Transat Jacques Vabre - Trimaran SVR Lazartigue : une course pleine de promesses

Courses
Jeudi 25 novembre 2021 à 17h05

Deuxième de la Transat Jacques Vabre, le Trimaran SVR-Lazartigue, mis à l’eau seulement en juillet, a affiché son énorme potentiel. À son bord, François Gabart et Tom Laperche ont ressenti d’incroyables sensations. L’avenir est plein de promesses pour ce nouveau bateau où le vol au-dessus des flots offre de formidables perspectives.

François Gabart : "J'ai pleuré à la barre tellement c'était beau"

Bien sûr il y a les chiffres. Ceux qui rempliront les cahiers des statisticiens. 2, comme cette formidable deuxième place arrachée dans les 48 dernières heures de la Transat Jacques Vabre au terme d’une incroyable remontada qui a vu le Trimaran SVR-Lazartigue combler un retard de plus de 100 milles. 16 jours, 9h heures 46 minutes et 11 secondes pour parcourir 9333,08 milles (17285 km), le temps de course entre Le Havre et Fort-de-France (en théorie 7500 milles), à la vitesse moyenne de 23,7 nœuds (43,9 km/h). Ou encore 816 milles, le record de distance parcourue en 24 heures sur l’épreuve. Et tant d’autres données qui vont dans les prochaines semaines être analysées, décortiquées. Mais il y a surtout ces sensations, ces promesses. À bord de leur bateau volant, François Gabart et Tom Laperche ont vécu un peu plus de deux semaines d’une grande intensité. « Lors de la dernière journée, j’ai pleuré à la barre tellement c’était beau, confiait le skipper à l’arrivée en évoquant les dernières heures de la course. Ça allait super vite, on revenait, les sensations sont extraordinaires. Ces bateaux volent vraiment sur l’eau. Et tu sens le potentiel dingue. »   Moment magique. Un parmi tant d’autres.

« Pour nous, être au départ de la course, c’était déjà une victoire, rappelle François Gabart. On a beaucoup appris sur le fonctionnement de ce bateau qui n’avait pas beaucoup navigué depuis sa mise à l’eau le 22 juillet. Franchement nous n’avons eu aucun souci ce qui, objectivement, est une surprise. Je ne pensais pas qu’avec le peu de navigation que nous avons eu en amont, nous pouvions faire autant de milles sans avoir de problème. On était quand même parti avec la boite à outils en pensant qu’on allait s’en servir et au final, quasiment rien. L’équipe a fait un super boulot et j’en suis super fier. Il est important de dire que nous avons eu des conditions plutôt clémentes mais on a fait de la route. Avec nos bateaux neufs, on ne partait pas du Havre en pensant que ce serait facile. Je m’attendais à davantage de problèmes techniques. Toutes les équipes progressent, on apprend. » Avec à la clé de superbes promesses et de grands défis.

« On n’a pas tiré sur le bateau, précise le skipper. On l’a ménagé et on a fait attention. Et pourtant, on voit que ça va déjà vite. Tout est aligné pour faire de très belles choses dans les années à venir. Ces bateaux sont extraordinaires, ils le seront toujours mais ils resteront aussi toujours des bateaux difficiles. Dans 5, 10, 15 ans, ils le seront toujours car ils vont repousser les limites sur les océans. On sera toujours un peu à la limite. Mais j’ai toujours aimé les choses complexes. On peut y prendre beaucoup de plaisir. Quand tu arrives à aligner tous les réglages, ce qui n’est pas simple et qui n’est pas à la portée de tout le monde, ça devient génial de naviguer avec cette complexité. C’est ce qu’on va chercher sinon on ne ferait pas de la course au large. »

Tom Laperche : "C'était magique"

À seulement 24 ans, Tom Laperche participait à sa première grande épreuve en multicoques. Un choix payant pour François Gabart qui avait choisi son jeune équipier déjà deux fois sur le podium de la Solitaire du Figaro. « J’ai le feeling que Tom va continuer à faire de superbes choses dans la course au large, estime le skipper. C’était un grand plaisir de naviguer avec lui. Humainement ça s’est super bien passé. Tout a été simple. Il est à l’aise sur le bateau. J’ai quand même navigué en Ultime avec quelques personnes avec un talent immense. Ce sont des bateaux qui restent compliqués et surprenants. On a beau s’y habituer on n’est jamais complètement à l’aise avec ces bateaux. C’est assez surprenant de voir l’aisance que Tom a sur un bateau comme ça aussi rapidement. C’est beau à voir. » Une expérience intense et précieuse pour la suite de sa carrière. « Il y a plein d’enseignements à tirer, confie le jeune marin. A commencer par tous les conseils de François. On apprend à gérer un bateau comme ça sur du long terme. Naviguer sur ces bateaux, ça demande de la concentration, de la réflexion. C’est hyper fort. C’est du grand sport, c’est le summum de ce qui fait en course au large. J’ai aussi appris que j’aimais vraiment le multicoque et la vitesse. La voile est un sport qui est riche avec plein de disciplines. Mais quand on repense à ce qu’on a vécu, la course au large c’est le graal en termes de duel, de vitesse, d’engagement physique et mental. Et puis au-delà du sportif, il y a l’humain. Tout ce qui s’est passé entre nous. » Si l’avenir de Tom semble plein de promesses, cette Transat Jacques Vabre tiendra toujours une place particulière dans sa carrière. « C’était magique, j’ai vécu un truc incroyable, rayonne-t-il. Quand j’étais gamin, j’avais des images de multicoques, des rêves de course au large et je viens de vivre tout ça. C’est merveilleux. C’est quand même un truc de barjot de mettre un bateau en juillet et de faire deuxième de la Transat. Pour l’avenir du projet c’est génial. Je retiendrai plein de moments de cette traversée de l’Atlantique, ce bonheur de pouvoir profiter de moments de glisse et de vol. On a fait un beau voyage. »

Pour retrouver l'intégralité du classement, c'est par ici ! Pour plus d'articles sur la Transat Jacques Vabre, découvrez le dossier de la rédaction !

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…