Tristan da Cunha, l'île habitée du bout du monde

Blog Michel Ulrich
Mercredi 28 octobre 2020 à 14h14

J’ai embarqué à Cape Town le 29 décembre 2017 sur le RMS (Royal Mail Service) Saint Helena - cargo mixte sous pavillon anglais (7000 tonnes, longueur : 105 m). Au cours de ce voyage No 267, j’ai débarqué sur les îles Tristan da Cunha, puis Sainte-Hélène et enfin l’île de l’Ascension - au total un parcours de 6200 milles nautiques dans l’Atlantique Sud.

J’ai embarqué à Cape Town le 29 décembre 2017 sur le RMS (Royal Mail Service) Saint Helena - cargo mixte sous pavillon anglais (7000 tonnes, longueur : 105 m). Au cours de ce voyage No 267, j’ai débarqué sur les îles Tristan da Cunha, puis Sainte-Hélène et enfin l’île de l’Ascension - au total un parcours de 6200 milles nautiques dans l’Atlantique Sud.

Une mauvaise météo dans les parages de Tristan nous a dérouté et nous avons dû ralentir notre allure pour y aborder après le passage de la dépression - opportunité très rare de faire une navigation autour de l’ile Gough, 350 km plus au sud sous une latitude de 40 degrés sud, puis en remontant vers l’ile Inaccessible, 40 km au sud est de Tristan, et de l’ile Nightingale (anciennement appelée Île Rossignol), 40 km au sud. Après finalement neuf jours de navigation et quatre tentatives, nous avons pu faire un débarquement spectaculaire pour quelques heures à Édimbourg des Sept Mers, capitale de Tristan, le samedi 6 janvier.

Nautisme Article
Navigation autour des trois îles© Michel Ulrich

Cette île d’une superficie de 100 km2 se réduit au cône émergeant d’un volcan culminant à 2060 m dans des eaux d’une profondeur de plus de 2000 mètres. Seule une bande littorale de 300 hectares au nord-ouest est occupée par 268 habitants - les Bienheureux de la Désolation comme les avait dénommés Hervé Bazin dans son roman publié en 1970.

Nous avions à bord quelques marchandises et une famille revenant de Cape Town après des soins médicaux, ainsi que le Gouverneur du Territoire anglais de Saint Helena, dont dépend Tristan - en tournée officielle.

Tristan da Cunha est depuis sa découverte en 1502 un way-point essentiel pour la navigation dans l’Atlantique Sud. La météo y est vilaine et très changeante sous l’emprise des vents ... et de nombreux naufrages ont eu lieu dans les parages - encore récemment lorsque le MS Oliva s’est fracassé sur les rochers de l’Ile de Nightingale en 2011 avec un chargement de soja en route entre le Brésil et la Chine - un des canots de sauvetage du MS Oliva parti à la dérive a été découvert en 2013 sur une plage du Sud de l’Australie !

Nautisme Article
Au service de l'île© Michel Ulrich

C’est probablement à Tristan que se déroule l’épopée des naufragés du roman utopiste L’ile de Felsenbourg, publié en Allemagne en 1731. Est-ce à dire que les habitants de Tristan, descendants de soldats anglais installés en 1817 pour prévenir une tentative de libération de Napoléon lors de sa détention à Saint-Hélène, sont les Robinsons des temps modernes mettant en pratique une utopie écologique et sociale ?

C’est en tout cas l’endroit habité au monde le plus isolé - à 2000 km de l’Afrique et 3600 km du Brésil ! On ne peut plus y aller avec le RMS Saint Helena, qui a cessé son service en février 2018. Il faut dorénavant trouver un embarquement à Cape Town sur un bateau de pêche allant de temps à autre à Tristan ; ou bien en participant à une croisière sur l’un de ces paquebots d’exploration qui de temps en temps vont mouiller à Tristan lors de leur pérégrination en Atlantique Sud. Mouiller à Tristan ne veut pas dire y débarquer tant les conditions de mer sont très souvent épouvantables. Avis à ceux qui sont à la recherche du bout du monde !

Nautisme Article
En vue au petit matin© Michel Ulrich

Le temps y est souvent brumeux © Michel Ulrich
Entrée du port © Michel Ulrich
Way point ! © Michel Ulrich
© Michel Ulrich
Résidence de l'Administrateur © Michel Ulrich
Brise-vent en lave © Michel Ulrich
L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.