Vendre un bateau : une bonne préparation vaut mieux qu'un long discours

Blog Albert Brel
Jeudi 7 janvier 2021 à 15h34

Venant de plonger dans le monde sibyllin du marché du nautisme non seulement pour vendre mais aussi pour acheter un bateau, je vous livre cette première réflexion sur la vente. Je reviendrai dans un autre blog sur l’achat. Ces quelques conseils vécus pourront, je l’espère, vous aider dans l’une ou l’autre de ces démarches voire dans les deux et peut-être vous éviter de perdre du temps et de l’argent.

Les conseils donnés par l'Argus du bateau, l'étude des prix proposés dans les revues, les sites spécialisés, vous donneront une bonne approche pour fixer le prix du vôtre. ©Bénéteau
Venant de plonger dans le monde sibyllin du marché du nautisme non seulement pour vendre mais aussi pour acheter un bateau, je vous livre cette première réflexion sur la vente. Je reviendrai dans un autre blog sur l’achat. Ces quelques conseils vécus pourront, je l’espère, vous aider dans l’une ou l’autre de ces démarches voire dans les deux et peut-être vous éviter de perdre du temps et de l’argent.

Le premier critère : être dans le prix du marché

Un ami m’a demandé conseil non seulement pour vendre son bateau mais aussi pour lui en trouver un autre. Voilà ce qui a fait émerger ces réflexions. Un propriétaire de bateau qui souhaite s’en séparer part bien souvent du principe que le sien est le plus beau, le mieux équipé et le plus entretenu du marché. En clair, son prix doit être supérieur à la moyenne. Qu’entend-il par valeur ? Pour lui, une part sentimentale entre en ligne de compte, en effet, il a vécu de bons moments et cela a un prix mais ce qu’il oublie c’est que cela reste personnel et que le futur propriétaire regardera plutôt l’état que les sentiments.

Nautisme Article
L'intérieur du bateau a été refait y compris les banquettes et les couchettes.© Albert Brel

Revenons à la vente : les conseils donnés par l’Argus du bateau, l’étude des prix proposés dans les revues, les sites spécialisés, vous donneront une bonne approche pour fixer le prix du vôtre. Lorsque l’on suit la vente des bateaux, on remarque vite que ceux dont le prix est au-dessus de la cote, bien que présentés comme une affaire exceptionnelle, partent difficilement. Il en est de même pour ceux dont le prix est bas car cela peut cacher d’éventuels problèmes mais ce n’est pas toujours le cas.

Nautisme Article
Tous les éléments de cuisine y compris le réchaud 2 feux sont neufs.© Albert Brel

Une fois le prix fixé, restent la préparation du bateau pour la vente, la constitution d’un dossier avec des photos et la rédaction de l’annonce. La préparation du bateau consiste en un nettoyage intégral et un rangement de tout l’équipement. Un inventaire précis sera élaboré et un dossier de toutes les interventions, en particulier celles sur le ou les moteurs, sera constitué. Une fois le bateau prêt, vous pouvez passer l’annonce. Dans celle-ci, soyez précis, inutile d’insister sur des points de détails et publiez quelques photos significatives. Ce sera pour un voilier, un gros plan sur l’accastillage de pont, pour un bateau moteur une du compartiment moteur et, point important, proposez d’envoyer un dossier complet (inventaire, historique) ainsi que des photos de détails (cuisine, salle d’eau, motorisation, fonds du bateau, etc.). Une personne intéressée ne manquera pas de vous demander pour un voilier des informations sur les voiles, pour un bateau moteur celles sur la motorisation (entretien, nombre d’heures). Si vous regardez les annonces, vous avez rarement de photos moteur et encore moins celles des coffres. C’est moins glamour que certaines photos de catalogue, mais plus réaliste pour un acheteur.

Ensuite, il faut répondre aux demandes mais pas à toutes. Vous verrez vite les personnes intéressées et celles qui vous demandent « si votre équipement nautique est toujours en vente et vous font une proposition douteuse ». Pour la visite du bateau, ne perdez pas votre temps inutilement. On retrouve le même problème que dans l’immobilier, certains viennent visiter les bateaux le week-end uniquement s’il fait beau et demandent de faire un essai. Un acheteur potentiel vous posera des questions sur le bateau, son équipement, ce que vous faites avec. S’il est à l’eau, il vous demandera de démarrer le ou les moteurs, sans pour autant exiger un essai en mer. S’il est à terre, il s’attardera sur l’inspection de la carène, l’arbre d’hélice, les sorties et entrées d’eau, le jeu dans le (les) safran(s), l’état des anodes. Pour avoir une chance de vendre, vous devez être capable de répondre aux questions et aux interrogations de l’éventuel acheteur. Dans la majorité des cas, l’acheteur a un budget et est fixé sur un type bateau précis. Il sélectionne les bateaux qui répondent à ses critères et demandent des informations et, si cela lui convient, il se déplace pour visiter le bateau. Si vous lui donnez de fausses informations avant qu’il ne se déplace, il y a peu de chance que vous fassiez affaire.

Nautisme Article
Le moteur a été entretenu régulièrement par un professionnel et est en très bon état.© Albert Brel

Les conseils qu’il faut retenir

  • Préparer votre bateau au mieux (propreté, rangement).
  • Passer une annonce précise en proposant d’envoyer un dossier complet sur demande et répondre aux interrogations.
  • Inutile de répondre aux demandes fantaisistes.
  • Ne justifier pas le prix par des équipements obsolètes (l’électronique de plus de 7 ans n’a qu’une valeur sentimentale). Par contre, de gros équipements comme un propulseur d’étrave, la climatisation, un groupe électrogène fixe, une annexe et son moteur, une survie révisée, etc. peuvent apporter une plus-value.
  • Lors de la visite soyez à même de répondre aux questions ou faites-vous accompagner par une personne connaissant bien le sujet.

Un acheteur intéressé vous proposera bien souvent de revenir le visiter et de faire un essai.

Conclusion : une vente rapide où le vendeur et l’acheteur sont satisfaits

Nautisme Article
Le circuit électrique d'origine 12 et 220 volts a été refait avec des équipements de la dernière génération.© Albert Brel

A titre indicatif, le bateau que l’on m’avait confié à la vente (un Antarès de 8 m) a été vendu en 15 jours. Malgré ses 25 ans d’âge, il avait pour lui d’être parfaitement entretenu aussi bien à l'intérieur qu'à l’extérieur et la motorisation était impeccable. L’acheteur a fait faire une expertise avant de concrétiser la vente (bonne précaution). Celle-ci a été faite à l’eau avec essai en mer puis à terre. Dans son rapport complet de 18 pages, l’expert a conclu par « nous constatons : que le navire est en bon état général, que la matrice gelcoatique du pont, du cockpit et de la coque sont en bon état ainsi que les vitrages. Que la structure ne présente pas de trace visuelle de contrainte et de choc. Que les aménagements intérieurs et la sellerie sont de bonne tenue. Que l’électronique et l’électricité sont en bon état visuel et de fonctionnement. Que le moteur est en bon état visuel et de fonctionnement. A revoir l’antifouling non uniforme et les anodes à changer ».

Reste à trouver le nouveau bateau. C’est maintenant chose faite, mais cela s’est avéré plus difficile d’acheter que de vendre, ce sera mon prochain blog.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.