Portraits de femmes : rencontre avec Jeanne Grégoire, navigatrice devenue coach

Culture nautique
Jeudi 21 janvier 2021 à 9h11

Rencontre avec Jeanne Grégoire, navigatrice chevronnée, habituée des transatlantiques et des courses en solitaire, qui se consacre aujourd'hui à accompagner la nouvelle génération du Pôle Finistère course au large. Découvrez son portrait.

©Alexis Courcoux
Rencontre avec Jeanne Grégoire, navigatrice chevronnée, habituée des transatlantiques et des courses en solitaire, qui se consacre aujourd'hui à accompagner la nouvelle génération du Pôle Finistère course au large. Découvrez son portrait.

Originaire de l'Aisne, la première passion de Jeanne Grégoire est l'équitation. Puis à 18 ans, bac en poche, elle découvre la voile lors d'un stage aux Glénans : c'est le coup de foudre !

Figaro Nautisme : votre coup de foudre pour la voile est arrivé tardivement par rapport au parcours "classique" d'un ou d'une skipper ?

Jeanne Grégoire : "Après avoir décroché mon bac, je suis rentrée en prépa Sciences Po, je n'étais pas sûre de ce que je voulais faire... puis j'ai fait un stage aux Glénans et là j'ai dit à mes parents : "je sais ce que je veux faire : du bateau !" Nous n'étions pas une famille de marins à part mon oncle qui avait rallié le Brésil depuis Paimpol lorsque j'avais 10 ans sur un petit bateau de 10 mètres... j’avais peut-être ce souvenir dans la tête ! Cependant, j'ai toujours eu une éducation nature et grands espaces : mes parents faisaient pas mal de montagne, ils ont vécu en Islande sous la tente et se sont mariés là-bas… j’étais sûre de ne pas trouver cela à Paris ! J’ai fait plusieurs stages aux Glénans par la suite et mon premier moniteur de voile a été Armel Tripon.

J’ai voulu tout de même consolider ce projet et le faire sérieusement alors j’ai passé un brevet d’Etat et un brevet de skipper, ce qui me donnait une qualification professionnelle pour pouvoir travailler."

F.N. : Quand avez-vous participé à votre première course ?

J.G. : "J'ai découvert la Mini Transat, et la course, grâce à Karen Leibovici (ndlr : navigatrice française, 4e femme à boucler le Vendée Globe). J’ai fait la Mini en 2001 et je suis arrivée 8e, sans expérience dans la course au large. C’est Yannick Bestaven qui l’a remportée cette année-là. Nous avions le même sponsor lors de cette édition. J’ai également rencontré Sam Davies cette même année, ainsi que Boris Herrmann : le monde est petit !"

Nautisme Article
© COURCOUX - MARMARA / LE FIGARO

F.N. : N'avez-vous jamais été tentée par le Vendée Globe ?

J.G. : "Ce fut une envie pendant très longtemps puisqu’après la Mini je suis allée faire du Figaro car je considérais que la manière dont je faisais du bateau n’était pas performante et je voulais apprendre à réellement bien naviguer. Je suis restée en Figaro pendant dix ans, de 2002 à 2012. J’ai eu pendant huit ans Banque Populaire en partenaire, donc je nourrissais l’espoir de faire le Vendée Globe un jour, mais à l’époque ce n’était pas dans leur politique, en tout cas pas avec quelqu’un qui ne pouvait pas gagner. C’est bien pour cela qu’ils ont choisir Armel Le Cléac’h ! Je suis arrivée un peu trop tôt."

F.N. : Il n'y a pas que la course en solitaire dans votre CV ?

J.G. : "J’ai fait pas mal de transats en double avec des bons résultats j’ai fait 4 Transat AG2R avec mon copain Gérald Viénard dont 3 podiums, 2 avec Sam Davies dont 1 en IMOCA et 1 avec Nico Lunven. Pour toutes les courses auxquelles j’ai participé, j’étais inscrite au pôle d’entraînement de Port-la-Forêt. Après celle de 2014, je suis allée faire la Normandy Channel Race avec Damien Seguin. Après la course, Michel Desjoyeaux m’a appelée pour me demander d’être coach pour un jeune guadeloupéen sur la Route du Rhum 2014. J’ai évidemment accepté ! Christian Le Pape, directeur du Pôle Finistère Course au Large, me voyant faire cela, me propose en 2015 de faire le suivi de La Solitaire (accompagner les skippers, organiser les briefings météo, discuter des options des uns des autres…). Les coureurs ont l’air plutôt satisfaits, j’enchaîne avec la Generali en septembre et en 2016, je passe complètement de l’autre côté : je ne cours plus mais je suis entraîneur au Pôle, au début selon les besoins et depuis juillet dernier, à plein temps."

