Les Carnets de PretAixte - chapitre 3 : communications, seconde partie

Equipements
Samedi 13 novembre 2021 à 7h00

Hurricane sur Hawaï !

1) LONGUE DISTANCE, suite et fin.

1-3 INFORMATIQUE

Pas de fichier météo, de carte synoptique ou de mail sans ordinateur ni écran. Nous avons donc un système fixe et un portable de secours. Les différentes entrées : BLU, Iridium fixe ou portable, GPS, NMEA sont donc toutes connectables et référencées sur chacun des postes PC ou portable.

1-3-1 Ordinateur fixe

Là encore c’est Philippe qui a choisi le matériel, celui des professionnels, on voit la différence. Cet ordinateur était exclusivement destiné au bord : communication et navigation. Je ne me suis jamais amusé à aller musarder sur internet aux escales. Aucune panne à bord de PretAixte, ce qui n’a pas été le cas au sein de la flotte de l’ARC+ et du WARC, PC ou tablettes, et téléphones piratés !!! PC NISE 3500, Ecran NEOVO SX 17. Ou similaire. INDISPENSABLE.

1-3-2 Ordinateur portable

Nous avons un DURABOOK, un portable durci. Cet appareil est étonnamment rapide et costaud. Il est remisé dans un sac doublé de papier aluminium pour être à l’abri de l’électricité statique. Nous n’avons pas eu à l’utiliser (voir plus haut). Mais là encore sa maintenance et ses mises à jour étaient régulières. INDISPENSABLE.

Bon, ça va bien avec ces cartes synoptiques, faut pas pousser ! : un bon « Weather 4D », le logiciel de routage gratuit qui va avec, une petite tablette et ça ira tout aussi bien !

ET BIEN NON, IL FAUT RECEVOIR ET LIRE LES CARTES SYNOPTIQUES !

Vous voulez du vécu ? En voilà en plusieurs exemplaires :

➢ Ponton de Las Palmas, Gran Canaria, Octobre 2017. Face à notre tableau arrière un Pogo 10,50 et un co-propriétaire pas peu fier : ils sont venus de Lorient et ont pour ambition de gagner l’ARC dans leur catégorie. Très confiants des fichiers météo et de son logiciel de routage : « Au large du Portugal on a empanné à la minute prés, c’est génial ». Je tempère son enthousiasme : nous en 10 jours, d’Antibes à Madère, les fichiers ont été réalistes pendant deux jours, sur la fin, et encore… par contre les cartes des pressions observées ne sont jamais fausses. A l’évidence je ne l’ai pas convaincu. Ils partaient quinze jours après nous et l’ARC + et nous avons donc pu suivre le rallye.

Le même co-propriétaire invité à bord en Martinique après la traversée. Je lui dis : « J’ai beaucoup pensé à vous quand la première dépression a bousculé la flotte, les fichiers ne l’annonçaient pas », « Moi aussi j’ai beaucoup pensé à vous, on s’est vraiment fait brasser… on a aussitôt plongé dans le sud et évité la seconde dépression ».  Avel Mor est arrivé 3eme dans sa classe …

➢ Au second jour du départ des Canaries vers le Cap Vert, les fichiers et le routage nous enjoignent avec insistance de partir à droite, vers l’Anticyclone des Açores. Mmmm,  pas terrible de s’approcher du monstre sans vent, cependant nous avions empanné dans 50 mètres d’eau en vue des côtes africaines que nous ne souhaitions pas trop serrer pour des raisons de sécurité : engins de pêche et piraterie. On se laisse donc tenter par le bord à l’Ouest. Le résultat est sans appel : 17 heures de moteur pour se désengluer des calmes. La carte synoptique le montrait pourtant bien ce gouffre pétoleux anticyclonique sans gradient de pression !

➢ On sera bien plus attentif aux cartes, et avec succès, en descendant dans le Sud au voisinage de la ZITC, le pot au noir, lors de la seconde étape. Et on jouera carrément la  réussite avec les isobares de l’Anticyclone de St Hélène lors de la dernière étape au retour.   

