Reportage : visite des chantiers Amel, là où débute le voyage...

Voiliers
Samedi 21 novembre 2020 à 9h47

Euros, Meltem, Maramu… Henri Amel aimait baptiser ses bateaux de noms grecs. Pas étonnant dès lors que le chantier auquel il a donné son nom soit entré dans la mythologie. À l’ambition initiale de faire robuste, simple et confortable, s’est ajoutée au fil des ans, une touche de luxe et de modernité qui fait que, plus d’un demi-siècle plus tard, le succès ne se dément pas. Visiter l’antre d’une telle institution est un privilège. Nous vous invitons à le partager.

©François Tregouet
Euros, Meltem, Maramu… Henri Amel aimait baptiser ses bateaux de noms grecs. Pas étonnant dès lors que le chantier auquel il a donné son nom soit entré dans la mythologie. À l’ambition initiale de faire robuste, simple et confortable, s’est ajoutée au fil des ans, une touche de luxe et de modernité qui fait que, plus d’un demi-siècle plus tard, le succès ne se dément pas. Visiter l’antre d’une telle institution est un privilège. Nous vous invitons à le partager.

Depuis la disparition du fondateur en 2005, les voiliers marqués d’un arc et de sa fl èche portent désormais son nom, notamment les deux modèles actuels, Amel 50 et Amel 60. C’est bien entendu un hommage mais également l’assurance que les nouvelles unités restent fidèles à la vision qu’il avait du bateau parfait. Ironiquement, son handicap visuel a servi la volonté du chantier de proposer une simplicité de manoeuvres à toute épreuve. Le cockpit très protégé, avec son poste de barre avancé autour duquel toutes les manoeuvres reviennent, permet à un couple de piloter en toute sécurité. Et lorsque l’on doit aller sur le pont, un haut garde-corps rigide est là pour rassurer, retenir. Ce sont là deux exemples emblématiques et invariables de l’identité de tout Amel que vous croiserez sur l’eau. Ce que ne vous ne pouvez deviner au premier regard en revanche, mais que tous les propriétaires apprécient chaque jour de leur vie à bord, c’est le perfectionnisme qui a, historiquement, mené à internaliser l’ensemble de la production.

Nautisme Article
© François Tregouet

Si la stratification des coques et des ponts fait partie des activités « régaliennes » de tout chantier naval, très peu de constructeurs réalisent encore leurs meubles en interne. Aucun, à notre connaissance ne réalise ses propres mâts. Chez Amel, à contre-courant d’une pratique de sous-traitance, plus de 30 métiers sont présents au sein des 10 000 m² d’ateliers : stratifi eurs formés aux techniques d’infusion les plus actuelles, menuisiers ébénistes, vernisseurs, électriciens, plombiers, mécaniciens, gréeurs, accastilleurs, selliers… Chaque métier est une spécialité, et chacun vise l’excellence dans son domaine dans un environnement favorisant la qualité. En effet, dans tous les halls une propreté clinique règne. Les opérations les plus délicates, tel le détourage des pièces polyester, se font dans des cabines dédiées où chaque poussière est aspirée. Partout la hauteur sous plafond impressionne et jamais la place ne semble manquer. Ni pour manipuler dans de bonnes conditions ces grands voiliers en devenir, ni pour oeuvrer à leur bord. Entre fosses et mezzanines, le travail de chacun se fait toujours à niveau.

Nautisme Article
© François Tregouet

Un atelier pour les gréements digne d'une écurie de Formule 1

Difficile de mettre en avant un atelier plutôt qu’un autre, tant tout est visiblement organisé, géré, orienté vers le plus haut niveau de qualité possible. Le confort est une notion indissociable d’un voilier Amel. Ils ont leur propre sellerie : gainages en cuir, moelleux des coussins, qualité des tissus ne seront confiés à personne d’autre. Et on imagine aisément l’émotion que peut ressentir un futur propriétaire en découvrant l’atelier menuiserie. De la bille de bois brute aux meubles vernis finis, les différentes essences possibles se côtoient sur les étagères. Car si un voilier Amel a toujours des caractéristiques bien précises, l’offre est moins monolithique qu’elle a pu l’être par le passé et la marque a su développer une attention aux demandes clients, salvatrice pour amorcer le nouveau millénaire. Le gréement en est un parfait exemple. Dans l’atelier digne d’une écurie de Formule 1, sont parfaitement alignées les pièces d’un incontournable mât enrouleur entièrement réalisé en interne…tradition. Mais l’espar est unique, car entre recherche de performance, d’espace à bord et progrès de l’accastillage, le gréement de sloop a remplacé celui de ketch… modernité.

Nautisme Article
© François Tregouet

Perpétuer la qualité qui a fait la réputation du chantier

Enfin, que serait le chantier rochelais sans sa célèbre piscine. Sous le grand portique blanc, un Amel 50 et un 60 sont arrosés, testés et contrôlés dans leurs moindres détails, bien en amont de leurs premiers bords en mer. Groupe électrogène, moteur, pompes, panneaux de pont... tout aura été validé par des tests en conditions réelles avant la livraison au client final. Ce sera alors pour lui le moment d’entrer dans la grande famille Amel. Un esprit unique légué par son fondateur au sens propre du terme puisqu’il avait donné, sous forme d’actions, le chantier qu’il avait créé à ses employés. Chacun se sent ainsi à la fois investi, dépositaire et responsable de la pérennité de la qualité qui a fait la réputation du chantier. Le défi est sans doute là : intégrer des savoir-faire exceptionnels dans un processus de production efficient, afin que le niveau d’excellence atteint soit une force et non une faiblesse face à une compétition internationale qui ne faiblit pas. Mais aucun doute, l’ensemble de l’équipage Amel est à poste et ils permettront encore longtemps à de nombreux couples de sillonner sans souci toutes les mers du monde.

Nautisme Article
© François Tregouet

Historique du chantier Amel

1966 – Premier modèle : l’Euros

1969 – Installation sur le site actuel de Périgny

1974 – Meltem

1988 – Super Maramu

2010 – Amel 64

2017 – Amel 50

2019 – Amel 60

Chiffre d'affaires annuel : 24 millions d’euros

Site : La Rochelle (France)

Effectif : 135 employés

Prouction : 20 unités par an

Export : 70%

PDG : M. Lemonnier / DG : M. Poujeade

Nautisme Article
© François Tregouet

Zoom sur l'Amel 60

Longueur hors-tout : 19 m

Maître bau : 5,35 m

Tirant d'eau : 2,35 m

Déplacement lège : 27,85 t

Motorisation : Volvo D3 180 ch

Cabines/Couchages : 3/8

Surface au près : 170 m2

Architecture navale et design intérieur : Berret-Racoupeau Yacht Desin

Prix standard : 1 690 000 € HT

Nautisme Article
© J Ricoul

Notre avis : Ce voilier de grande croisière hors norme offre confort exceptionnel, facilité de manoeuvre, commodité de fonctionnement et sécurité élevée, réunis en un luxueux écrin.

Zoom sur l'Amel 50

Longueur hors-tout : 16,50 m

Maître bau : 4,79 m

Tirant d'eau : 2,15 m

Déplacement lège : 20,55 t

Motorisation : Volvo D3 110 ch

Cabines/Couchages : 3/8

Surface au près : 126 m2

Architecture navale et design intérieur : Berret-Racoupeau Yacht Desin

Prix standard : 830 000 € HT

Nautisme Article
© JS Evrard

Notre avis : Les cinquante années d’expérience du chantier au service du bien-être à la mer, en liberté et sans appréhension, sont couronnées avec ce sloop. C’est le premier voilier de série vraiment automatisé.

Retrouvez cet essai et de nombreux autres dans notre hors-série Yachting 2020 à lire et relire en ligne !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.