F.N. : Vous ne courez plus. Cela vous manque-t-il ?

J.G. : "De temps en temps cela me manque mais cela nécessite énormément d’énergie, pas seulement au moment de la course, mais tout au long de l’année. J'ai fini par tourner un peu un rond et en 2012 la question s’est posée : est-ce que j’arrête tout pour faire le Vendée Globe à tout prix ? Seulement, je suis devenue maman d'une petite fille en 2009 et cela a tout de même changé les choses. Et intellectuellement, j’avais besoin de trouver d’autres stimuli.

Dans l’entraînement et la recherche que l’on peut faire pour rendre un entraînement pertinent, pour accompagner les coureurs, j’ai l’impression de m’épanouir intellectuellement. En 2017, j’ai fait une formation à l’Ecole Nationale de Voile : accompagnateur de performances. En tant que coach, je me suis rendu compte que j’étais plus pertinente sur une approche « mentale », plus globale. J’utilisais beaucoup d’outils de préparation mentale lorsque je parlais aux Figaristes. De par mon expérience, je sais bien ce que les skippers peuvent vivre sur l’eau. Le fait d’avoir vécu les mêmes choses qu'eux, de les avoir réfléchies, c’était très intéressant. Je m’intéresse plus au marin qu’au bateau."

Nautisme Article
© Jeanne Grégoire

F.N. : Avec le Pôle Finistère course au large vous accompagnez quelques skippers du Vendée Globe ?

J.G. : "Pour le Vendée Globe cette année, nous avons suivi 9 skippers, oui, même si je suis plus sur la formation des Figaristes. On accompagne des coureurs que l’on connaît depuis longtemps : Sébastien Simon qui sort de la filière Bretagne CMB (filière de détection du Pôle), Charlie Dalin qui a fait 3 ans chez MACIF, Sam Davies est au Pôle depuis 2003, Romain depuis 2000…"

F.N. : On a tendance à oublier toute l’importance de l’avant course, toute la préparation en amont, le coaching…

J.G. : "Michel Desjoyeaux disait «  la course est faite à 80% avant le départ » et c'est vrai ! Quant au terme « coaching », il est un peu « gouroutisé », alors que le Pôle accompagne, c’est plus dans cet esprit. Nous n’avons pas d’intérêt particulier à ce qu’un coureur plus qu’un autre gagne, il n’y a pas de conflits d’intérêts."

F.N. : Quels sont vos projets pour ce début d'année ?

J.G. : "Il y a eu « la rentrée des classes » avec les Figaristes il y a quelques jours, avec 10-12 skippers. La première formation qu’ils ont eue portait sur la météo et elle a été réalisée par Yoann Richomme, coureur du Pôle pendant des années. C’est notre force : on a des coureurs qui sont devenus tellement pertinents dans leur domaine qu’ils sont devenus experts et ils viennent partager cela avec les jeunes du Pôle. Nicolas Lunven aussi est intervenu. Ce sont des coureurs avec qui et contre qui j’ai couru, et je trouve cela génial de pouvoir continuer de travailler avec ces personnes dont je connais les qualités. C’est une belle boucle, on s’auto alimente les uns les autres !"

F.N. : A titre perso, vous naviguez ?

J.G. : "J’ai fait des choses que je n’aurais jamais eu le temps de faire si j’avais continué à courir ! Je suis partie en février 2015 en Islande à bord d’un bateau qui s’appelle Maewan qui est skippé par Erwan Le Lann, un ami montagnard que j’ai rencontré via le Trophée Mer et Montagne et qui avait pour projet de faire une grande boucle autour du monde, de se rendre en bateau dans des endroits inaccessibles à pied et d’y faire des activités de montagne. Mais comme il n’était pas très marin, je suis partie avec lui. L’année d’après, j’ai fait la moitié du passage du Nord-Ouest, du Groenland au Canada.

Nautisme Article
© Jeanne Grégoire

Je ne fais pas beaucoup de navigation à la journée mais quand je fais des navigations, elles sont belles ! Et depuis que j’ai navigué dans les glaces, je n’ai qu’une envie c’est d’y retourner. Mais le travail me prend pas mal de temps, et la pandémie en a décidé autrement... Il y a un petit côté aventure et dépassement de soi qui me manque quand même !"

F.N. : Avez-vous le sentiment que la navigation d'aujourd'hui est différente de celle d'hier ?

J.G. : "Même si certaines choses ont changé dans la course notamment d’un point de vue technologique, la course en elle-même n’a pas tellement changé… il s’agit toujours de dépassement de soi, d’apprendre à se connaître, et j’aime encore explorer tout cela lorsque je navigue !"

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.