Tempête Brendan : une pression aussi basse que dans un ouragan

Carnet de voyage
Mardi 14 janvier 2020 à 6h30

La tempête Brendan a connu ce lundi un creusement et un enroulement spectaculaire, chutant à 943 hPa en arrivant à l'ouest de l'Irlande. Une telle basse pression n'est pas dans les records pour l'Atlantique Nord, mais est équivalente à celle que l'on peut trouver dans les ouragans de catégorie 3. Retour sur ces dépressions qui n'ont rien à envier aux cinquantièmes hurlants de l'hémisphère sud.

©EUMETSAT / La Chaîne Météo
La tempête Brendan a connu ce lundi un creusement et un enroulement spectaculaire, chutant à 943 hPa en arrivant à l'ouest de l'Irlande. Une telle basse pression n'est pas dans les records pour l'Atlantique Nord, mais est équivalente à celle que l'on peut trouver dans les ouragans de catégorie 3. Retour sur ces dépressions qui n'ont rien à envier aux cinquantièmes hurlants de l'hémisphère sud.

Entre dimanche et lundi, une profonde dépression s'est creusée dans l'Atlantique nord, se dirigeant vers l'ouest de l'Irlande. Cette situation avait d'ailleurs été bien prévue par les services météorologiques. Cette dépression a connu un creusement explosif, passant de 986 hPa dimanche midi à 944 hPa lundi midi. Cette dépression a généré une houle de 13 à 16 m sur l'ouest de l'Irlande. La surcote liée à la basse pression risquait alors de provoquer des submersions marines et des inondations, jusque sur le littoral breton. Une aussi basse pression n'est pas banale du côté de l'Irlande, mais plus classique en remontant vers l'Islande, plus au nord.

Des records de basse pression

En Atlantique nord, les archives météo indiquent que les pressions les plus basses ont été observées dans les parages de l'Islande. Des relevés de février 1824 y font état d'une basse pression de 924 hPa. Ce serait le record pour l'Atlantique Nord. Des valeurs de 927 hPa ont été relevées à Reykjavik (Islande) en 1933, et, plus près de nous, 928 hPa en décembre 2006. A cette occasion, la dépression avait généré des rafales de vent jusqu'à 200 km/h sur l'île, ce qui n'est pas rare, sachant que la force des vents de dépend pas forcément de la basse pression mais du gradient de pression, c'est-à-dire le changement rapide de pression atmosphérique. Au sud du Groenland, un navire avait enregistré une pression de 920 hPa, ce qui serait le véritable record de basse pression pour l'Atlantique nord. Enfin, en janvier 1993, une profonde dépression circula entre l'Islande et l'Ecosse avec une pression de 920 hPa pendant près de 15 heures. On estime que le coeur de cette dépression aurait pu atteindre une pression minimale de 916 à 912  hPa (Royal Meteorological Society (Weather, 48 (4), p. 98-107). Pour l'Irlande, située plus au sud, de telles basses pressions sont plus rares. On a observé tout de même 927 hPa à Belfast en décembre 1886. Mais d'une façon générale, les basses pressions sur l'Irlande sont plus proches de 960 hPa. Ainsi, la tempête Brendan de ce lundi, avec ses 943 hPa à l'ouest de l'Irlande, peut être considérée comme une valeur basse remarquable pour cette zone géographique.

Il est à noter que de telles basses pressions sont celles que l'on trouve au sein des ouragans tropicaux. Un ouragan de catégorie 3/5 atteint généralement 940 hPa tandis qu'un ouragan majeur de catégorie 4/5 passe sous la barre des 920 hPa. La différence provient de la nature du système, un ouragan étant une dépression à coeur chaud, très concentrée avec un gradient de pression très resserré (les isobares semblent littéralement collés les uns aux autres autour de l'oeil), ce qui génère des vents moyens bien supérieurs à ceux des tempêtes des latitudes tempérées.

Nautisme Article
© Twitter BBCWthrWatchers / LCM

Une situation durablement dépressionnaire cette semaine

La dépression Brendan devait atteindre une pression minimale de 940 hPa en tournant sur elle-même entre le nord de l'Irlande et l'Ecosse jusqu'à ce mardi, avant de se combler lentement sur place. Cependant, un autre minimum dépressionnaire remonte du centre Atlantique vers la mer d'Iroise ce mardi, générant une 2ème coup de vent accompagné de fortes pluies pour les zones côtières concernées (Bretagne et îles Britanniques). On notera que les forts coefficients de marée actuels (95 ce lundi et 93 ce mardi) sont propices à une élévation supplémentaire du niveau de la mer ("surcote"), lesquels, conjugués à la houle monumentale, risque de provoquer des submersions littorales importantes au moment des pleines mers, surtout en Irlande et pays de Galles, mais aussi sur Manche-Ouest. Ensuite, une autre dépression circulera sur ces zones jeudi et vendredi, nettement moins creuse, autour de 980 hPa, avant le regonflement rapide d'un puissant anticyclone pour le week-end. Les conditions de mer resteront donc très mauvaises sur le proche Atlantique et la Manche toute cette semaine, avant un retour au calme très rapide ce week-end.

Retrouvez toutes les prévisions météo sur METEO CONSULT, et pour la marine, rendez-vous sur METEO CONSULT Marine.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.