Entretien avec Morgane Ursault-Poupon et Julia Virat « Ça a tout de suite été évident avec Julia »

Transat Jacques Vabre
Lundi 25 octobre 2021 à 16h44

De la haute montagne à l’océan, la frontière est mince. Comme plusieurs avant elle, la Chamoniarde Julia Virat s’est mise avec passion à la navigation au point de s’aligner en novembre prochain au départ de la Transat Jacques Vabre aux côtés de la très expérimentée Morgane Ursault-Poupon.

©DarwinStudio
De la haute montagne à l’océan, la frontière est mince. Comme plusieurs avant elle, la Chamoniarde Julia Virat s’est mise avec passion à la navigation au point de s’aligner en novembre prochain au départ de la Transat Jacques Vabre aux côtés de la très expérimentée Morgane Ursault-Poupon.

Après 20 ans de projets en haute montagne, la Transat Jacques Vabre avec Morgane n’est-elle pas la course rêvée pour transiter vers le large ?

Julia : "Absolument, notre duo est basé sur cette intention. Nous avons déjà navigué ensemble, elle connaît mon niveau. Je « débarque » dans le milieu de la mer, j’ai donc beaucoup à apprendre ! Et Morgane est déterminée à me transmettre ses connaissances et à m’aider dans mon projet de course au large. C’est une situation rêvée… C’est une navigatrice expérimentée, qui a des compétences et moi j’apprends à l’allure à laquelle je peux. Morgane est là à la fois pour sécuriser le bateau mais aussi pour m’apprendre à faire tout ce que je ne sais pas encore faire".

Morgane : "Ce projet est tout à fait atypique ! La plupart des équipages contre qui nous courrons sont composés de duos de marins très expérimentés, mais Julia et moi fonctionnons un peu différemment. Cet exercice de partage et de transmission se fait beaucoup par l’exemple et Julia est mise directement dans l’action, dans la compétition. Elle apprend avec un niveau d’engagement qui est assez élevé, nous sommes bien au-delà d’un simple entraînement. L’objectif c’est de lui partager un maximum de mes compétences et parallèlement à cela, après la Route du Rhum, j’ai pour projet d’ouvrir une école de large sur mon Class 40. J’ai à coeur de transmettre, c’est une dimension que je veux explorer encore et encore. On peut dire que Julia est ma cobaye (rires)".

Julia, pourquoi entreprendre une telle reconversion ?

Julia : "En 2020, j’ai été conviée au Trophée Mer et Montagne, un évènement organisé par Éric Loizeau qui réunit une quarantaine de grands noms du milieu de la mer et de la montagne. C’est à cette occasion que je me suis liée d’amitié avec des coureurs au large. Ils m’ont invité à naviguer et l’aventure a commencé ! J’ai multiplié les allers-retours entre mon métier à la montagne et ce nouveau terrain de jeu. J’allais de plus en plus régulièrement en Bretagne ou en Normandie pour naviguer avec eux !

Découvrir les bateaux de course est un immense plaisir et j’ai envie de quelque chose de nouveau dans ma vie, d’un nouvel apprentissage, d’avoir de nouveau les yeux qui brillent de vouloir tout apprendre. Il est vrai que je brûle les étapes (rires), je n’ai pas un parcours classique. Mais je peux réutiliser une partie de mes compétences, de mon physique et de mon mental de la haute montagne pour apprendre la navigation. Ce savoir me fait gagner un temps considérable".

Nautisme Article
© DarwinStudio

Comment votre duo s’est-il formé ?

Morgane : "Nous nous sommes rencontrées lors d’entraînements réalisés au mois de mars dernier, avec un ami commun : Louis Duc. Julia avait quitté la montagne pour la mer, elle commençait déjà à s’investir dans la course au large. Nous nous sommes retrouvées sur ce bateau et la connexion a été très forte. J’ai vu en elle une grande motivation, un gros potentiel, son investissement était sans limite. À ce moment-là je cherchais une équipière. Tous les marins qui m’ont appris à naviguer étaient des hommes et j’ai entrepris la dernière Transat Jacques Vabre avec mon compagnon... Naviguer avec des femmes est donc quelque chose que j’ai très peu fait et cela m’intéressait. Ça a tout de suite été évident avec Julia".

Quelques mots sur la Rolex et la 40' Malouine, vos deux premières courses en double ?

Julia : "J’ai été jetée dans le grand bain, plus particulièrement avec la Rolex. Le départ était féroce ! Des vents très forts, une mer agitée… La mer n’a pas été tendre, d’autant que nous n’avions pas beaucoup navigué ensemble sur ce bateau. C’était vivifiant de partir aussi vite sur cette course !

