La République Dominicaine hors des sentiers battus

Samedi 9 janvier 2016 à 06h28

Au centre de l’archipel des Caraïbes, la République Dominicaine, moins élitiste que certaines de ses voisines caribéennes, fait partie des destinations touristiques les plus prisées des touristes français en hiver. Tour d’horizon.


Plage de Riu Bachata, République Dominicaine . Sous licence creative commons K@mphuis

Réputée pour ses eaux cristallines et ses plages de sable fin, la République Dominicaine, qui n’affiche que cinq heures de décalage horaire avec l’Hexagone en hiver, fait partie des destinations les plus prisées des Français en quête de soleil en hiver. « Nous avons eu beaucoup de touristes cette année, quelle que soit la saison. D’ailleurs, il n’y a pas vraiment de saisons en République Dominicaine. Il fait beau toute l’année, avec une douce chaleur de décembre à avril, qui reste la meilleure période pour y aller, explique Mercedes Castillo, la directrice de l’Office du Tourisme de République Dominicaine en France. L’été, les températures sont légèrement plus élevées, sans pour autant être extrêmes, avec une moyenne annuelle de 26-27 °C, pour une température de l’eau de 24-25 °C. Nous n’avons pas de vraie saison des pluies, mais plutôt des averses tropicales quasi quotidiennes avec des fortes pluies de courte durée en fin de journée, sauf l’été, qui est plus sec ». L’an dernier le pays a accueilli plus de 5,1 millions de visiteurs, dont 229 678 touristes français, soit 9,6 % de plus qu’en 2013. Cette année, entre janvier et mai, la destination a séduit plus de 3,1 millions de visiteurs étrangers, dont 120 975 Français. « On a connu un été exceptionnel en ce qui concerne le marché français », précise-t-elle. Le Ministère du Tourisme du pays envisage de doubler la fréquentation touristique d’ici 2022.

 

Un pays aux multiples visages
Quand on parle de République Dominicaine, on pense tout de suite à Punta Cana. Pourtant, l’île ne se résume pas à cette station balnéaire très fréquentée par les touristes, loin de là. Santo Domingo, Puerto Plata et Baharono permettent elles aussi de découvrir le pays autrement, hors des sentiers battus.


Santo Domingo, le berceau des Amériques
Berceau des Amériques et centre économique du pays, Santo Domingo est la première ville européenne du Nouveau Monde. « Santo Domingo est une ville de contrastes, qui s’inscrit entre histoire et modernité, avec un quartier colonial classé au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO, qui compte 300 bâtiments historiques du XVIe siècle classés dont Notre Dame de l’Incarnation, mais également la première cathédrale du Nouveau Monde, la première université ou encore le premier hôpital, souligne Mercedes Castillo. La partie moderne a des allures de ville américaine très développée, avec trois réseaux de métros auxquels viendra bientôt s’ajouter un 4e. Cette partie de la ville est devenue un haut lieu du shopping. On y trouve beaucoup d’enseignes de luxe fréquentées par de nombreux Antillais et Latino-Américains ». Bordée par une promenade de 16 km en bord de mer, le Malecón, la ville offre également aux locaux et à ses visiteurs une vie nocturne trépidante. De nombreux hôtels de charme, cafés et restaurants ont en effet pris place dans ce décor pittoresque.


Puerto Plata, la côte d’Ambre
À la fois ville et région, Puerto Plata, où débarqua pour la première fois Christophe Colomb, fait partie des régions les plus connues du pays. Surnommée la « Côte d’Ambre » pour abriter de nombreuses mines d’ambre bleu, la région, qui compte 150 km de côtes, attire chaque année de nombreux visiteurs. « C’est la 3e ville du pays en termes de richesses ». Haut lieu du tourisme il y a 40 ans, Puerto Plata, a vu naître le concept du « all inclusive », comme le rappelle Mercedes Castillo. « C’est la région qui recèle le plus d’atouts touristiques, avec la montagne, la haute montagne et de très belles plages très différentes les unes des autres, telles que la Playa Dorada, où l’on retrouve les mêmes chaînes hôtelières qu’à Punta Cana et des golfs, ou encore Sosua, haut lieu de la plongée en République Dominicaine, qui a accueilli beaucoup de réfugiés européens après la 2e guerre mondiale. C’est un endroit très recherché des plongeurs, notamment pour les nombreuses épaves de grands bateaux espagnols qui se sont échoués sur la barrière de corail, en dehors de la baie ».


Barahona, ancien refuge des pirates du XIXe siècle
Située à proximité de la frontière haïtienne, Barahona, qui compte trois parcs nationaux dont le Parc National Jaragua, où l’on peut observer 400 espèces d’oiseaux, mérite elle aussi le détour. « C’est une région en devenir. Elle est magnifique, très montagneuse, avec des montagnes pouvant aller jusqu’à 2 600 m d’altitude, mais également très verte », indique Mercedes Castillo. Il n’est pas rare d’y rencontrer des crocodiles, des flamants roses et autres iguanes. C’est également dans cette région que l’on peut découvrir le lac Enriquillo, le plus grand lac salé des Caraïbes, ou encore la Bahia de las Aguilas, la plus belle plage de République Dominicaine. « Les sites balnéaires sont très protégés et sauvages. On doit parfois traverser l’un des trois parcs nationaux pour y accéder, précise-t-elle. On y retrouve de charmants petits hôtels aux inspirations différentes, assez luxueux, mais éloignés de tout. Cette région permet de visiter la République Dominicaine autrement », conclue-t-elle.

 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction