« Le confinement, c'est comme une mauvaise tempête à passer »

Dimanche 22 mars 2020 à 18h23

Nous avons appelé Fabrice Amedeo, ancien collaborateur du Figaro Nautisme, qui a vécu 103 jours seul sur son 60 pieds IMOCA lors du Vendée Globe 2016, afin qu’il nous parle de son expérience du confinement, en pleine crise du Corona Virus, mais aussi pour qu’il évoque sa préparation perturbée pour le prochain tour du monde en solitaire.

Imoca Newrest - Art et Fenêtres ©Jean-Marie Liot
Nous avons appelé Fabrice Amedeo, ancien collaborateur du Figaro Nautisme, qui a vécu 103 jours seul sur son 60 pieds IMOCA lors du Vendée Globe 2016, afin qu’il nous parle de son expérience du confinement, en pleine crise du Corona Virus, mais aussi pour qu’il évoque sa préparation perturbée pour le prochain tour du monde en solitaire.

Figaro nautisme : Comment allez-vous et où êtes-vous confiné ?

Fabrice Amedeo : Tout va bien, je suis confiné en famille à la Trinité sur Mer depuis bientôt une semaine. C’est toute une organisation à trouver, comme tous les Français. Ma femme ayant beaucoup de choses à gérer avec son travail, je fais l’école à la maison le matin pour mes trois filles. L’après-midi je travaille sur mon projet, je fais du sport, et je recommence à travailler le soir après le dîner notamment sur un livre que je suis en train d’écrire à propos de mes expériences au large. Personne ne sort de la maison et du jardin. Je suis le seul à pouvoir aller faire des courses alimentaires, en prenant un maximum de précautions.

Votre préparation au Vendée Globe a dû s’arrêter net en début de semaine dernière ?

Oui c’est certain. Mon Imoca Newrest - Art et Fenêtres est en préparation au sein de l’écurie Gitana qui nous accueille et nous conseille. Lorsque le team Gitana a décidé d’arrêter le travail sur son trimaran Ultime lundi soir dernier, il était assez évident qu’il fallait leur emboiter le pas. La plupart des fournisseurs fermaient les uns après les autres, donc le chantier tournait déjà au ralenti et, en tant que projet sportif, nous avons un devoir d’exemplarité, nous ne pouvons prendre aucun risque sanitaire et il fallait arrêter le travail. Il faut espérer que cette situation ne dure pas trop longtemps. Les transats entre la France et les Etats-Unis en mai et juin (Ndlr : The Transat CIC et New York – Vendée) sont compromises et il va sans doute falloir penser une nouvelle course pour qualifier au Vendée Globe les concurrents qui ne le sont pas encore. Pour ma part, je suis inscrit et qualifié, je n’ai donc pas de pression particulière.

Avec 103 jours seul sur les océans lors de votre dernier Vendée Globe, vous êtes un peu un spécialiste du confinement ?

Oui et non. Il est vrai que j’ai vécu 103 jours dans un habitacle de quelques mètres carrés, humide, froid ou étouffant suivant les moments du parcours, bruyant et en perpétuel mouvement. J’ai donc l’expérience de ces épreuves limites humainement et psychologiquement et du coup je gère assez sereinement cette expérience de confinement en famille qui est assez confortable. Mais le confinement renvoie à une situation d’encombrement humain, chose que je n’ai pas connue sur le Vendée Globe, bien au contraire. Je conçois tout à fait que des concitoyens souffrent de se retrouver tous ensemble dans un petit logement.

Quels conseils donneriez-vous à celles et ceux qui souffrent de cette situation de confinement ?

Il serait présomptueux de donner des conseils. Ce que je peux dire, c’est qu’il faut voir cette situation comme une tempête à passer. Et de par mon expérience, je suis bien placé pour savoir que même au cœur de la tempête, il y a toujours un motif d’optimisme, il y a toujours du positif dans le négatif. Dans le cas présent, je me dis que malgré cette situation terrible, des gens qui souffrent et des personnels soignants qui doivent tellement donner de leur personne, je peux me raccrocher au fait que j’ai beaucoup de chance de pouvoir passer autant de temps en famille à sept mois du grand départ pour un tour du monde. Sans cette crise, je ne me serais jamais penché d’aussi près sur les cahiers de mes trois filles.

L’autre élément essentiel que j’aimerais partager, c’est que cette crise est une occasion unique de faire des choses que nous ne faisons pas ou peu. Lors de son allocution, le Président de la République, a parlé des bienfaits de la lecture. C’est le moment d’un retour aux textes en effet ! Par ailleurs, la météo nous gâte plutôt ces derniers temps avec un bel anticyclone et un temps très ensoleillé. C’est l’occasion de regarder le ciel, de décélérer, de penser à plein de choses. Se réapproprier des moments oubliés de son passé, et pourquoi pas profiter de ce silence qui est partout, y compris en ville, pour renouer avec une forme de dialogue entre son monde intérieur et le monde extérieur, celui de la nature qui nous envoie un signe fort avec cette crise aiguë. Je suis sûr que dans la vie de tous, il y aura un avant et un après.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.