Quoi de plus à la mode que la température ressentie ?

Par Eric Mas
Vendredi 12 mai 2017 à 14h37

Ce n’est pas vraiment une température mais une sensation... Une sensation qui fait du sensationnel puisqu’elle fait surtout parler d’elle quand on est dans les extrêmes. Autrement dit lors des grands froids hivernaux ou des grandes chaleurs estivales.

©Pixabay
Ce n’est pas vraiment une température mais une sensation... Une sensation qui fait du sensationnel puisqu’elle fait surtout parler d’elle quand on est dans les extrêmes. Autrement dit lors des grands froids hivernaux ou des grandes chaleurs estivales.

Plutôt que de parler de température on devrait parler de flux thermique. Pour ce qui nous concerne, le flux thermique, c’est la quantité de chaleur qui passe à travers la surface de notre peau. Il dépend de l’écart de température entre notre corps et ce qui est en contact avec lui. Plus cet écart est important plus le flux sera élevé. La sensation dépend aussi de la force de conduction de la matière qui se frotte à notre épiderme.

L’eau ou l’huile, le bois ou le fer, l’air humide ou l’air sec… chaque matière a sa propre capacité à conduire la chaleur.

L’hiver en ville vous posez une main sur le mât métallique du réverbère, l’autre sur le poteau en bois planté facétieusement juste à côté par la compagnie du téléphone. Le mât semble beaucoup plus froid que le poteau. Pourtant, « croix de bois croix de fer si je mens je vais en enfer »,  les deux sont à la même température. Mais le métal conduit mieux la chaleur que le bois, et même si les deux sont à 15°C, il y a beaucoup plus de chaleur qui vous quitte par la main posée sur le métal que par celle posée sur le bois. D’où la sensation de froid plus importante. « Touchons du bois » quand on ne veut pas avoir de mauvaises surprises.

L’été, un beau matin sur votre plage bretonne préférée, l’air est à 16°C et le thermomètre affirme que la mer aussi. Pourtant ce n’est pas ce que l’on ressent quand il s’agit d’y entrer. On est forcé d’admettre que l’eau est bien meilleure conductrice que l’air. D’ailleurs, pour une même température on perd 25 fois plus de chaleur dans l’eau que dans l’air et notre organisme ne peut pas lutter longtemps pour maintenir l’équilibre thermique qui nous convient. Même si l’on soutient, dans un sourire crispé, « qu’une fois qu’on y est, elle est bonne », l’hypothermie gagne. Notre espérance de vie n’est que de 2 à 3 heures dans de l’eau à 16°C.

On se sent donc mieux dans l’air. Oui mais on fait tous l’expérience dans nos voitures qui proposent l’air conditionné, ce 20° pénible à supporter dans une ambiance lourde et orageuse, autrement dit air chargé d’humidité, devient quasiment trop froid quand il passe à travers le filtre desséchant de la clim. Ce qui est efficace pour le désembuage se manifeste aussi sur notre peau. L’air sec favorise l’évaporation de l’eau que notre corps s’évertue à fournir par la transpiration. Pour servir cette évaporation notre corps cède donc de sa propre chaleur… se refroidit, quoi.

La ventilation s’en mêle aussi pour accélérer le processus de refroidissement du corps par évaporation. Et puis il y a le rayonnement, celui que l’on reçoit, celui que l’on émet. Evidemment ici le soleil est largement gagnant quand il s’agit de chauffer notre épiderme.

Alors, la soit disant température ressentie communiquée dans un bulletin météo doit tenir compte de l’humidité de l’air, de la vitesse du vent et du rayonnement solaire.

Le cuir de chacun, plus ou moins épais, velu, pigmenté…  autant de petites différenciations de nos climatiseurs internes, et les adaptations au climat, culturelles et physiques, sont de vraies raisons de gérer « chacun à sa manière » ces flux thermiques.  La notion de température ressentie est finalement une moyenne de ce que croiraient vivre de nombreux membres d’une population vivant nue. A défaut d’être tous en tenue d’Adam et Eve, nous nous fions à ce que nous racontent nos visages et nos mains quand on a perdu chapeau de paille l’été et moufle l’hiver….  Ce n’est déjà pas si mal.