➢ Dans le canal du Mozambique, nous avons été le seul bateau à détecter et annoncer au reste de la flotte la formation du premier cyclone de la saison dans notre nord.

 Bref ça peut sacrément aider les cartes synoptiques !  

1-4 NAVTEX

Depuis 25 ans nous avons à bord de nos bateaux de croisière un Navtex Furuno, d’abord à imprimante thermique puis maintenant avec un écran. Depuis longtemps maintenant, je protège l’antenne qui est à poste fixe…dans un coffre, cela fonctionne très bien, aussi bien que les antennes GPS elles aussi planquées sous le pont. Le Navtex c’est parfait pour recevoir les avurnavs et la méteo en Europe et un peu au-delà. En dépit des informations du SMDSM, on se rend compte que pour la circumnavigation tropicale, et même Sud Africaine, peu d’informations sont délivrées, et encore quand les stations sont en capacité de fonctionner ! Pour connaitre les références des stations et les heures de diffusion : Worlwide navtex stations sur wmo.int. Utile pour partir et revenir en Europe. Pas indispensable pour le tour du monde donc.

1-5   BALISES DE DETRESSES ET DE SUIVI

On n’en manquait pas ! Et nous sommes contents qu’elles n’aient pas eu à être déclenchées. Satellites SARSAT, Globalstar ou IRIDIUM, VHF : faites votre choix !

1-5-1 EPIRB

On n’a pas le choix, c’est obligatoire au-delà de 60 milles sur un bateau battant pavillon Français. RESCUEME OCEAN SIGNAL. Fonctionne avec SARSAT et VHF. Elle est à l’intérieur du bateau, proche de la descente, visible jour et nuit et son fonctionnement a été expliqué à chacun. INDISPENSABLE. BOUTON DE DETRESSE Sans abonnement.

Nautisme Article

1-5-2 YB3

Là aussi on n’avait pas le choix, le WORLD ARC nous l’imposait. Ceci dit nous l’avons conservée, car cette balise, qui fonctionne avec Iridium, a trois fonctions : Balise de suivi, BOUTON DE DETRESSE, et communication par SMS.  Elle est rechargeable sur 12 V et installée dans le couronnement, à l’extérieur donc. On peut la considérer comme une balise complémentaire INDISPENSABLE. Nécessite un abonnement.

Nautisme Article

1-5-3 PLB

On n’était pas obligé mais cela fait une troisième balise satellite, SARSAT, peu chère, peu encombrante, et rangée à l’extérieur dans la table du cockpit. SAFELINK SOLO KANNAD Utile au cas où on ne puisse plus rentrer dans le bateau. BOUTON DE DETRESSE Sans abonnement.

Nautisme Article

1-5-4 Balise de suivi

SMART ONE. Distribuée par Advanced Tracking cet appareil était utilisé à Bord de Douleur Exquise, comme balise de repérage en cas de vol. Elle est donc cachée dans le bateau, des piles lithium assurent une autonomie de deux ans. Nos contacts à terre avaient le code et le mot de passe pour rentrer sur le site d’Advance Tracking. C’est une sécurité supplémentaire. Inconvénients : pas de bouton de détresse, Global Star n’en a que le nom puisque ne couvrant pas la Polynésie Française et une partie de L’Océan Indien, nécessite un abonnement (200€ par an).  

Nautisme Article

1-5-6 Balises AIS individuelles

Une par gilet-harnais SAFELINK R10 KANNAD. Sans abonnement. A déclenchement manuel par l’homme à la mer, le signal apparait alors sur l’écran AIS du bateau. Surtout qu’elle ne vous donne pas un faux sentiment de sécurité, d’une part parce que sa portée est limitée à 4 Milles, d’autre part car elle peut ne pas être visible. Par une nuit noire et un grain à 35 nœuds à plus de 70 milles de Bora-Bora, le fils de Friedrich est emporté par l’écoute de Grand’voile. Ils ne sont plus que deux à bord. Le fils déclenche sa balise personnelle AIS qui ne sera jamais vue de Lunatix dont il avait été éjecté. Il devra son salut à la présence d’esprit de son père qui croyait pourtant son fils perdu et qui est revenu sur sa trace, et surtout à une lampe torche étanche qu’il avait dans la poche. Moralité : vaut mieux rester attaché !

Nautisme Article

 

2) COURTE DISTANCE

Nautisme Article
On peut être initié très tôt à la VHF et à ses procédures...

2.1 VHF FIXE

J’eusse dû écouter Philippe et prendre une I-Com chez Pochon : leur fonctionnement est vraiment très simple.

Cependant, la VHF Raymarine a donné entièrement satisfaction elle est ASN et DSC avec donc un BOUTON DE DETRESSE. L’antenne fixe est en tête de mât et ne sert qu’à cette fonction, elle n’est pas partagée par l’AIS, et c’est très important. Une antenne de secours est installée sur le mâtereau à l’arrière. Avoir ces deux antennes indépendantes et pouvant fonctionner en cas de démâtage est INDISPENSABLE. Comme l’est tout autant le poste déporté dans le cockpit.

2.2 VHF PORTABLES

Une à portée de main dans la table à carte : SIMRAD ASN et DSC avec BOUTON DE DETRESSE. Une seconde dans le grab bag, Radio Océan antédiluvienne que j’ai dû remplacer à Cape Town pour une I-COM non ASN non DSC. Les deux me semblent INDISPENSABLES. Qui plus est, elles sont utiles pour les communications bateau/rivage à l’escale.

Nautisme Article

3) A TERRE

Dans le civil nous sommes des petits consommateurs de téléphone et de mail et ne figurons pas sur les « réseaux sociaux » : quel gain de temps !

Pour le Grand Tour nous n’avons pas été plus gourmand, et seuls les contacts avec la famille et les amis étaient les distractions de communication. Pour le reste un fondé de pouvoir à terre gérait les problèmes administratifs que nous abandonnions en Métropole : ça c’est vraiment du luxe, indispensable pour se sentir la tête légère durant deux ans. Deux ans durant lesquels nous n’avons pas été assaillis de meurtres, de catastrophes, de pillages, et de guerres sur nos écrans ; deux ans sans rester collé à la toile pour d’improbables recherches : c’est peut-être les vraies vacances ! Profitons-en pour nous « Déneter » : regarder la mer, le ciel, les animaux, les bateaux, les sites non digitaux, les jolies filles. Vivre quoi.

 Ni Facebook ni blog donc. Nous n’envions pas nos camarades qui, arrivés à terre passaient des heures à rechercher un signal internet puissant avant que de s’attabler pour de longues heures encore devant leur PC ou leur tablette. Pas de nouvelle, bonne nouvelle ! Internet on peut s'en passer, mais c’est quand même mieux avec en grand voyage. Il faut savoir où aller chercher les nouvelles pertinentes et fiables pour la navigation, il y a deux sites fameux.

• Noonsite.com « the ultimate cruisers planning tool ». Est une mine de renseignement mis à jour quotidiennement sur chaque pays : formalités, météo, pirateries, fréquences radio BLU comme déjà vu, etc…Pour le voilier ne navigant pas en flotte, c’est un passage obligé pour préparer les navigations, Panama, et les atterrages. INDISPENSABLE

• Noaa.gov c’est par lui que parviennent les fichiers GFS, mais c’est plus encore. En particulier on peut récupérer et enregistrer avant de partir les « Pilot charts » de tous les océans, très utile pour avoir entre autres les déclinaisons magnétiques. Et savoir si c’est une année à Nino ou non, information capitale dans le Pacifique.  INDISPENSABLE

3.1 Station wifi à bord

Philippe me l’a déconseillé : pas suffisamment efficace, de plus cela nécessite une antenne et une alimentation 12V. En pratique ceux de la flotte qui avait ce type de matériel ne semblaient pas perdre moins de temps que les autres au bistrot pour se connecter. On s’en passe très bien : de plus en plus de lieux sont équipés de Wi-Fi puissants, et s’il n’y en a pas à terre, il reste le mail internet satellite du bord en cas de besoin !

