Compagnie du Lit – Jiliti) se prépare, lui, à affronter un épisode dépressionnaire d’envergure majeure. Faisant route avec Miranda Merron (Campagne de France), qu’il a jointe pour la première fois il y a quelques heures, le skipper antillais a déjà pris un premier « coup de bambou, au près dans 40-45 nœuds, ce n’était pas très drôle pour le bateau. La mer était un chantier pour nous aujourd’hui, c’était n’importe quoi, les surfs passaient de 12 à 25 nœuds. Ce n’était pas une super journée au niveau navigation surtout que les bateaux tapent beaucoup dans cette mer-là ».

Ce n’était qu’une mise en bouche : la semaine promet au tandem des systèmes dépressionnaires sans échappatoires. « On va prendre beaucoup d’air, surtout le 14 janvier où on aura beaucoup de vent pendant 48 heures, dit le 24e du classement. Ça ne va pas être simple et ça va être comme ça jusqu’au Horn. Il y a 3 ou 4 bouts de dépressions qu’il va falloir gérer. Je suis très concentré et je prends conscience que je suis en train de faire quelque chose d’hors norme. Je me mets dans un certain mode psychologique jusqu’aux Malouines. Là je prends conscience que ce qui arrive est énorme ».

« Vais-je pouvoir ramener le bateau entier ? »

Devant, ce n’est pas non plus la fête. Certes, Isabelle Joschke (MACSF) a paré le cap Horn et elle a retrouvé l’Atlantique, mais elle n’en a pas fini avec les systèmes météo et la mer des Quarantièmes. L’apprentissage de ses nouveaux réglages, forcé par les problèmes de quille, qu’elle ne doit plus faire basculer, se fait en mode express, au jugé et au mental : « Ça fait 24 heures que je naviguais au près dans une mer vraiment difficile avec le bateau qui tapait et une espèce de dépression qui nous dépassait, racontait-elle ce matin. J’ai donc passé la nuit à réduire la voilure, faire en sorte que le bateau tape le moins possible, attendre la rotation du vent, remettre de la voilure, etc. Parfois, je me demande si je vais pouvoir ramener le bateau entier. Avec des mers comme cela, je ne sais pas comment on fait pour préserver les bateaux. Même en ralentissant, ça tape beaucoup. Je dois avoir 3 ou 4 mètres de creux, mais elle est toujours de face car je navigue au près et je suis la rotation du vent. Je suis au vent de travers et elle est encore de face, alors qu’à 100 degrés du vent, je devrais pouvoir glisser. Et, non, ça ne glisse pas. Je n’en reviens pas de la brutalité de nos bateaux. C’est très souvent comme ça, dès qu’il y a un peu de mer, le foiler devient un truc de maso. Il y a à la fois l’inconfort car c’est comme si on vous mettait des claques toute la nuit alors que vous voulez aller vous coucher, mais il y a en plus le stress de se demander ce que le bateau peut supporter ».

Entre les murs

Du stress ? On n’ose imaginer celui que doit subir Yannick Bestaven, tout à l’avant de la flotte mais qui, heure après heure, voit son avance fondre comme beurre d’Isigny au soleil de Cali – la ville, pas le marin. En 24 heures (au classement de 15 heures ce jour), le skipper de Maître CoQ IV a perdu la moitié de son avance sur Charlie Dalin (Apivia) à force de faire les cent pas entre deux cellules anticycloniques qui forment un mur dans son nord, et sa situation ne va pas s’améliorer tout de suite, d’autant que son dauphin et Thomas Ruyant (LinkedOut) vont avoir la capacité de longer le mur de la prison par l’extérieur. Majoritairement sur leur bonne amure (bâbord), qui leur permet de s’appuyer sur le foil tribord, les deux avancent fort, avec un net avantage pour Apivia, flashé à 21,6 nœuds entre les deux derniers classements, et à 17,3 nœuds en 24 heures. Thomas Ruyant, lui, a tenu plus de 15 nœuds de moyenne sur 24 heures. Yannick Bestaven, lui, n’a avancé qu’à 9,7 nœuds dans le même laps de temps. À combien sera réduite l’avance, au terme de cet épisode de vent faible lundi, entre Sao Paulo et Rio de Janeiro ? Difficile de le dire, mais Yannick Bestaven devrait être le premier à toucher des vents soutenus tandis qu’Apivia et LinkedOut devront probablement devoir négocier des airs faibles et orientés nord. Maître CoQ IV, toujours doté de ses deux foils, s’envolera-t-il à nouveau ?

A noter

. Sébastien Destremau (merci) devrait franchir la longitude de la Tasmanie cette nuit : il sera alors le dernier à quitter l’océan Indien pour le Pacifique. 

. Alex Thomson (HUGO BOSS) a quitté la ville du Cap (Afrique du Sud) pour convoyer son bateau jusqu’en Grande-Bretagne.

La rédaction / FP

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.