Portraits de femmes : rencontre avec Laura Le Goff, directrice générale du Vendée Globe

Culture nautique
Jeudi 11 février 2021 à 17h04

A la tête de la direction générale du Vendée Globe depuis 2016, Laura Le Goff est une véritable cheffe d'orchestre qui donne le LA pour les quatre années de préparation, jusqu'au jour J, le suivi de la course pendant trois mois et l'arrivée. Jusqu'à la prochaine édition ! Découvrez le portrait de Laura Le Goff, directrice investie et passionnée.

A la tête de la direction générale du Vendée Globe depuis 2016, Laura Le Goff est une véritable cheffe d'orchestre qui donne le LA pour les quatre années de préparation, jusqu'au jour J, le suivi de la course pendant trois mois et l'arrivée. Jusqu'à la prochaine édition ! Découvrez le portrait de Laura Le Goff, directrice investie et passionnée.

Figaro Nautisme : Vous êtes depuis 2016, directrice générale du Vendée Globe. Quel a été votre parcours ?

Laura Le Goff : "J’ai un parcours assez atypique. Je ne suis pas issue du milieu de la voile malgré mes origines bretonnes et ma passion pour le sport ! Après l’obtention d’un master de Droit, j’ai occupé un poste de directrice juridique pendant 12 ans dans une société vendéenne qui travaille dans l’aménagement du territoire et le développement économique et dont l’actionnaire majoritaire est le département de la Vendée, tout comme la société organisatrice du Vendée Globe, la SAEM Vendée.

En 2014, il m’a été demandé d’apporter mon expertise juridique sur la partie règlementaire de l’activité de la SAEM Vendée et notamment celle des marchés publics procédures souvent complexes à appréhender sans formation spécifique.

En fait l’histoire se répète puisque’en 2004, quand Sophie Vercelletto a été nommée directrice générale du Vendée Globe et que la SAEM Vendée a été créée, elle était elle-même la directrice juridique de Vendée Expansion et je l’ai remplacée. J’ai donc suivi un peu le même parcours qu’elle ! Finalement le droit reste une solide formation, qui peut mener à beaucoup de choses."

F.N. : Comment avez-vous vécu votre première fois en tant que directrice générale dans un monde nouveau pour vous ?

L.LG. : "J’ai été nommée à la direction générale le 17 mai 2016. Six mois avant le grand départ de la course ! Cela a été intense, le Vendée Globe est un événement de taille et il fallait être à la hauteur de l’exercice. Avec du recul je me dis que j’ai eu la chance de ne pas avoir trop le temps de me poser des questions !

Tout d’abord, je tiens à souligner que j’ai été parfaitement accompagnée et soutenue par mon Président, également Président du Département de la Vendée. La feuille de route confiée était clairement définie : faire rayonner le Vendée Globe tout en préservant ses valeurs fondamentales.

C’est avec lui que j’ai rencontré pour la première fois les skippers à New York au moment de la New York – Vendée - Les Sables. Je me souviendrais toujours des premiers contacts qui ont été directs mais bienveillants. Les relations se sont imposées assez simplement je pense et je n’ai pas ressenti que le fait d’être une femme soit un frein non plus. Il a seulement fallu travailler afin de faire mes preuves.

En outre, il était absolument fondamental de tisser des relations de confiance avec les sportifs et les partenaires afin d’atteindre les objectifs fixés. Bien sûr j’avais assez peu de temps pour cela. Il a fallu donc s’immerger totalement dans l’événement et ses rouages."

F.N. : Une première édition pour vous, qui a dû vous être bien utile pour préparer celle de 2020 ?

L.LG. : "A la fin de la précédente édition, j’ai compris qu’il fallait très vite travailler sur l’édition suivante. Evidemment l’expérience acquise en 2016-2017 a facilité les choses. Je savais où je mettais les pieds et je savais qu’il fallait continuer. Nous étions assez en avance sur l’organisation du Village cette année, du site de l’événement, sur les relations avec les équipes, etc. Puis est arrivée la crise sanitaire. Nous avons su affronter les choses de façon assez organisée, nous avons proposé des solutions et nous nous sommes adaptés notamment avec les autorités avec qui nous avons eu des échanges permanents. La formation juridique a bien aidé dans ces moments ! Le fait de connaître le territoire, l’actionnaire également."

Nautisme Article

F.N. : Quelles sont vos missions en tant que directrice générale ?

L.LG. : "Le directeur général est en quelque sorte un chef d’orchestre. C'est lui qui va choisir l'ensemble des compétences adéquates pour mener à bien l'évènement. A titre d'exemple, sur la partie sportive, j'ai notifié le marché de direction de course qui a été attribué à Jacques Caraës et son équipe. Dans le quotidien avec Jacques Caraës, une vraie relation de confiance s'est créée. Par ailleurs il a fallu également s'entourer d'une équipe de communicants afin d'assurer la production vidéos, photos, l'éditorial, le digital... de la course. Enfin le rôle du directeur général est également d'assurer l'ensemble des relations avec les institutions et les partenaires du Vendée Globe."

F.N. : Et une fois cette édition terminée ?

L.LG. : "On commence par tirer le bilan médiatique et sportif de l’édition et on prend quelques semaines de vacances aussi ! Le Vendée Globe c'est long et il faut vite relancer la machine. Dès leur arrivée, certains skippers auront besoin de connaître rapidement les règles du jeu pour la prochaine édition. Finalement, tout va très vite et 4 ans ce n'est pas de trop pour organiser un Vendée Globe !"

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.