3.2 Téléphones

J’avais fait l’acquisition d’un téléphone MTT sur Android qui allie deux qualités : son extrême robustesse et la possibilité d’avoir deux cartes SIM. Cet achat s’est avéré inutile. Nous avions le Chef et moi embarqué nos anciens I-phones, trois chacun : ils semblaient plus pertinents à bord que dans un tiroir de nos bureaux…Les plus récents étaient équipés d’une protection étanche : deux iPhones 6 et deux iPhones 7. Nous avions conservé sur nos I-phones 7 nos cartes SIM métropolitaines qui sont utiles aussi dans les DOM-TOM. En arrivant dans un nouveau pays nous installions la carte SIM locale dans chacun des iPhones 6 qui pouvait aussi servir de base pour l’iPhone 7 en partage de connexion si besoin. C’est Le Chef qui gérait cela, ça fonctionne très bien et c’est sûr. En pratique avec deux téléphones on va loin … 

3.3 Tablettes et portables domestiques

Nous avions une tablette Apple et une Tablette Sony sur Android, systèmes complémentaires donc, les deux étanchéifiées et chargées avec la cartographie Navionics (le tour du monde avec 250€ de carte …), surtout utilisée en cas de recours pour la seconde et conçue comme terminal photo pour la première. Le beau portable Apple tout neuf de Bridget n’a pas aimé la mer, il l’a lâché au Fidji, trop fragile qui disaient ! 

3.4 Télévision

Le Chef avait arraché à X-Yacht le pack « Entertainment », qui comprend aussi la Télé avec une antenne Glomex en tête de mât. C’est amusant de regarder les télés du monde entier. En Afrique du Sud on a inauguré, dans le froid, les séquences cinémas avec « L’année de tous les dangers » de Peter Weir, superbe.

Nautisme Article
Le Chef et sa belle télé qui fait aussi moniteur pour la caméra, le radar, la cartographie, etc....
4) UTILISATION

4-1 En pratique

Tous ces moyens de communication nécessitent lors des traversées que chacun soit en mesure de savoir quoi faire en cas d’urgence et soit en mesure de l’utiliser. Jacques m’avait fait l’amitié de suivre le cours BLU en Angleterre, nous étions donc deux officiers radio de sa très gracieuse Majesté de La Réunion à Recife. Le Chef a appris sur le tas la BLU. Pour le reste j’avais requis de tous les équipiers transocéaniques et de nos enfants qu’ils aient une  licence VHF.

Mais surtout chaque équipier avait reçu, longtemps avant de monter bord, les manuels des appareils à utiliser en cas d’urgence et une Feuille de procédure. Plastifiées il y en a une à la table à carte et dans chaque cabine : il ne faut pas avoir à réfléchir en cas d’urgence, juste appliquer la procédure.

Nautisme Article

Nautisme Article

4.2 Maintenance et surveillance

Il faut être vigilant sur la connectique et régulièrement appliquer du produit pour favoriser le contact. Cela fait vraiment la différence.

Tout le matériel portable doit être abondamment muni en câbles, chargeurs 12V et 220V. Plus il en a mieux c’est. Les chargeurs solaires portatifs sont décevants, inutile de s’encombrer.

LA RECHARGE DES PORTABLES EST INTERDITE DE NUIT A BORD DE PRETAIXTE : NOUS AVONS VU DEUX CHARGEURS COMMENCER A PRENDRE FEU…DE JOUR !

TRES IMPORTANT : AU MOINS DEUX JOURS AVANT CHAQUE TRAVERSEE JE CONTROLAIS LES CHARGES DE TOUS LES APPAREILS PORTABLES ET LE FONCTIONNEMENT DE CHAQUE MOYEN DE COMMUNICATION Y COMPRIS LES PROGRAMMES AUTOMATIQUES DSC ET LES lRIDIUMS EN APPELANT LE CROSS GRIS-NEZ DE TEMPS A AUTRE, EN EN VERIFIANT L’ANTENNE DE SECOURS VHF.

ET BIEN SÛR : LES BATTERIES DE SERVITUDE DU BORD !!!

SANS JUS, PAS DE SON ; SANS ANTENNE DE MEME ! CONTRÔLEZ BATTERRIES ET ANTENNES POUR ENTENDRE ET ETRE ENTENDUS

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…