Raphaël Ibañez : « J’ai toujours été admiratif et respectueux des marins »

Voiliers
Lundi 13 mai 2013 à 9h34

Raphaël Ibañez, ex-capitaine du XV de France a baptisé samedi à Lorient le Mini Pogo 2 Œuvre du Marin Breton de Jean-Baptiste Lemaire, à bord duquel il s’élancera sur la Mini Transat le 13 octobre prochain.

Raphaël Ibañez, ex-capitaine du XV de France a baptisé samedi à Lorient le Mini Pogo 2 Œuvre du Marin Breton de Jean-Baptiste Lemaire, à bord duquel il s’élancera sur la Mini Transat le 13 octobre prochain.

Figaro Nautisme : À quand remonte votre rencontre avec Jean-Baptiste Lemaire?

Raphaël Ibañez : Quand j’ai mis un terme à ma carrière de rugbyman professionnel, j’ai eu envie de relever de nouveaux challenges. J’ai décidé de louer un bateau avec ma famille pendant l’été 2009 en Méditerranée. Nous avons fait un aller-retour entre Nice et Porquerolles pendant une semaine à bord d’un voilier de 15 ou 16 mètres. Le skipper du bateau n’était autre que Jean-Baptiste Lemaire. J’ai vraiment apprécié sa patience, sa capacité à initier les gens à la voile, ses compétences et son sens de l’anticipation. Nous avons sympathisé et sommes restés en contact depuis. Nous sommes restés assez proches. Je me suis régulièrement informé de son évolution de jeune compétiteur jusqu’à ce qu’il me fasse part de son projet de Mini Transat, qui est un vrai projet de vie pour lui. Je me rappelle qu’il en parlait déjà en 2009. Cette aventure dans laquelle il s’est lancé m’a beaucoup touché. Et puis nous avons développé une réelle complicité.


Au point de devenir le parrain de son bateau…

 

J’ai en effet été sollicité pour être le parrain de son bateau. C’est un véritable honneur pour moi, et une réelle source d’émotion pour lui car c’est un peu improbable, un bateau baptisé par un rugbyman, cette rencontre entre la terre et la mer… Mais il est facile d’établir des ponts entre ces deux milieux qui ont des valeurs similaires, telles que le courage ou la persévérance. Il faut du courage pour affronter les éléments comme il va sûrement le faire, ou comme on peut le faire face à des adversaires redoutables sur un terrain de rugby. Et de la persévérance pour rassembler des énergies et des partenaires. Quand il rencontrera des situations délicates, il devra garder son sang froid, tout comme les joueurs pendant un match.


Quel rapport entretenez vous avec la mer ?

 

Je vis dans le Sud-Ouest, ce qui m’offre la possibilité d’être proche des éléments, que ce soit la montagne ou l’océan. Depuis la fin de ma carrière de rugbyman, je saisis la moindre occasion qui se présente pour éprouver des sensations de glisse. Le ski donne lieu à des compétitions familiales, alors qu’aller sur l’eau devient comme une addiction qui devient de plus en plus forte même si les aventures dans lesquelles je me suis lancé tournent autour du rugby. C’est logique quand on a un instinct de compétiteur, on a toujours envie de repousser ses limites. Je pratique la voile, le kayak de mer et je me suis mis au surf il y a un an et demi.


En dehors du parcours de Jean-Baptiste, suivez-vous la voile de manière générale ?

 

J’ai toujours eu un œil attentif à ce qui se passait dans la voile. Je suis admiratif et respectueux des marins. Je suis bien sûr les compétitions phare comme le Vendée Globe ou la Route du Rhum, qui est une course mythique. Et aussi l’America’s Cup, même si c’est une compétition qui reste entre les mains de businessmen. La Coupe fait rêver. Je trouve ça dommage qu’avec d’aussi bons marins en France, on ne la gagne pas. Le manque de ressources financières freine le talent de nos jeunes marins français. J’ai eu la chance de suivre la coupe du monde de rugby en Nouvelle-Zélande en 2011. J’ai pu constater à Auckland la place qu’a l’America’s Cup dans le cœur des Néo-Zélandais. Elle a la même importance que les All Blacks. Il y a une vraie culture maritime là-bas.

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.