Ma résistance physique m’a aidé et j’essayais toujours d’intégrer immédiatement tout ce qu’elle me disait ou me montrait. Il le fallait si nous voulions finir cette course de cinq jours ! Mais j’aime apprendre ainsi. C’est la façon dont j’aime faire les choses ; quand tout va vite.

Morgane a été extraordinaire, elle gérait à elle seule tous les paramètres dont je n’avais pas encore connaissance. Je ne savais pas qu’il fallait savoir faire tout ça, qu’il fallait anticiper autant d’imprévus. Morgane veillait à la sécurité de notre équipage et moi je pouvais me concentrer pour mettre tout mon apprentissage, encore frais, au service de l’avancée du bateau.

Nautisme Article
© DarwinStudio

C’était assez incroyable d’apprendre à se connaître dans cet environnement, nous avions besoin l’une de l’autre pour le sommeil, pour l’avancée du bateau, pour tous les aléas, les réparations etc. Nous nous sommes retrouvées à devoir compter sur l’autre, ce qui a soudé notre équipage".

Morgane : "Je suis du même avis que Julia, la Rolex a été une course très particulière. Il y avait 350 bateaux et très peu d’équipages en double. C’était un challenge assez extrême pour nous, aussi parce que notre qualification pour la Transat était en jeu.

Nous avions effectivement peu navigué ensemble mais ces conditions extrêmes ont été favorables. Je commence à bien connaître mon bateau, il est prêt et très fiable. Nous sommes parvenues à faire un beau début de course, au coude à coude avec les autres bateaux.

Et de pouvoir compter sur le mental de Julia, sur son engagement et ses capacités de résistance était un atout majeur, une chance. Elle est forte et apprend vite".

Le Class 40 UP Sailing a 14 ans et une dizaine de courses transatlantiques à son actif. Quel est le secret ?

Morgane : "C’est motivant de recycler et rendre plus performant un bateau… Surtout quand 144 nouveautés du même chantier sont sorties depuis ! Cet hiver, mon boat captain et mon compagnon l’ont transformé. Ils se sont d’abord attaqués aux safrans qui revenaient constamment fissurés de chaque transat. Ils en ont faits de plus performants et plus fiables. Le bateau a également une nouvelle casquette avec des hublots pour plus de confort et plus de sécurité. Le confort est gage de résistance et de performance ; si le skippeur se reçoit moins de vagues il sera moins fatigué, donc plus performant. Une autre nouveauté c’est la suppression des antifouling ; pour des raisons écologiques nous avons décidé de passer sur un verre libre. Et nous souhaitons aussi utiliser un minimum de matière plastique lors de l’inscription des logos de nos partenaires sur la coque".

Nautisme Article
© DarwinStudio

Quelle place prend la dimension environnementale dans ce projet ?

Morgane : "La dimension environnementale est très importante pour nous. Ayant fait des études dans la gestion de l’eau c’était indispensable de pouvoir concilier des actions utiles qui tendent vers la protection de la planète et la compétition. Je ne veux pas que nous tombions dans le greenwashing. L’objectif c’est de ne pas trop en parler mais d’en faire un maximum. Mon rêve c’est de pouvoir collaborer avec un partenaire financier qui permettrait d’aller encore plus loin. Pourquoi pas un jour construire un bateau en partie composé en fibres naturelles, ce serait vraiment le graal. Mais aujourd’hui on avance aussi en offrant à des partenaires, qui sont des associations, de la visibilité sur nos outils de travail, sur nos bateaux, via les réseaux sociaux, par le biais des courses auxquelles nous participons et via la surface que nos voiles et nos coques peuvent offrir. Pour moi c’est très important de donner de la place à des associations qui s’engagent vraiment, luttent au quotidien pour le social, l’environnemental et mènent des actions vraiment concrètes".

Julia : "C’est quelque chose qui nous a réuni avec Morgane. Nous évoluons toutes les deux dans des milieux qui souffrent du dérèglement climatique. Entre la montagne et maintenant la mer, je le constate souvent. En montagne les glaciers reculent à vue d’oeil et toutes les voies d’alpinisme qu’on pouvait emprunter d’une certaine manière il y a dix ans, sont impraticables aujourd’hui. Qu’en sera-t-il dans 10, 20 ou 30 ans ? Tout cela me touche en tant qu’alpiniste et jeune navigatrice et comme tout citoyen du monde je me pose la question « de quelle manière pourrions-nous faire encore mieux ? »".

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…