Plongée : la vie cachée de la « muck »

Par Nautisme.com
Jeudi 16 août 2018 à 17h24

Ce ne sont pas les barrières récifales investies par des nuées de poissons aux couleurs électriques, ni les bancs compacts de pélagiques naviguant dans le bleu, ni les grands prédateurs ou mammifères qui attirent dans la « muck dive ». Au contraire, dans ce genre de plongée - littéralement : « plongée boue » - il faut être sensible aux conditions peu amènes, mais surtout fin observateur.

L'île de Lembeh vue depuis le port de Bitung, sur la côte de Sulawesi. ©Wikimedia
Ce ne sont pas les barrières récifales investies par des nuées de poissons aux couleurs électriques, ni les bancs compacts de pélagiques naviguant dans le bleu, ni les grands prédateurs ou mammifères qui attirent dans la « muck dive ». Au contraire, dans ce genre de plongée - littéralement : « plongée boue » - il faut être sensible aux conditions peu amènes, mais surtout fin observateur.

Une visibilité souvent réduite, des plongées peu profondes, allant rarement au-delà de 20-25 m, sur des fonds de sable ou de vase plutôt désertiques… A priori, pas de quoi s'enthousiasmer. Pourtant, la « muck dive » est aujourd'hui une activité de plongée à part entière, avec ses destinations dédiées. Le détroit de Lembeh, dans la mer des Moluques, en Indonésie, compte parmi les plus emblématiques. De surcroît, le sable, ici, est noir ! Le détroit sépare l'île de Lembeh de la côte nord-est de Sulawesi. Il est assez étroit, de 200 à 500 m de large, et long d'une quarantaine de kilomètres. Les plongées s'organisent sur ses deux rives.

Nautisme Article
Le poisson-mandarin, aux couleurs éclatantes.© Wikimedia

Un bestiaire étrange

Passée la première impression de dénuement, c'est tout un monde d'espèces étonnantes, et plutôt rares, qui se révèle au plongeur patient et observateur. Le camouflage, l'enfouissement, le mimétisme sont les principales stratégies de survie dans ce paysage. La pieuvre mimétique (Thaumoctopus mimicus) est unique, capable, en se contorsionnant et en changeant de couleur, d'imiter une quinzaine d'espèces d'animaux marins, parfois très éloignées d'elle. Elle peut prendre l'apparence et adopter les mouvements d'une rascasse volante, d'une squille, d'un coquillage, d'un poisson-grenouille ou d'un poisson plat… L'hippocampe pygmée (Hippocampus bargibanti), quant à lui, ne mesure pas plus de deux centimètres (c'est la plus petite espèce d'hippocampe répertoriée) et adopte une tenue de camouflage imparable : il porte des excroissances bulbeuses sur le corps, qui sont de la même couleur que la gorgone sur laquelle il vit : corps blanc et tubercules roses à rouges sur Muricella plectana, corps jaune et tubercules orange sur Muricella paraplectana.

Nautisme Article
Comment se fondre dans son milieu ? Démonstration d'une sole d'une quarantaine de centimètres. © Wikimedia

Le détroit de Lembeh est particulièrement réputé pour sa profusion de poissons-grenouilles (les antennaires). Le poisson est facilement repérable lorsqu'il se met en mouvement, lui qui « marche » sur le fond en se propulsant plus qu'il ne nage, alors il reste le plus souvent totalement immobile ; adoptant une texture de peau et une couleur en tous points semblables à son milieu environnant, il se confond en une pierre, une éponge, une algue… prêt à gober la proie malheureuse qui se laissera abuser par son leurre pêcheur ; la terminaison de sa première épine dorsale est en effet une redoutable canne à pêche.

Contraste des couleurs

Nautisme Article
La seiche flamboyante (Metasepia pfefferi) est la seule espèce de seiche capable de « marcher » sur le fond. Sa chair est toxique, ce dont elle informe ses prédateurs par son rouge vif.© Wikimedia

D'autres espèces contrastent au pays de la muck par leurs couleurs chatoyantes. Comme à leur habitude, les nudibranches sont superbes. Ces mollusques gastéropodes, dépourvus de coquilles, ont des branchies externes, disposées en touffes bien visibles sur le corps (on parle de branchies nues, d'où leur nom). Il en existe une grande variété de par le monde, rivalisant de formes, de couleurs, d'ornementations, mesurant de quelques millimètres et à une dizaine de centimètres. Ces « limaces de mer » sont sans doute les plus beaux mollusques marins.

Les poissons-mandarins (Synchiropus splendidus) plaisent aussi beaucoup. Le petit dragonnet de 6-7 cm, recouvert d'une fine peau sans écailles, offre, comme son nom l'indique, une livrée des plus resplendissantes, orangée et bariolée de bleus vif et turquoise, quelquefois ponctuée de vert ou de jaune d'or. Parmi les trésors de Lembeh, la seiche flamboyante (Metasepia pfefferi), à la chair très toxique, l'apogon de Kaudern (Pterapogon kauderni), originaire des îles Banggaï toutes proches, la délicate et élégante crevette arlequin (Hymenocera picta) ou l'étrange poisson-fantôme (Solenostomus paradoxus) intrigueront également vos plongées.

Nautisme Article
Le poisson-scorpion d'Eschmeyer (Rhinopias eschmeyeri), avec sa tête disproportionnée et sa gueule protubérante. © Wikimedia

Si Lembeh reste la référence, avec depuis longtemps ses fidèles, d'autres endroits du bassin Indo-Pacifique commencent à s'apprécier : les îles indonésiennes de Bali, d'Ambon ou d'Alor, les îles Negros et Cabilao dans l'archipel des Visayas aux Philippines, ou encore la Papouasie Nouvelle-Guinée.

 

© Google Earth
L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.