Le Phare du bout du monde – Dédoublement de célébrité

Carnet de voyage
Jeudi 19 mai 2022 à 11h30

C’est un phare à l’histoire peu banale. Ou plus exactement aux histoires plurielles. Il fut tout à tour érigé aux confins de la Terre de feu, rapidement détruit, puis reconstruit, et enfin répliqué, à quelques encablures du port des Minimes devant La Rochelle. Mais c’est aussi un livre, un film, bref un véritable mythe.

©Adobe Stock
C’est un phare à l’histoire peu banale. Ou plus exactement aux histoires plurielles. Il fut tout à tour érigé aux confins de la Terre de feu, rapidement détruit, puis reconstruit, et enfin répliqué, à quelques encablures du port des Minimes devant La Rochelle. Mais c’est aussi un livre, un film, bref un véritable mythe.

Sur l’île des Etats, dans le Nord Est du terrible Cap Horn, par 54 degrés Sud, la météo est rarement clémente, la mer le plus souvent inhospitalière. Pour à la fois marquer son territoire et apporter un peu d’assurance aux marins s’aventurant dans cette partie du globe, l’Argentine inaugure le phare initialement en 1884. Mais il ne résiste pas longtemps aux conditions hivernales extrêmes régnant entre 50èmes hurlants et 60èmes « aphones » comme les surnommait Olivier de Kersauson, jamais avare d’un bon mot. Baptisé San Juan del Savamento, car il ne manqua pas d’accueillir parfois des naufragés, le phare du Bout du Monde est reconstruit à proximité.

Nautisme Article
© DR

Jules Verne, inspiré et inspirant

En 1901, il inspire Jules Verne, qui en tire un livre publié neuf mois après sa mort, soit fin 1905. « Terre de feu, terre d’enfer… » écrit le romancier dans le récit sombre et angoissant du combat entre gardiens du phare et pirates. Soixante dix ans plus tard, sort le film éponyme tiré du livre, réalisé par Kevin Billington avec Kirk Douglas et un certain Yul Brynner. « Yul », c’est justement le surnom que ses copains rochelais ont donné à André Bronner. Dans les années 90, fasciné par cette histoire, l’aventurier part sur ses traces sur l’île des États. Il se perd une première fois sur cette île déserte, manque d’y laisser sa peau, survit, revient, apprivoise une côte tourmentée par le vent, les vagues, le courant, et finit par trouver les ruines du phare mythique.

Nautisme Article
© DR

Troisième vie

Construit sur un promontoire à 70 mètres au-dessus de la mer, le phare en bois est à l’origine octogonal, et son feu alimenté à l’huile de colza, porte à une quinzaine de milles nautiques. Appuyé par un groupe de Rochelais bien connu des Ministes (concurrents de la Mini Transat) Yul se met en tête de reconstruire ce phare devenu mythique. Sans se lancer dans une réplique à l’identique, mais il veut en retrouver l’esprit, et surtout rallumer un faisceau lumineux dans une région si rude avec les marins. L’Association du Phare du Bout du Monde naît fin 1995 et deux ans plus tard, soit en janvier 1998, une dizaine d’hommes entament les travaux de reconstruction. Quinze tonnes de matériel doivent être acheminées depuis la ville la plus proche, Ushuaïa, dans des conditions parfois dantesques. Le chantier s’étalera sur trois ans, car en hiver, la météo trop sévère impose l’arrêt des travaux. Les charpentiers établissent malgré l’adversité une jolie tour octogonale en bois, peinte en blanc, avec une toiture en zinc, surmontée. Mais le 26 février 1998, le phare brille de nouveau. Depuis 1999, il est classé « Monumento Historico Nacional » par l’Argentine.

Nautisme Article
© DR

Au Bout du Monde de La Rochelle

Mais l’aventure ne s’arrête pas là, puisque naît dans l’esprit de l’équipe rochelaise, l’idée de construire à un phare identique à la pointe des Minimes. Même architecture, même caractéristiques lumineuses, il vient créer un lien culturel fort entre la terre argentine et la capitale de la Charente Maritime. C’est aussi un bel hommage à tous les marins qui ont quitté ce port pour partir à la découverte du monde. Erigé à l’aube du millénaire, il a aujourd’hui 22 ans. Propriété de la ville de La Rochelle mais géré par le Port de Plaisance, il est devenu un symbole du Pertuis Rochelais. Il fait la fierté des marins, attire les touristes et régulièrement les médias. Aux côtés d’aussi illustres ancêtres que le phare de l’ile Vierge, de la Jument ou encore Cordouan,notre rédaction, mais également nos confrères du magazine Géo, l’ont ainsi sélectionné parmi les dix plus beaux phares de France. Il faut dire qu’avec son bardage en red cedar et sa girouette posée sur le globe qui ferme son toit, il ne ressemble à aucun autre.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…